Passer au contenu Passer au pied de page

Mélanie Joly seule à la barre des langues officielles

Temps de lecture : 4 minutes

OTTAWA – Le premier ministre Justin Trudeau a publié, ce vendredi, les lettres de mandat de ses ministres. En matière de langues officielles, peu de surprises. Le dossier semble cantonné à la ministre Mélanie Joly.

Celles et ceux qui ont lu le programme du Parti libéral du Canada (PLC) n’apprendront rien dans la lettre de mandat de la ministre du Développement économique et des Langues officielles, Mélanie Joly.

Le gouvernement y répète ses engagements électoraux. Il s’engage à moderniser la Loi sur les langues officielles, en y intégrant la protection du rôle de CBC/Radio-Canada afin de mieux refléter la dualité linguistique et le respect par Air Canada de ses obligations linguistiques.

« Le gouvernement prend la peine de détailler ses intentions pour CBC/Radio-Canada et Air Canada, mais donne l’impression qu’il veut limiter la portée de cette modernisation à ces problèmes particuliers, alors que le véritable souci, c’est le cadre général de la Loi », estime le politologue à l’Université d’Ottawa, Martin Normand.

Et même si le premier ministre répète également l’importance de renforcer les pouvoirs du commissaire aux langues officielles dans un nouveau texte législatif, le politologue reste sur sa faim.

« Cela ne répond pas aux attentes formulées par les communautés francophones. On parle d’Air Canada, mais on ne parle pas du Bureau de la traduction, du droit des fonctionnaires de travailler dans la langue de leur choix ni de comment mieux définir les mesures positives que le gouvernement fédéral doit prendre pour les communautés… De plus, on cantonne les langues officielles entre les mains de Mme Joly, alors que celle-ci n’a pas tous les pouvoirs structurants de faire les changements. »

Rien de nouveau

Celles et ceux qui espéraient trouver plus de détails quant à la stratégie du gouvernement en matière de modernisation de la Loi sur les langues officielles ou même un échéancier seront donc déçus.

Mais tout juste sorti d’une rencontre avec la ministre Joly, ce vendredi, le président de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Jean Johnson, se montre optimiste.

« Nous lui avons répété les éléments importants que nous voulons voir dans la Loi, comme une agence centrale qui en gère la mise en œuvre, la mise en place d’un tribunal administratif pour les institutions qui ne respectent pas la Loi, une définition plus claire des mesures positives que le gouvernement doit prendre pour nos communautés… Nous sommes à l’aise avec les réponses de la ministre qui semble ouverte à l’idée de nous intégrer d’une manière ou d’une autre à la rédaction du projet de loi. Il est maintenant temps de passer à l’action ! »

Le président de la FCFA, Jean Johnson. Archives ONFR+

La ministre du Développement économique et des Langues officielles abonde dans le même sens.

« J’ai reçu un mandat clair et non équivoque de la part du premier ministre de moderniser et de renforcer la Loi sur les langues officielles. La prochaine étape est de développer ce nouveau texte de loi et je vais travailler étroitement avec la FCFA et les autres intervenants pour renforcer la loi pour les communautés. »

La ministre indique à ONFR+ qu’elle fournira plus de détails sur les étapes suivantes très prochainement, mais ne veut pas révéler quelles sont les mesures qu’elle privilégie dans le cadre de cette modernisation.

« Il y a plusieurs avenues sur la table », dit-elle.

Dossiers oubliés

Travailler avec l’Ontario sur la création de l’Université de l’Ontario français, améliorer l’accès à des programmes en seconde langue officielle, investir dans les infrastructures des communautés, comme les écoles et des centres culturels, ou encore, compléter le lancement de l’outil en ligne gratuit pour améliorer les connaissances des langues officielles, « Le Mauril », sont également des promesses qu’avait déjà formulé le PLC dans sa plateforme qui se retrouvent dans la lettre de mandat de Mme Joly.

Mais comme le remarque M. Normand, le dossier des langues officielles semble cantonné aux responsabilités de la ministre.

Pourtant, outre la modernisation de la Loi sur les langues officielles, les organismes de la francophonie canadienne ont d’autres attentes. Et ces demandes semblent avoir été oubliées dans les lettres de mandat.

Depuis plusieurs années, ils pressent notamment le gouvernement d’agir sur l’immigration francophone à l’extérieur du Québec ou d’ajouter des questions linguistiques au prochain recensement afin de mieux dénombrer les ayants droit francophones et ainsi de mieux prévoir les besoins en nouvelles écoles et en éducation, par exemple. Mais ces dossiers ne sont jamais abordés dans la lettre de mandat du ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, Marco Mendicino, ou dans celle du ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, Navdeep Bains, pourtant responsable de Statistique Canada.

« Même dans la lettre de mandat du ministre des Affaires étrangères, on dit qu’il est responsable de la Francophonie, mais on ne précise jamais quelle direction le Canada veut prendre dans ce dossier », remarque M. Normand.

La ministre Joly se veut rassurante.

« J’ai toujours eu un mandat pangouvernemental et horizontal et je vais continuer à l’avoir. Le premier ministre reconnaît mon expérience. »

Le président de la FCFA prévoit rencontrer les ministres responsables de ces dossiers pour y voir plus clair.

« C’est sûr que c’est inquiétant que ces éléments ne soient pas dans leurs lettres de mandat, mais nous avons demandé à les rencontrer. On veut savoir comment ils comptent répondre aux besoins des communautés. En matière d’immigration, les attentes sont élevées. »

POUR EN SAVOIR PLUS:

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
2+