Passer au contenu Passer au pied de page
Le Parti vert a sorti sa plateforme électorale jeudi matin

Les verts dévoilent leur plateforme promettant une économie climatique

Temps de lecture : 3 minutes

TORONTO – Le Parti vert a dévoilé ce jeudi sa plateforme électorale concentrée sur des enjeux sociaux, économiques et environnementaux. Mais la francophonie ontarienne passe légèrement sous silence. Les promesses faites durant ses déplacements sont soit absentes de son plan, soit à peine nommées. Il rétablira, cependant l’indépendance du Commissariat aux services en français.

Mike Schreiner soumet trois propositions pour les francophones de la province. Le parti fournira aux organismes à but non lucratif des ressources linguistiques en français. Il augmentera le nombre de personnes parlant français dans les programmes scolaires et compte améliorer l’offre de services en français. Il ne précise toutefois pas ces notions.

En déplacement à Toronto ce jeudi. Mike Schreiner a tenté une réponse en français au micro d’ONFR+, se justifiant ensuite de vouloir plus de services pour mieux apprendre à parler français. Il affirme ensuite que l’Université de Sudbury sera l’université du Nord pour et par les francophones et promet de protéger l’éducation en français dans les universités au Sud de la province.

Une plateforme sociale

Deux ans après le début de la pandémie, la santé reste un thème important dans cette élection. Le plan des verts partage plusieurs points communs avec le Nouveau Parti démocratique (NPD).

Entre autres, Mike Schreiner propose d’augmenter les dépenses en santé mentale de 10 %, directement prélevées dans le budget de la santé et dans le cadre de la l’Assurance santé. En effet, le Parti vert accorde aux soins de santé mentale une priorité de cette campagne. Il veut notamment catégoriser ce problème comme étant de santé publique. Il souhaite allouer des ressources pour traiter la toxicomanie et les démocratiser aux cliniques sans rendez-vous et auprès des équipes de santé familiale.

En plus, il veut accroître le financement en santé mentale pour les enfants afin de réduire le temps d’attente à moins de 30 jours, que ce soit pour des thérapies ou des soins associés.

« Parfois les jeunes et enfants, attendent 18 mois ou même deux ans avant d’être pris en charge », s’est insurgé le député sortant de Gueph, lors de l’annonce de sa plateforme.

Toujours en santé, Mike Schreiner compte reconnaître le suicide comme une priorité de santé publique. Marquée par l’actualité des dernières semaines, la formation politique propose d’augmenter le nombre de cliniques de santé pour femmes et de cliniques d’avortement en Ontario.

Un plan pour un logement économique et climatique

La crise du logement représente un aspect phare de la plateforme des verts. Le chef souhaite mettre en place les quartiers « 15 minutes », comme une des solutions climatiques. « Une ville, 15 minutes » est un concept qui signifierait l’accès au travail, à l’école, au système de santé et aux magasins en moins d’un quart d’heure de marche ou de vélo.

Le chef du Parti vert Mike Schreiner.
Le chef du Parti vert Mike Schreiner. Crédit image : Rudy Chabannes

La formation écologique veut ainsi miser sur une réduction des véhicules sur la route pour notamment atteindre zéro émission nette d’ici 2045.

Dans la même veine, on propose d’offrir jusqu’à 15 000 $ pour inciter les propriétaires à faire des rénovations énergétiques dans les logements qu’ils détiennent.

« Cela créera de l’emploi, mais je veux aussi créer de nombreux emplois verts dans la province. »

Dans son plan logement, il est question de construire 160 000 nouvelles habitations locatives abordables dans les dix prochaines années en plus de rétablir le contrôle des loyers.

Enfin, si Mike Schreiner est élu, il étendra l’allocation au logement à 300 000 nouveaux foyers, une dépense estimée à 240 millions de dollars par an. Il compte travailler afin de mettre fin à l’itinérance sur un plan de dix ans.

Autres mesures extraites de la plateforme :

  • Ramener l’âge du vote à 16 ans.
  • Fournir un financement de 1 milliard de dollars pour les aires protégées par les autochtones.
  • Que les travailleurs temporaires deviennent des employés à part entière après trois mois.
  • Électrifier le réseau de transport en commun de l’Ontario avec 4 000 autobus électriques d’ici 2030.
  • Augmenter la demande de véhicules neufs à faibles émissions avec des incitatifs allant jusqu’à 10 000 $ pour l’achat d’un véhicule entièrement électrique et 1 000 $ pour un vélo électrique ou un véhicule électrique d’occasion.
  • Interdire l’élevage et la vente d’animaux exotiques sauvages.
  • Protéger de façon permanente les terres agricoles.
  • Restaurer le Bureau du commissaire à l’environnement

Plus de détails à venir

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !