Passer au contenu Passer au pied de page

Six jours exclusivement virtuels pour le congrès de l’AFO

Temps de lecture : 3 minutes

Tout sera virtuel pour le congrès annuel l’Assemblée de la francophonie d’Ottawa (AFO). À compter d’aujourd’hui, des dizaines de militants francophones se retrouveront via Zoom pour cette « Rencontre annuelle virtuelle 2020 : Agir pour l’avenir ». Tour d’horizon en quelques points des moments clés de la semaine.

Ottawa désignée à l’origine

C’est maintenant une habitude depuis plusieurs années. Chaque dernière fin de semaine d’octobre, l’AFO tient son congrès annuel. Trois villes accueillent à tour de rôle l’événement : Ottawa, Toronto, et Sudbury. Après une édition 2018 dans la Ville reine, puis à Sudbury l’an dernier, le congrès aurait dû se tenir à Ottawa cette année, probablement au Collège La Cité. Mais les nouvelles règles de distanciation sociale ont eu raison d’un événement « présentiel ».

« On aurait pu faire juste un congrès ou juste l’AGA, mais nous avons vraiment senti que nos organismes ont beaucoup de besoins », explique Carol Jolin, le président de l’AFO. « C’est notre responsabilité en tant qu’AFO de leur donner le maximum de possibilités d’ateliers et de formations. On veut les outiller pour qu’ils puissent encore mieux performer au niveau organisationnel. Il y a donc une brochette d’activités et de formations qui sont disponibles pour eux. »

Une dizaine de webinaires

Sur le modèle des années précédentes, une série de webinaires ponctueront les cinq journées, avant la tenue de l’assemblée générale annuelle, samedi matin. Le thème «  agir pour l’avenir  » tentera de refléter ces ateliers.

Parmi les différentes formations : « les droits linguistiques et la COVID-19 », ce lundi, « apprendre à connaître les nouveaux arrivants », mercredi, ou encore « les bases d’une bonne pratique de service pour la communauté LGBTQ+ », jeudi.

« C’est sûr que c’est différent en virtuel, mais la bonne chose, c’est que ça permet à des organismes qui ne pouvaient pas envoyer tous leurs employés ou administrateurs de participer davantage. Nous n’avons jamais eu autant d’inscrits pour les ateliers, on a au-delà de 1 000 inscriptions ! Ces ateliers seront, de plus, aussi disponibles après le symposium puisque nous allons les enregistrer. »

Les deux commissaires invités

L’organisme porte-parole des Franco-Ontariens a choisi d’inviter chaque jour un leader communautaire dans une rencontre « sous les projecteurs ». Ce lundi (12h30), la commissaire aux services en français de l’Ontario, Kelly Burke, répondra aux questions du directeur général de l’AFO, Peter Hominuk. Son homologue aux langues officielles, Raymond Théberge, se livrera à l’exercice, ce vendredi.

La commissaire aux services en français, Kelly Burke. Archives ONFR+

Parmi les autres francophones « sous les projecteurs » invités à prendre la parole : le recteur de l’Université de l’Ontario français (UOF), André Roy, ce mardi, le PDG de l’hôpital Horizon Santé Nord, Dominic Giroux, le lendemain, puis la directrice générale d’Épelle-moi Canada, Dorine Tcheumeleu, ce jeudi.

Le Grand gala

Pas de couverts, ni de dessert pour le Grand gala « virtuel » de vendredi. Mais comme les années, précédentes, l’AFO remettra ses prix de reconnaissance.

Bernard Leduc, Édith Dumont et Éric Robitaille sont en lice pour le Prix Paulette Gagnon récompensant « les efforts et le cheminement professionnel exemplaire d’une personne à l’endroit de la communauté francophone ».

La Maison de la francophonie d’Ottawa, l’ACFO Ottawa, l’Association des professionnels de la musique et de la chanson (APCM), et le Centre Charles-Émile-Claude sont en nomination pour le Prix de l’Horizon franco-ontarien, qui récompense « un projet, une pratique ou une initiative communautaire ».

Enfin, Fatima Aden, Jean Roy et Denyse Culligan sont finalistes pour le Prix Florent-Lalonde, reconnaissant les « efforts et l’engagement d’un bénévole au sein de la communauté ».

Le conseil d’administration

Pour les autres membres du CA, aucune élection ne sera nécessaire lors de l’assemblée générale annuelle de l’organisme. Il y a quelques jours, l’organisme a annoncé la réélection de Carol Jolin par acclamation pour un troisième mandat de deux ans.

Claudette Gleeson a été élue administratrice pour la région du Nord-Ouest, Jason Dupuis pour la région de l’Est, Dominique Janssens représentera la région Centre et Alexi Breton le Nord-Est. Michelle Nadeau occupera, pour sa part, le poste réservé au groupe « jeunesse ».

Qu’attendre de l’AGA ?

Sans élection, il ne devrait pas avoir de grosse surprise pendant l’AGA de samedi matin. Le clou de la séance d’une heure et demie : probablement le plan stratégique communautaire.

L’assemblée générale annuelle de l’AFO à Sudbury, l’an passé. Archives ONFR+

« Nous allons aussi faire une mise à jour du plan stratégique communautaire pour 2030, qui nous servira en quelque sorte de feuille de route ou de guide pour les prochaines années  », précise M. Jolin. «  Ça nous permet d’aligner nos objectifs tous ensemble. C’est grâce à un plan comme ça qu’on n’a pu vite enligner tout le monde, en quelques jours, lors de la résistance. »

Article écrit avec la collaboration de Benjamin Vachet

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
2+