Passer au contenu Passer au pied de page

« Nous savons que les francophones ont leur propre réalité » – Geoffrey Chambers

Temps de lecture : 4 minutes

[ENTREVUE EXPRESS]

QUI :

Geoffrey Chambers, président du Quebec Community Groups Network (QCGN), l’organisme porte-parole des Anglo-Québécois.

LE CONTEXTE :

Le QCGN a signé une entente de collaboration avec l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) et la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick (SANB), le 2 juillet. La communauté anglo-québécoise demande l’aide des deux organismes, car elle craint une tentative du gouvernement québécois d’abolir les commissions scolaires anglophones.

L’ENJEU :

La signature de l’entente entre le QCGN, l’AFO et la SANB a divisé la francophonie canadienne. Certains craignent que ce rapprochement ne nuise aux relations avec le gouvernement québécois, alors que se profile un sommet sur le rapprochement des francophonies canadiennes, à Québec, en 2020.

« L’entente que vous avez signée avec l’AFO et la SANB a engendré beaucoup de débats. Comprenez-vous les critiques qui ont été émises ?

Oui, je le comprends. Mais vous savez, cela fait plusieurs années que nous travaillons avec les francophones hors Québec sur différentes crises, comme dans les années 80 au Manitoba ou sur les dossiers Montfort ou de l’éducation en Ontario.

Il y a toujours un peu de pression venant du gouvernement et de certains intellectuels québécois dans ce genre de situation. Depuis les années 80-90, plusieurs pensent que la survie des francophones en contexte minoritaire et au Canada passe par le Québec. Mais pour nous, c’est d’avoir un système et des règles qui garantissent le développement des deux langues officielles à long terme.

Mais ces critiques ne viennent pas que du Québec. Les opposants à cette entente insistent sur le fait que la réalité des Anglo-Québécois est différente de celle des francophones en milieu minoritaire. Qu’en pensez-vous ?

Il ne faut pas nier que chaque communauté a une histoire et une réalité différentes. Notre histoire n’est pas la même que celle des francophones en situation minoritaire. Notre langue n’est pas en danger, alors que les francophones doivent se battre pour protéger la leur.

Pour nous, le danger se situe davantage au niveau des services. Et c’est là que nous avons des points en commun avec les francophones en contexte minoritaire, notamment pour obtenir des services et de l’offre active dans notre langue dans les institutions, en matière de santé ou de services sociaux par exemple. Cela prend une évolution des attitudes partout au Canada. Et c’est la raison pour laquelle nous avons travaillé ensemble et sommes d’accord sur les ajouts et changements à apporter à la Loi sur les langues officielles.

On entend souvent dire que les Anglo-Québécois sont bien traités comparativement aux francophones en situation minoritaire, notamment parce que vous disposez de plusieurs institutions solides. Que répondez-vous à cette analyse ?

Nous avons des institutions importantes, ce qui n’a pas été permis aux francophones de l’extérieur du Québec. Mais aujourd’hui, celles-ci sont en déclin et nous essayons d’apprendre de nos alliés francophones comment les protéger.

Nous nous sommes également inspirés de l’Ontario pour faire des propositions quand le précédent gouvernement québécois a finalement admis qu’il existe une communauté anglophone minoritaire – ce qui était nié depuis 30 ans – et a voulu mettre en place une structure gouvernementale [le Secrétariat aux relations avec les Québécois d’expression anglaise].

Mais nous regarder comme la communauté la mieux traitée du monde, sans problème, c’est le portrait d’il y a 60 ans et une caricature qui sert le gouvernement québécois pour ne pas financer les services dont on a besoin. Il faut revenir sur l’idée que la communauté anglo-québécoise se résume aux résidents de Westmount. Quand on regarde de plus près, le dernier recensement a montré que du point de vue socio-économique, les Anglo-Québécois sont derrière les francophones québécois et les anglophones et francophones hors Québec.

Geoffrey Chambers, président du Quebec Community Groups Network (QCGN). Gracieuseté : QCGN

Les relations entre la communauté anglo-québécoise et le gouvernement provincial de François Legault ne sont pas au beau fixe. Que craignez-vous exactement ?

Le gouvernement Legault se concentre sur la population qui l’a élu et se montre peu ouvert aux minorités, pas seulement à nous. Actuellement, il a la volonté de réorganiser les commissions scolaires en utilisant la même solution pour tout le monde sans tenir compte des différences pour les minorités. C’est pourtant quelque chose qu’ont compris la Nouvelle-Écosse et l’Île-du-Prince-Édouard quand ils ont aboli leurs commissions scolaires, tout en maintenant les commissions francophones. 

Pensez-vous vraiment que le gouvernement pourrait tenter d’abolir les commissions scolaires anglophones alors que plusieurs jugements les protègent ?

Si on ne fait rien, le gouvernement va essayer, même s’il n’y parviendra pas, car nous avons des droits. Mais nous avons besoin d’appuis.

Qu’attendez-vous de votre entente avec l’AFO et la SANB ?

Notre objectif commun, c’est que les Canadiens acceptent le bénéfice d’avoir des communautés de langue officielle en situation minoritaire et d’investir pour les soutenir, afin d’avoir un pays où les francophones et les anglophones se sentent à l’aise de vivre partout.

Certains chroniqueurs ont dépeint QCGN comme un groupe opposé au français au Québec. Quelle est votre position sur le sujet ?

Nous sommes toujours étonnés d’entendre ça. Nous avons pris beaucoup de temps et d’énergie pour répéter que nous croyons qu’il faut avoir des règles pour protéger le français et que la Charte de la langue française est là pour ça. Nous appuyons ce principe, dans le contexte où les services gouvernementaux sont aussi disponibles dans la langue la minorité.

Tout le monde ne connaît pas nécessairement le QCGN. Quelle est la mission de votre organisme ?

Notre mission est de donner une voix politique à la communauté anglophone du Québec et de rechercher des données probantes pour dialoguer avec le gouvernement, afin que les lois et les politiques soient développées de façon à répondre aux besoins de notre communauté. »

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
5+