Passer au contenu Passer au pied de page

Revers pour les néo-démocrates dans le Nord : Bisson défait

Temps de lecture : 4 minutes

SUDBURY – Des luttes serrées ont eu lieu dans certaines circonscriptions mais la continuité semble prévaloir dans celles à forte concentration francophone dans le Nord de l’Ontario où le Nouveau Parti démocratique (NPD) a eu quelques difficultés. C’est à Timmins que la défaite du député néo-démocrate sortant Gilles Bisson a particulièrement retenu l’attention.

La course aura été chaude durant toute la soirée avec des résultats finaux qui sont sans équivoque : la victoire est massive pour le maire actuel de Timmins George Pirie avec 64,9 % des voix contre seulement 29,5 % pour Gilles Bisson. Le pari aura été gagnant pour les conservateurs qui auront réussi à déloger le député qui siège à Queen’s Park depuis 1990 et avait subi un infarctus un peu avant le début de la campagne.

Le candidat défait a d’ailleurs été félicité son successeur en personne peu après l’annonce des résultats. Il a, en outre, annoncé se retirer de la vie politique pour se consacrer à sa famille. Si la nouvelle en a surpris plus d’un, le soutien envers l’ex-député demeure solide auprès d’autres candidats du NPD tels que France Gélinas.

« Gilles a toujours été quelqu’un sur lequel j’ai pu compte. Il a été un des députés qui a été là depuis le plus longtemps. Il connaissait comment tout fonctionnait », a-t-elle confié avec émotion, ajoutant qu’elle lui a téléphoné plus tôt aujourd’hui et qu’il lui aurait assuré qu’il serait toujours là pour l’aider après lui avoir appris qu’il prenait sa retraite.

Sans surprise, cette dernière retrouvera son siège à Queen’s Park pour un cinquième mandat. La députée de Nickel Belt, a été en tête des sondages durant toute la campagne dans cette circonscription comptant près de 40 % de population francophone.

La députée a recueilli 50,8 % des voix, dépassant son score des dernières élections provinciales de 2018 où 63,5 % des votants lui avaient accordé leur confiance.

La députée sortante de Nickel Belt France Gélinas réélue pour un cinquième mandat. Crédit image : Inès Rebei.

Loin derrière elle, se trouvait le candidat Randy Hazzlet du Parti progressiste-conservateur et conseiller municipal à Rivière des Français, qui a obtenu 29,9 % des votes.

Quels seront les dossiers sur lesquels elle travaillera en premier à Queen’s Park ? Celle qui occupait le rôle de porte-parole de l’opposition en matière de santé évoque justement la santé dans ses priorités.

« Pour les gens de Nickel Belt, la priorité numéro un ce sera l’accès aux soins de santé. Il y a de trop grands temps d’attente pour des opérations », a-t-elle indiqué au micro d’ONFR+ dans la foulée de sa victoire, ajoutant l’entretien des routes du Nord en hiver serait aussi dans sa liste.

Les néo-démocrates sauvent les meubles

À Mushkegowuk-Baie James, où la population est composée de près de 60  % de francophones, la lutte a aussi été chaude durant toute la soirée. Cette circonscription compte notamment les villes de Hearst, Elliot Lake et Chapleau.

Le député sortant Guy Bourgouin, porte-parole du NPD en matière d’Affaires francophones au moment de la dissolution de la Chambre, a été réélu pour un deuxième mandat, non sans difficultés.

Il affrontait le conseiller municipal de Moonbeam et candidat progressiste-conservateur Éric Côté dans une lutte assez serrée durant la campagne.

Au final, seules 824 voix le séparaient de son adversaire Éric Côté qui a obtenu 35,8 % contre 47,2 % pour le député sortant. En dernière position suivait l’enseignant et pompier volontaire portant les couleurs du Parti libéral Matthew Pronovost qui récolte 11,7 % d’appui.

Du côté d’Algoma-Manitoulin, les résultats se sont fait connaître plus tardivement en raison de problèmes techniques révélés par Élections Ontario en début de soirée et qui ont forcé la fermeture des bureaux de vote à 23h. Le député sortant du NPD, Michael Manta, s’est fait réélire pour un cinquième mandat avec 46 % des voix dans un château fort néo-démocrate composé à 40  % de francophones. 

Du côté de Sudbury, son homologue Jamie West récupère aussi son siège à Queen’s Park avec 40,8 % de votes en sa faveur, contre 29,0 % pour le candidat du Parti progressiste-conservateur, le Franco-Ontarien Éric Despatie. M. West a été un des principaux députés à monter aux barricades pour trouver une issue à la crise du postsecondaire dans sa région depuis que l’Université Laurentienne a sabré dans ses effectifs et programmes en français en 2020.

À Timiskaming-Cochrane, c’est le néo-démocrate John Vanthof qui a été plébiscité avec 42,9 % des votes contre 35,5 % en faveur du candidat progressiste-conservateur Bill Foy.

Les ministres largement rééelus

Avec une confortable avance de 6727 voix et 50,2 %, c’est le candidat conservateur Vic Fedeli qui l’a emporté dans la circonscription de Nipissing, où vivent 22,7 % de francophones. Une réelection sans difficulté pour l’ancien ministre des Finances de la province.

À Sault-Sainte-Marie, très convoitée par les chefs durant la campagne, c’est l’ancien ministre des Collèges et Universités au moment de la crise à l’Université Laurentienne , Ross Romano, qui a été réélu avec 46,9 % des voix.

Avec seulement 414 voix de plus que son adversaire néo-démocrate Michele McCleave-Kennedy lors des dernières élections provinciales de 2018, la course s’annoncait serrée pour cette année mais c’est finalement une différence de 2577 voix qui les séparent pour 37,3 % en la faveur de la candidate défaite.

Pari raté pour les verts

À Parry-Sound-Muskoka l’attente était grande pour le Parti vert qui espérait faire une percée en obtenant un autre siège. Les verts avaient misé sur l’enseignant Matt Richter qui se présentait pour la cinquième fois dans cette circonscription. Il avait recueilli 20 % des voix en 2018. Un espoir alimenté par le fait le retrait du candidat libéral faisant face à des accusations de propos homophobes.

C’est donc le maire de Bracebridge, Graydon Smith, qui conserve le siège pour les progressistes-conservateurs. La lutte aura été chaude avec des résultats de 45,4 % des voix pour le conservateur contre 40, 7 % pour le candidat vert.

À Kenora-Rainy River, c’est celui qui était le ministre du Développement du Nord, des Mines, des Richesses naturelles et des Forêts et Ministre des Affaires autochtones Greg Rickford qui l’a emporté avec un score confortable de 59,4 % des voix.

Les gagnants

  • Algoma–Manitoulin : Michael Manta (NPD)
  • Kenora-Rainy River : Greg Rickford (Parti progressiste-conservateur)
  • Kiiwetinoong : Sol Mamakwa (NPD)
  • Mushkegowuk-Baie James : Guy Bourgouin (NPD)
  • Nickel Belt : France Gélinas (NPD)
  • Nipissing : Vic Fedelli (Parti progressiste-conservateur)
  • Parry Sound-Muskoka  : Graydon Smith (Parti progressiste-conservateur)
  • Sault Ste. Marie  : Ross Romano (Parti progressiste-conservateur)
  • Sudbury : Jamie West (NPD)
  • Thunder Bay–Atiokan : Kevin Holland (Parti progressiste-conservateur)
  • Thunder Bay-Supérieur-Nord : Lise Vaugeois (NPD)
  • Timmins : Georges Pirie (Parti progressiste-conservateur)

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !