Passer au contenu Passer au pied de page

L’étau se desserre à Toronto et Peel, Sudbury repasse en rouge

Temps de lecture : 3 minutes

Les trois dernières régions ontariennes soumises au décret ordonnant de rester à domicile rejoindront le cadre d’intervention pour la COVID-19, dès lundi prochain. L’étau sanitaire se desserre donc quelque peu pour Toronto et Peel qui entreront dans le palier gris-confinement, tandis que North Bay-Parry Sound rejoindra la zone rouge.

La décision du gouvernement intervient alors que les autorités de santé ont enregistré 1 250 nouvelles contaminations ce vendredi, dont 337 dans la région de Toronto et 167 dans celle de Peel.

Ce déverrouillage sanitaire n’est « pas synonyme d’un retour à la normale » a prévenu la ministre de la Santé, Christine Elliot.

Ainsi, ailleurs en province, plusieurs régions ont grimpé d’un cran dans le système de couleurs, à l’image de Sudbury qui passera en zone rouge, à peine quelques semaines après avoir commencé en zone orange à la mi-février. La ville de 165 000 habitants a vu, cette semaine, son nombre de cas augmenter drastiquement avec une moyenne de 49,3 cas sur sept jours comparativement à 12 pour la semaine précédente.

De plus, deux nouveaux décès ont été déclarés et 11 éclosions étaient toujours en cours dont six dans des écoles de la région. Le bureau de santé s’inquiète aussi de la hausse des contacts étroits avec les 98 nouveaux cas des sept derniers jours. L’unité de santé note aussi la présence possible de 22 cas de la COVID-19 qui seraient peut-être reliés à des variants du virus.

« La semaine a été très alarmante, car nous avons enregistré une hausse rapide du nombre de cas de COVID-19 dans notre région. Il est très inquiétant aussi de constater qu’un certain nombre de personnes ont reçu un résultat positif à un test de dépistage de la COVID-19 ou la confirmation d’une infection à un variant préoccupant », a affirmé la médecin en chef Penny Sutcliffe.

North Bay sort du confinement

De son côté, North Bay effectue le chemin inverse en quittant le gris pour le rouge. Pour la première fois depuis le 26 décembre, la région pourra rouvrir certains commerces, mais reste aux prises de plusieurs éclosions et la présence de variants du virus, ce qui explique la prudence du médecin-hygiéniste en chef de l’unité de santé Jim Chirico.

« La situation peut s’aggraver très rapidement, en particulier avec les variants. En entrant lentement dans le cadre, j’espère que nous pourrons maintenir notre nombre de cas de la COVID-19 bas, y compris réduire la propagation des variants jusqu’à ce que nous ayons maintenu un faible nombre de cas et que nous ayons augmenté la vaccination », a déclaré le Dr. Chirico .

Le bureau de santé de Timiskaming qui a notamment déclaré son premier cas du variant sud-africain a durci ces mesures en passant de la zone verte à orange.

Le premier ministre, Doug Ford, et la vice-première ministre, Christine Elliot. Source : Twitter FordNation

Une dose pour tous les Ontariens d’ici fin juin

La province prévoit d’injecter une première dose à tous les Ontariens d’ici juin prochain, selon la dernière actualisation du ministère de la Santé.

Le premier ministre Doug Ford a défendu, en conférence de presse, un plan de vaccination « solide et prêt pour administrer les prochaines doses quand les vaccins arriveront ».

Jusqu’à présent, 820 000 doses ont été administrées en Ontario qui devrait franchir la barre du million dès mardi prochain. 100 000 aînés de plus de 80 ans ont reçu leur vaccin dans les foyers de soins de longue durée.

La province attend deux millions de doses d’ici la fin du mois de mars, dont 200 000 produits par la firme américaine AstraZeneca.

Feu vert au quatrième vaccin : Johnson & Johnson

La prolongation de quatre mois entre deux doses a apporté une certaine souplesse dans le plan ontarien en offrant la possibilité de vacciner plus de personnes. Le feu vert de Santé Canada à un quatrième vaccin, à dose unique, celui de Johnson & Johnson devrait lui aussi accroître l’arsenal de déploiement, mais aucune date de premier arrivage n’est encore connue.

« Ça change la donne. (…) C’est la cerise sur le gâteau », a affirmé le général Hillier en conférence de presse. « Le vaccin sera administré dans les hôpitaux, les cliniques, les milieux de soins primaires et de vaccination de masse, et les pharmacies, partout dans la province. »

Le service de réservation de vaccin en ligne est « en inauguration officieuse », sera prêt le 15 mars et d’autres sites de vaccination de masse devraient ouvrir dans les semaines qui viennent, en fonction de l’approvisionnement. Quelque 113 cliniques doivent ouvrir à terme.

Article écrit avec la collaboration de Pascal Vachon

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
0