Passer au contenu Passer au pied de page

Mécontentement après l’Ordre de l’Ontario décerné à Mike Harris 

Temps de lecture : 3 minutes

TORONTO –  Un invité inattendu s’est glissé dans la liste des récipiendaires de l’Ordre de l’Ontario, annoncée par le gouvernement ce vendredi. La présence de l’ancien premier ministre, Mike Harris, pour recevoir la plus haute distinction de la province, suscite chez beaucoup l’incompréhension.

Ancien chef du Parti progressiste-conservateur de l’Ontario, Mike Harris a été premier ministre provincial de 1995 à 2002. Durant son mandat, l’ex-chef du gouvernement avait défendu la privatisation du système de soins de longue durée en Ontario, mais aussi demandé la fermeture de l’Hôpital Montfort.

Depuis 2003, il est président de Chartwell, un groupe de foyers de soins de longue durée à but lucratif.

« Doug Ford récompense le président de Chartwell et ancien premier ministre, Mike Harris, de l’Ordre de l’Ontario », a dégainé le chef du Parti libéral Steven Del Duca. « Chartwell est une maison de soins infirmiers à but lucratif qui a laissé tomber nos aînés. M. Harris devrait recevoir une enquête et non une récompense, mais Doug Ford s’occupe avant tout de ses amis. »

Même déception pour le député néo-démocrate, Guy Bourgouin.

« Offrir l’Ordre de l’Ontario à Mike Harris est une claque dans la face des ontarien(ne)s et un gros manque de respect à ceux et celles qui l’ont bien mérité. »

Sur les médias sociaux, la grande majorité des réactions à la nomination de Mike Harris étaient négatives.

« C’est insulter la mémoire de George Dudley, et ceux qui ont souffert de la tragédie de Walkerton. De nombreuses personnes sont décédées en raison de sa priorité (à Mike Harris) de gagner des dollars pendant la pandémie », a réagi sur Twitter Caroline Marschall, une analyste à l’Agence de la santé publique du Canada.

« La nomination du président de Chartwell, Mike Harris, à l’Ordre de l’Ontario, en particulier après tout ce qui s’est passé avec les maisons des soins de longue durée à but lucratif, est un exemple écœurant de copinage », décoche de son côté, Tom Naciuk, étudiant en droit à l’Université d’Ottawa.

Critiques contre le groupe Chartwell 

C’est justement le hic : la nomination de Mike Harris sur la liste des récipiendaires arrive au terme d’une année noire pour les résidences pour aînés. Plus des deux tiers des décès liés au coronavirus sont survenus dans ces établissements.

Or, selon une étude de la Coalition de la Santé de l’Ontario, publiée en mai au plus fort de l’épidémie, le taux de décès dus à la COVID-19 dans les foyers de soins de longue durée à but lucratif demeurait beaucoup plus élevé que dans les établissements pour aînés à but non lucratif et les établissements financés par les municipalités.

Le groupe Chartwell avait alors défendu M. Harris.

« L’histoire non racontée est que les nouveaux foyers de soins de longue durée référencés comme ayant de meilleurs résultats COVID-19 sont en fait le résultat des 20 000 lits de soins de longue durée et du réaménagement de 16 000 lits supplémentaires annoncés par l’ancien premier ministre Mike Harris et son gouvernement en 1998 », avait soutenu au quotidien Le Droit une porte-parole du groupe Chartwell, Sharon Ranalli.

47 récipiendaires à l’Ordre de l’Ontario

La lieutenante-gouverneure de l’Ontario, Elizabeth Dowdeswell, a annoncé ce vendredi 47 nominations pour 2019 et 2020.

La lieutenante-gouverneure Elizabeth Dowdeswell. Source : Twitter

« Nous avons vu le meilleur des Ontariennes et des Ontariens cette année, et bon nombre de ces nouvelles personnes nommées sont honorées pour toute une vie de service envers notre province, jetant les bases de la résilience et de la communauté sur lesquelles chacun de nous était appelé à agir au cours de cette pandémie mondiale historique », a déclaré Elizabeth Dowdeswell dans un communiqué de presse.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
+2