Passer au contenu Passer au pied de page

L’inclusion, un enjeu pour l’avenir de l’Ontario français

Temps de lecture : 5 minutes

OTTAWA – Le comité consultatif des minorités raciales et ethnoculturelles francophones (MREF), mis en place par l’Assemblée de la francophonie (AFO), devrait établir des pistes d’action d’ici la fin du mois mars. Mais son objectif d’améliorer l’inclusion dépasse largement le cadre de l’organisme.

Ils sont 33 à avoir répondu à l’appel de l’AFO pour siéger sur ce comité. Objectif : étudier les recommandations émises dans le rapport de consultation des communautés MREF et trouver des solutions concrètes pour permettre une meilleure inclusion au sein de l’organisme.

Parmi eux, Laure Ghenkam, résidente d’Oshawa, qui avait participé aux consultations préalables au rapport de Léonie Tchatat, Pour, par et avec. Pour forger une cohésion dans la diversité.

« Comme femme francophone et MREF, je pense que je suis mieux à même de parler de mes défis », explique-t-elle. « Je ne connais pas bien l’AFO et je pense que, comme beaucoup, je ne me retrouve pas dans ses activités. Il faut améliorer la représentation et le sentiment d’inclusion de toute la communauté francophone. Ça va sans doute prendre du temps, mais ce n’est pas un défi insurmontable. »

Le rapport, publié cet automne, faisait état d’une francophonie « fracturée » entre communauté de souche et nouveaux arrivants francophones issus des communautés MREF.

« Ça ne m’a pas surpris », confie le directeur général de l’AFO, Peter Hominuk qui dit avoir entendu de telles remarques par le passé lors de forums et de sondages. « Nous avons déjà essayé certaines choses, mais aujourd’hui, on doit faire des changements systémiques. »

Le directeur général de l’AFO, Peter Hominuk. Crédit image : Stéphane Bédard

Sur son conseil d’administration de 11 personnes, l’AFO compte deux sièges réservés aux communautés MREF. Mais M. Hominuk juge que des changements pourraient être apportés, notamment en matière de consultation.

Bonne volonté

Installé au Canada depuis 1992, Body Ngoy a vu les « hauts et les bas » de ces tentatives de rapprochement. Mais aujourd’hui, il se veut optimiste.

« Je crois en la volonté de l’AFO de faire bouger les choses. Elle a déjà essayé, mais elle aussi a beaucoup de dossiers à gérer. Cette fois, il y a du concret et j’aime la notion de « par et pour » qu’on retrouve dans les recommandations du rapport, c’est central. »

Deux rencontres du comité ont déjà eu lieu et deux autres sont prévues pour établir des pistes d’action d’ici fin mars. 

« Il y aura peut-être des choses qu’on pourra faire tout de suite et d’autres qui prendront plus de temps », avance prudemment M. Hominuk.

Également sur le comité, Carline Zamar est confiante.

« Il faut bien commencer quelque part. Ce problème d’inclusion, il existe, mais tout le monde y est sensibilisé aujourd’hui. »

Au-delà de l’AFO

Résident de Toronto depuis 2016, Thomas Nyeshahu partage son expérience.

« Quand je suis arrivé, je me suis senti mieux accueilli et intégré dans la communauté francophone. On m’a invité à prendre des décisions et à apporter ma contribution », explique-t-il, estimant essentiel que tout le monde se sente impliqué.

Pour Mme Zamar, tout l’Ontario français est concerné.

« Je peux comprendre que les Franco-Ontariens qui ont mené les premiers combats se sentent certains droits et privilèges, mais si on veut construire ensemble, on doit changer de mentalité et les étendre à tous les Franco-Ontariens pour rendre l’Ontario français plus fort. »

Assiatou Diallo (à gauche) et Carline Zamar (au centre). Gracieuseté

Un avis que partage la nouvelle présidente du Mouvement ontarien pour les femmes immigrantes francophones (MOFIF), Assiatou Diallo.

« La question de l’inclusion est propre à chaque personne. Moi, je me sens franco-ontarienne et personne ne peut m’enlever ce droit-là. On doit trouver un terrain d’entente pour que tout le monde se reconnaisse franco-ontarien. »

Un risque pour l’Ontario français

Directeur et fondateur du Laboratoire des médias audiovisuels pour l’étude des cultures et des sociétés multiculturelles (LAMACS), à l’Université d’Ottawa, Boulou Ebanda de B’béri appelle à revoir la vision de l’Ontario français.

« La réalité de l’Ontario, c’est qu’elle est désormais majoritairement non blanche. La démographie a changé, y compris en Ontario français. Il suffit d’aller dans les écoles ou les grandes villes pour le voir. Le problème, c’est qu’il y a une résistance des gens qui prennent les décisions, et cela n’est pas propre à l’AFO. On le voit aussi à TFO, à Radio-Canada… On ne veut pas voir les minorités assises au même niveau. »

Au regard des résultats du dernier recensement, l’affirmation démographique de M. Ebanda de B’béri s’avère toutefois inexacte. Selon Statistique Canada, le taux de la population des minorités visibles était de 29,3 %, en 2016, pour l’Ontario. Ce taux était, par contre, supérieur à celui du pays, qui était de 22,3 %.

Mais en matière de représentation décisionnelle, M. Ngoy fait le même constat.

« Quand je travaillais avec Mauril Bélanger [député fédéral d’Ottawa-Vanier, disparu en 2016], il me répétait : « On ne vous voit pas ! ». Il parlait notamment des postes de direction dans les organismes, les écoles, les conseils scolaires… C’est là où est le problème ! »

Le militant Body Ngoy (à gauche). Gracieuseté

Pour M. Ebanda de B’béri, ce réflexe est particulièrement présent dans les communautés minoritaires.

« Ce sont des sociétés qui ont peur de disparaître et qui se protègent face aux changements. »

Ironiquement, cette attitude pourrait contribuer à leur perte, poursuit-il.

« Ça me chagrine quand mes enfants refusent de parler en français, car ils ne s’y voient aucun avenir. Ils ne voient pas de modèles qui leur ressemblent. Leurs modèles, ils parlent anglais. L’impact est très négatif, car ils risquent de se tourner vers la communauté majoritaire, alors que la communauté franco-ontarienne a besoin d’eux. »

« Quand est-ce qu’on reconnaîtra que nos enfants, nés ici, qui vont dans les écoles de langue française et ont le même accent, sont des Franco-Ontariens de souche ? » – Assiatou Diallo

Pour changer les choses, M. Ebanda de B’béri en appelle au courage.

« Pas besoin de rapports ! Ce qu’il faut, ce sont des champions de la diversité, des gens courageux qui ont du pouvoir et vont taper du poing sur la table ! On doit aller chercher et former des gens qui représentent la société franco-ontarienne. Peut-être que cela passe par des quotas ? L’Ontario français doit embrasser cette nouvelle identité qui est la sienne. »

Cet article a été mis à jour le jeudi 27 février à 13h19

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
1+