Passer au contenu Passer au pied de page

Sudbury vise 30 % d’immigrants francophones

Temps de lecture : 4 minutes

SUDBURY – Un nouveau programme en immigration tentera de séduire 100 nouveaux arrivants dans la plus grande ville du Nord de l’Ontario. Le programme se donnera la tâche ambitieuse de choisir 30 % de candidats francophones.

L’an dernier, 11 municipalités à travers le pays ont été sélectionnées pour le Programme pilote en immigration rurale dans les communautés du Nord. Chacune de ces villes doit recommander 100 immigrants potentiels qui ne pourraient pas immigrer au Canada autrement.

Afin de lancer son programme en fin mars, le Grand Sudbury a identifié ses critères de sélection. La francophonie sera un facteur déterminant, note l’agente en développement économique (Capital humain) de la Ville, Lynn Despatie.

« Nous n’avons pas une cible fixe, mais nous visons informellement une cible de 30 % de francophones », souligne-t-elle. « Les candidats bilingues auront des points bonus. »

« On est la plus grande des 11 communautés choisies et nous avons la plus importante composante francophone », poursuit-elle. « De plus, on a les services en français pour l’établissement et l’employabilité. Nous sommes aussi une des communautés francophones accueillantes, donc c’est important pour nous. »

Depuis l’an dernier, Sudbury se partage avec 13 autres municipalités une enveloppe de 12,6 millions de dollars sur trois ans. Ce projet pilote fédéral vise à aider des municipalités rurales hors Québec à développer des services d’accueil pour les immigrants francophones.

Plein emploi à Sudbury

L’actuel programme en immigration sous l’impulsion de la Ville se donne deux objectifs : combler les pénuries de main-d’œuvre et retenir les nouveaux arrivants dans le Grand Sudbury.

Il tombe ainsi à point alors qu’il y a de plus en plus d’emplois à Sudbury.

C’est ce que note le rapport de la Commission de planification en main-d’œuvre de Sudbury et Manitoulin (CPSM), publié le 2 mars. Toutefois, la population active sur le marché du travail n’arrive pas à combler la demande.

Selon le Plan du travail local 2019-2020 de la CPSM, le Grand Sudbury a connu une croissance nette du nombre d’entreprises dans toutes les catégories d’effectifs.

« Les augmentations favorables à l’emploi ont eu lieu dans plusieurs secteurs : construction ; finance et assurances ; immobilier, location et location-bail ; et santé et assistance sociale », note le rapport.

Il s’en suit un taux de chômage particulièrement faible, soit 4,8 % selon les plus récentes données de Statistique Canada. C’est ce que l’Organisation internationale du travail considère un marché à plein emploi.

Selon le rapport, la pénurie de main-d’œuvre s’explique en grande partie par un faible taux d’immigration dans la région.

Dans le Grand Sudbury, moins de 6 % de la population est issue de l’immigration. Plus de la moitié des immigrants sudburois sont arrivés avant 1980. Seulement 10 % de ceux-ci sont arrivés après 2010.

Pas la statistique la plus fiable

« Le taux de chômage ne vous dit pas grand-chose de ce qui se passe sur le terrain », nuance Reggie Caverson, directrice générale de la CPSM, l’organisme sans but lucratif qui étudie le marché du travail de la région.

« Le taux de chômage ne donne qu’un aperçu partiel de la situation », poursuit-elle. « Ces données sont toujours un peu douteuses et imprécises, car elles proviennent de recensements téléphoniques des lignes fixes. »

Les lignes fixes sont de moins en moins fiables, note-t-elle, puisqu’une grande partie de la population n’en a plus, notamment la majorité des jeunes et des sans-emploi.

« Il y a bien des questions auxquelles le taux de chômage n’arrive pas à répondre : les gens ont-ils des emplois à temps plein ? Des emplois à temps partiel ? Des emplois temporaires ? »

Les métiers spécialisés et le secteurs de la vente et des services sont les plus touchés par cette pénurie. Crédit photo : Don Maso (Getty Images)

Il n’empêche, il y a en effet une pénurie de main-d’œuvre à Sudbury. Selon Mme Caverson, certains métiers sont plus affectés que d’autres.

« Il existe environ un millier de catégories de professions. Dans certains domaines, la demande de main-d’œuvre est très forte. Par exemple, il n’y a pas assez d’ouvriers qualifiés pour combler la demande. Les employeurs recherchent des gens avec des années d’expérience et toutes leurs qualifications. Il n’y a pas personne pour occuper ces postes. »

Il y a aussi pénurie de préposés à la vente et aux services.

« La réalité est qu’il est de plus en plus difficile de trouver des personnes pour occuper ces postes », relate la directrice générale. Beaucoup d’employeurs – les comptoirs de restauration rapide, les épiceries, les cafés – nous disent qu’il est de plus en plus difficile de trouver quelqu’un ayant une bonne éthique professionnelle. Il est très difficile de trouver des personnes qui se présentent au travail tous les jours pour des emplois qui ne sont pas bien rémunérés. »

Les lacunes du projet pilote

Si les emplois en vente et services sont les plus difficiles à combler, le Programme pilote en immigration rurale dans les communautés du Nord n’est pas le mieux adapté pour relever ce défi, note Mme Despatie.

« Le projet pilote vise à pourvoir des postes permanents à temps plein », explique-t-elle. « Le défi, c’est que la plupart des postes dans ce secteur ne sont pas des postes à temps plein. »

Ce critère est mis en place par le gouvernement fédéral et les municipalités ne peuvent pas le modifier.

Les autres critères obligatoires incluent l’équivalent d’un diplôme d’études secondaires, un an d’expérience dans le domaine ainsi que des compétences linguistiques dans au moins une des langues officielles.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
3+