Passer au contenu Passer au pied de page

Centres de soins de longue durée : 30 000 nouveaux lits d’ici 10 ans

Temps de lecture : 4 minutes

Le gouvernement de l’Ontario a annoncé, mercredi, qu’il injecte 1,75 milliard de dollars pour financer l’aménagement de 30 000 nouveaux lits d’ici 2030 dans les centres de soins de longue durée. Il sera aussi obligatoire pour les nouveaux foyers ou ceux rénovés de se doter de l’air climatisé.

À court terme, près de 8 000 nouveaux lits seront ajoutés et 12 000 autres seront rénovés.

« Actuellement, il y a près de 24 000 lits en Ontario qui répondent à des critères de 1972. On peut et l’on doit faire mieux. Après des années de négligence de la part des précédents gouvernements, notre gouvernement prend des actions rapides pour améliorer les soins de longue durée », a affirmé la ministre des Soins de longue durée, Merrilee Fullerton.

Le gouvernement Ford revoit aussi le mode de financement des soins de longue durée. Par exemple, un foyer comportant environ 160 lits pourra désormais recevoir jusqu’à 38 000 $ en fonds publics, soit 7 000 $ de plus que l’ancien système.

« Le système actuel ne prend pas en compte les réalités des régions et met des barrières au développement des terrains, de la construction et des frais de développement », soutient Mme Fullerton.

La ministre des Soins de longue durée, Merrilee Fullerton. Capture écran ONFR+

L’argent gouvernemental distribué aux foyers sera fait en fonction d’un nouveau modèle, tiré à partir de la densité de la population dans la région du foyer. Ces derniers seront divisés selon quatre types, soit un grand centre urbain, un milieu urbain, une région de grandeur moyenne et un milieu rural.

Avec le nouveau modèle, les coûts de construction, ainsi que les fonds publics attribués aux centres, seront distribués en fonction de ces milieux, ce que l’ancien modèle ne prenait pas en compte.

« On a hérité d’un système brisé où près de 10 000 personnes sont restées sur des listes d’attente pour des lits, un système où nos aînés attendent dans les salles d’urgence de nos hôpitaux et un système où des personnes étaient privées d’air climatisé. C’est inacceptable et on va fixer ça », a lancé, en conférence de presse, le premier ministre Doug Ford.

Avec ces mesures, M. Ford veut réduire le nombre de plus de 3 000 personnes qui sont dans les hôpitaux et parfois en attente d’une place dans un foyer de soins.

Un fonds exclusivement réservé pour l’installation de l’air climatisé sera aussi mis en place dans ce nouveau système. La mesure obligatoire sur l’air climatisé ne touche toutefois pas les bâtiments qui en n’ont pas ou ceux qui ne prévoient pas rénover leurs installations.

L’opposition insatisfaite de l’annonce

Pour l’opposition, cette annonce n’est pas suffisante. La porte-parole du Nouveau Parti démocratique (NPD) en matière de Soins de santé, France Gélinas, déplore le manque d’actions directement sur le terrain.

« Pour les gens qui demeurent dans les centres de soins de longue durée et pour les familles, il n’y a rien. Il n’y a rien qui va améliorer la qualité des soins ou les rendre plus humains. »

« Le gouvernement nous dit qu’ils vont mettre une commission de l’avant après avoir lu dans le rapport des Forces armées que les soins étaient affreux, mais rien dans l’annonce ne parle de ça », ajoute la députée de Nickel Belt.

La députée néo-démocrate France Gélinas. Archives ONFR+

Cette dernière déplore que le gouvernement marche avec un système qui profite encore aux entreprises et non aux résidents. Le NPD aimerait notamment voir le nombre d’heures de soins augmenter ou encore, y voir un minimum.

« Ça fait des années qu’on dit, au NPD, qu’on a besoin d’un minimum de quatre heures de soins par résident et que les maisons doivent avoir le personnel pour offrir ces quatre heures-là. On le demande depuis longtemps et ce n’est pas dans les annonces du gouvernement. On ne sait pas plus quand ça va l’être », affirme Mme Gélinas.

L’enveloppe monétaire annoncée à l’automne par le gouvernement pour construire 15 000 nouveaux lits sera distribuée différemment, a indiqué le ministère des Soins de longue durée.

La FAAFC « salue » l’annonce du gouvernement

Pour Elizabeth Allard, présidente de la Fédération des aînés et des aînées francophones du Canada (FAAFC), il s’agit d’une bonne nouvelle, même si l’on a dû avoir « une pandémie pour que ça arrive ».

« Je salue le gouvernement de l’Ontario. On fait finalement quelque chose et ça fait longtemps qu’on l’attendait. »

« J’ai été plusieurs années à la Fédération des aînés et des retraités francophones de l’Ontario (FARFO) et même avant moi, on parlait de ça. On a fait des représentations, des suggestions et des recommandations, plein d’autres organismes demandaient la même chose, et il arrivait des abus et toute sorte de choses. Ça a pris la pandémie pour faire sortir le chat du sac », illustre Mme Allard.

Elle abonde toutefois dans le même sens que Mme Gélinas pour un meilleur financement pour les soins directement sur le terrain.

« C’est un des problèmes de la situation et il ne s’en ira pas facilement. Il faut avoir du personnel et le former, alors il va falloir que l’argent ne soit pas juste distribué à la construction. Même si l’on a de belles maisons, ça prend du personnel qualifié et bien payé. »

Elle espère que la construction de bâtiments ne se fera pas au détriment des soins à domicile.

« On préconise l’amélioration des deux côtés. Ce n’est pas tout le monde qui veut aller dans un centre de soins de longue durée. »

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !