Passer au contenu Passer au pied de page
André Thériault (au centre). Crédit image : Guylaine Charest

Pour André Thériault, la Saint-Jean-Baptiste ne s’arrête pas à la frontière du Québec

Temps de lecture : 2 minutes

HAILEYBURYFête nationale du Québec, fête des Canadiens français d’un océan à l’autre ? Est-il possible d’y voir les deux dans un même événement ? Habitué de jouer au Québec et dans les communautés francophones minoritaires, le chansonnier québécois André Thériault livre son point de vue en route vers son spectacle à Haileybury dans le Témiscamingue ontarien.

Chanteur country-folk avec sept albums à son actif, André Thériault a joué de nombreuses fois en Ontario à l’occasion des célébrations de la Saint-Jean-Baptiste.

« C’est toujours très intéressant. Quand on va dans les communautés francophones de l’Ontario, les gens sont vraiment au rendez-vous », raconte-t-il en entrevue avec ONFR+. « On a l’impression que ça fait un certain temps qu’ils ne se sont pas vu et en profitent pour échanger en français. Un événement se crée et ce sont des soirées mémorables. »

May be an image of one or more people, people playing musical instruments, people standing, guitar and outdoors
L’artiste André Thériault. Crédit image : Guylaine Charest

La Saint-Jean bleue ou verte ?

En 1977, la Saint-Jean Baptiste-devient la fête nationale du Québec par décret ministériel du gouvernement de René Lévesque. Depuis, un certain questionnement persiste à savoir si cette fête réfère au nationalisme québécois ou à la fierté francophone canadienne.

Pour André Thériault, un aspect n’exclut pas forcément l’autre. « C’est vrai qu’il y a une certaine appartenance nationaliste, mais je crois que c’est un moment de rassemblement plus large des francophones. Elle est fêtée du Nouveau-Brunswick jusqu’à Vancouver », affirme-t-il. « À l’heure où tout va très vite, la Saint-Jean reste quelque chose de bien ancré et je crois que c’est pour ça qu’elle est célébrée à la grandeur de l’échelle canadienne. »

Avec son expérience dans les différentes communautés francophones du Canada, le chansonnier comprend bien l’importance de cette fête en particulier pour les locuteurs d’expression française hors Québec. « La Saint-Jean fait remonter quelque chose de profond dans les communautés minoritaires alors qu’au Québec on a encore l’occasion de célébrer la chanson traditionnelle francophone dans plusieurs festivals », explique-t-il.

En direction vers son spectacle, André Thériault se prépare à faire vivre aux membres de son public une soirée qui leur fera penser à celles qu’ils passaient en famille autrefois.

L’album Un rayon de miel. Crédit image : Guylaine Charest

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !