Passer au contenu Passer au pied de page

Malaise dans la francophonie canadienne sur l’entente avec les Anglo-Québécois

OTTAWA – La signature d’un protocole d’entente entre l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO), la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick (SANB) et l’organisme porte-parole des Anglo-Québécois, le Quebec Community Groups Network (QCGN) suscite un malaise dans la francophonie canadienne.

Suivant l’exemple de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, la majorité des organismes porte-parole des communautés francophones en situation minoritaire contactés par ONFR+ a préféré ne pas commenter l’entente.

La Société Saint-Thomas D’Aquin, à l’Île-du-Prince-Édouard, explique «ne pas être en mesure d’intervenir publiquement pour le moment», tout comme la Fédération des francophones de Terre-Neuve-et-Labrador qui «a choisi de ne pas s’exprimer» sur le sujet ainsi que la Fédération franco-ténoise (FFT). La Fédération acadienne de Nouvelle-Écosse justifie son silence par l’absence de ses deux porte-parole, alors qu’à la Société de la francophonie manitobaine, on estime «ne rien avoir à ajouter sur le sujet», bien que l’organisme ne se soit jamais exprimé.

Faut-il y voir un malaise ou une forme de désapprobation?

«Je pense que les organismes auraient aimé être mis au courant avant», estime la politologue au Collège militaire royal du Canada, Stéphanie Chouinard. «En les incluant tous, cela aurait pu donner plus de poids à l’entente et surtout, ça aurait évité que l’on reproche à l’AFO et à la SANB de vouloir se liguer entre provinces qui comptent le plus de personnes des communautés de langue officielle en situation minoritaire.»

Des critiques à l’Ouest

Une analyse que confirme la réaction très critique de l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA). Contacté par ONFR+, l’organisme a répondu par une déclaration publique de son président, Marc Arnal.

«Ce protocole d’entente survient sans consultation et sème un fort potentiel de division au sein du réseau pancanadien des communautés francophones hors Québec. (…) Le message qu’il lance compromet la légitimité des revendications, rabaisse le travail et déprécie la reconnaissance des communautés de langue officielle en situation minoritaire par les autres provinces et territoires du Canada aux yeux des acteurs gouvernementaux et politiques de tous les paliers.»

Le président de l’ACFA, Marc Arnal. Source: ACFA

La directrice générale de l’Association franco-yukonnaise (AFY), Isabelle Salesse, regrette une certaine maladresse.

«Nous avons été surpris et aurions voulu au moins être informés avant. Ce n’est pas la fin du monde, mais je pense que nous devons obtenir des clarifications», explique-t-elle à ONFR+, ajoutant toutefois être favorable à ce rapprochement. «C’est une bonne stratégie de vouloir travailler avec les Anglo-Québécois, même si notre réalité est différente, car l’union fait la force.»

Son homologue à la Fédération des francophones de Colombie-Britannique (FFCB), Louis Moubarak, est plus circonspect.

«Nous sommes embarrassés par ce qui s’est passé, sans consultation. L’union fait la force, mais actuellement nous subissons quelque chose dont on ne fait pas partie, ce n’est pas l’idéal», dit-il, questionnant également le moment choisi pour un rapprochement avec les Anglo-Québécois.

Une analyse que partage Mme Chouinard.

«Alors que les Anglo-Québécois sont à couteaux tirés avec leur gouvernement, c’est un mauvais calcul politique qui vient précariser les gains réalisés récemment auprès des francophones du Québec.»

L’Assemblée communautaire fransaskoise (ACF) et son président, Denis Simard, voient pourtant cette entente d’un bon œil.

«C’est regrettable que cette entente divise, alors que l’intention est plutôt de rassembler et de faire front commun pour les communautés de langue officielle en situation minoritaire. On ne peut pas dire qu’il n’y a pas de différence, c’est sûr. Mais ce qui nous unit, c’est d’être minoritaires au sens notamment de la Loi sur les langues officielles. Toutes les minorités qui s’appuient entre elles le font pour de bonnes raisons et je ne pense pas que cela empêche de travailler avec le Québec.»

Les organismes invités à se joindre

Le président de l’ACF explique que son organisme a été invité par l’AFO, après la signature de l’entente, à rejoindre les groupes signataires.

«Nous allons en discuter lors de notre prochain conseil d’administration, probablement en septembre», dit-il.

L’AFO insiste qu’une telle invitation a été faite durant la conférence de presse la semaine dernière et que son président, Carol Jolin, l’a réitérée verbalement dans un tour d’appel aux présidences des organismes, ensuite.

Le président de l’AFO, Carol Jolin, au micro, lors de l’annonce de l’entente. Archives ONFR+

La FFT précise toutefois ne jamais avoir reçu une telle invitation. De son côté, la FFCB se dit peu intéressée à signer l’entente dans les termes actuels. 

Le rôle de la FCFA remis en cause?

Les termes choisis interrogent également sur le rôle de la FCFA, les trois organismes signataires insistant sur leur volonté de se servir de l’entente pour faire des langues officielles un enjeu aux prochaines élections fédérales.

«La FCFA travaille déjà avec les organismes sur une stratégie pour la campagne électorale fédérale. Il va falloir voir comment y relier cette initiative. Si on mène deux actions parallèlement, on se tire une balle dans le pied», estime Mme Salesse.


«La FCFA est le porte-parole des francophones en milieu minoritaire. Où est-elle dans cette entente? Ce n’est pas clair» – Isabelle Salesse, directrice générale de l’Association franco-yukonnaise (AFY)


Une situation qui inquiète le président de l’ACFA.

«Le protocole discrédite la démarche stratégique de la FCFA (…). Nous sommes donc surpris et déçus par le silence de la FCFA.»

L’organisme pancanadien refuse toujours de commenter le dossier. Invitée à y participer à titre d’observateur, la FCFA n’a pas non plus confirmé s’il assumerait ce rôle.

La politologue, Stéphanie Chouinard se montre toutefois optimiste.

«Le fait que la FCFA ne réagisse pas démontre un certain malaise. Mais je doute que le message qui sera véhiculé par les trois organismes signataires sera très différent de celui de la FCFA. QCGN a appuyé le projet de modernisation de la Loi sur les langues officielles de la FCFA, car une telle modernisation bénéficierait à tout le monde. Est-ce que dédoubler les voix pourrait nuire? Tout dépendra comme cela va être géré.»

POUR EN SAVOIR PLUS:

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
6+