Passer au contenu Passer au pied de page

Nouvelle journée de débrayage des enseignants franco-ontariens le 5 mars

Temps de lecture : 2 minutes

OTTAWA – Les membres de l’Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) seront une nouvelle fois dans la rue, le jeudi 5 mars, pour faire pression sur le gouvernement Ford. Les négociations s’enlisent entre les deux parties.

Après l’annulation de la journée de débrayage de cette semaine à cause des conditions météorologiques, l’AEFO annonce une nouvelle journée de mobilisation.

Manifestement, la 27e journée de négociation entre l’AEFO, le gouvernement et le Conseil des associations d’employeurs (CAE), qui représente les 12 conseils scolaires francophones, pour le renouvellement de la convention collective des membres du syndicat franco-ontarien, ce vendredi, n’a pas eu les effets escomptés.

« La rencontre s’est terminée avec très peu de progrès. L’offre du CAE n’était toujours pas suffisante pour protéger et améliorer les droits et acquis des membres du personnel enseignant et suppléant, ni pour protéger les conditions de travail essentielles à l’apprentissage des élèves », explique le syndicat dans un communiqué, diffusé ce samedi.

Les 12 000 membres du personnel enseignant et suppléant seront donc en place sur 93 sites de piquets de grève, partout en Ontario. La liste des sites et les heures de piquets de grève devraient être rendues publiques lundi.

Négociations au point mort

Il s’agira de la troisième grève générale de l’AEFO, alors que sur le terrain, les enseignants franco-ontariens poursuivent également leur grève du zèle.

Ces journées de débrayage constituent la phase 3 des moyens de pression de l’AEFO qui prévoit une journée de grève générale par semaine. Après une phase 1 qui touchait principalement les tâches administratives, la phase 2, déclenchée le 28 janvier, prévoyait que les enseignants se concentrent exclusivement sur le curriculum d’enseignement et laissent de côté les activités spéciales, les rassemblements et les visites dans les gymnases.

La convention collective des membres de l’AEFO est arrivée à échéance le 31 août dernier.

Selon le syndicat, les négociations bloquent sur le nombre d’élèves par classe, l’apprentissage numérique et le refus du gouvernement d’octroyer le même financement qu’en 2017 à l’enfance en difficulté et aux élèves ayant des besoins particuliers.

Rémi Sabourin, président de l’AEFO. Archives ONFR+

« L’AEFO en est à un point mort avec les conseils scolaires et le ministre de l’Éducation, Stephen Lecce. Nous estimons qu’ils continuent à faire la sourde oreille aux demandes importantes des enseignantes et enseignants. L’AEFO ne souhaite plus poursuivre un dialogue de sourds », a déclaré le président de l’AEFO, Rémi Sabourin.

Du côté du ministre de l’Éducation, Stephen Lecce, on pointe plutôt la question des augmentations salariales. L’AEFO réclame 2 % quand le gouvernement veut limiter cette haute à 1 %.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
2+