Passer au contenu Passer au pied de page

Un an plus tard, les Franco-Ontariens n’ont pas tout récupéré

Temps de lecture : 4 minutes

Il y a à peu près un an, la communauté franco-ontarienne découvrait avec stupeur le contenu du premier énoncé économique de l’ère Ford. Deux décisions qui créaient un élan de contestation au sein de l’Ontario français et de solidarité dans toute la francophonie pancanadienne. Mais un an plus tard, il reste du chemin à faire pour les Franco-Ontariens.

« Je me souviens que juste après, j’étais en direct à TFO. Mon non-verbal parlait de lui-même : j’étais en état de choc. On ne l’avait pas vu venir. Pendant la course à la chefferie progressiste-conservateur, Doug Ford avait dit qu’il appuyait l’Université de l’Ontario français, puis encore, une fois élu chef, puis premier ministre », se souvient le président de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO), Carol Jolin.

Le 15 novembre 2018, d’un simple coup de crayon, le gouvernement progressiste-conservateur revenait à un Office des Affaires francophones en lieu et place d’un ministère, supprimait le Commissariat aux services en français et le projet de l’Université de l’Ontario français (UOF). Motif : le retour à l’équilibre budgétaire et la rationalisation des dépenses.  

« Ces décisions reflétaient surtout une certaine maladresse et le gouvernement ne s’attendait pas à ce que ça fasse autant de vagues. Il voyait ces deux institutions comme nouvelles et ne pensait pas que la communauté y était si attachée. L’indépendance du Commissariat aux services en français ne datait que de fin 2013 et l’Université de l’Ontario français était un bonbon électoral de toute fin de mandat de la part du gouvernement Wynne », rappelle le politologue à l’Université McMaster, Peter Graefe.

Mais très vite, la contre-attaque s’organise. Et malgré les maigres concessions du gouvernement de transférer le Commissariat au bureau de l’ombudsman et de rétablir un ministère à part entière pour les Affaires francophones, les Franco-Ontariens et leurs alliés se mobilisent comme jamais le 1er décembre.

Nouveau regard politique

Alors que le premier ministre Doug Ford et son entourage ne voyaient jusqu’ici les Franco-Ontariens que comme un groupe d’intérêt parmi tant d’autres, il a dû aujourd’hui s’adapter.

« Je ne pense pas que leur vision a tellement changé, mais l’impact que cela a eu en Ontario et dans tout le pays oblige le gouvernement Ford à faire comme s’il reconnaissait la communauté franco-ontarienne comme une communauté constituante de la province », juge M. Graefe.

Le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford. Gracieuseté

D’autant que la mobilisation des Franco-Ontariens, souligne la politologue au Collège militaire royale du Canada, Stéphanie Chouinard, leur a permis de se faire entendre auprès de tous les Ontariens.

« Même dans la communauté majoritaire, on a entendu parler des compressions et ça fait partie des succès du mouvement. Il y a eu une prise de conscience de l’importance de ces institutions pour les Franco-Ontariens et je pense d’ailleurs que si on a parlé de langues officielles pendant le débat électoral fédéral, ça n’y est pas étranger. »

Un avis que partage M. Jolin.

« Nous avons eu une couverture médiatique à travers le pays et à l’international. Il y a eu un éveil à la francophonie en milieu minoritaire de la part du Québec qui nous a fourni un appui incroyable. »

Victoire du statu quo

Un an plus tard, la communauté franco-ontarienne a également obtenu une précieuse victoire avec la signature d’un protocole d’entente entre le gouvernement fédéral et la province pour la création de l’UOF. Mme Chouinard estime également que le mouvement a sans doute permis de sauver les entités de planification, essentielles pour les francophones, lors de la réforme en santé.   

« La communauté franco-ontarienne a démontré qu’elle est capable d’agir comme une communauté, malgré son étalement et sa diversité. C’est assez impressionnant et ça a été un succès pour limiter les dégâts », acquiesce M. Graefe.

Mais, rappelle Mme Chouinard, la communauté franco-ontarienne n’a pas réussi à faire complètement reculer le gouvernement.

« Malgré la vague de solidarité dès l’annonce des compressions en Ontario et ailleurs, on n’est pas revenu à la situation d’avant l’énoncé économique en ce qui concerne le Commissariat. C’est une perte qu’on commence à constater, d’autant que le poste d’ombudsman adjoint chargé du dossier n’a toujours pas été pourvu. C’est la prochaine étape sur laquelle doit se concentrer la communauté. »

Maintenir la pression

L’automne dernier, l’AFO avait ouvert la porte à un recours judiciaire. L’organisme avait même entamé une levée de fonds qui se poursuit encore et qui a permis de récolter 77 825 $, dont une grande partie a été utilisée pour les manifestations du 1er décembre. Mais aujourd’hui, M. Jolin privilégie le travail politique.

« Si on avait eu recours aux tribunaux dans le cas de l’UOF, on y serait encore. Tant qu’il y a de l’espoir, il faut continuer à faire ce travail politique-là. On veut travailler avec Mme Mulroney et avec le gouvernement sur la refonte de la Loi sur les services en français, et dans notre projet comme dans celui de M. Bourgouin [député néo-démocrate], on prévoit un Commissariat indépendant. »

Le président de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario, Carol Jolin. Archives ONFR+

Devant l’incertitude judiciaire, Mme Chouinard valide l’idée de privilégier une approche politique dans le dossier du Commissariat. Et pour y parvenir, l’organisme a besoin de maintenir la mobilisation, dit-elle.

« La crise a sonné un réveil et un regain d’intérêt de la communauté pour ses propres institutions. Il faut s’assurer de préserver cet engouement sans attendre la prochaine crise en rappelant que la communauté n’a pas tout récupéré. »

À l’abri ?

Même si l’énoncé économique 2018 a servi d’avertissement au gouvernement, la communauté doit se tenir prête, rappelle M. Graefe.

« Le calcul politique a changé, mais comme communauté minoritaire, la communauté franco-ontarienne doit toujours se tenir prête, car il est facile pour une majorité de ne pas comprendre sa réalité. »

M. Jolin souligne que la communication s’est grandement améliorée avec l’arrivée de la Franco-Ontarienne, Marilissa Gosselin, dans le bureau du premier ministre et grâce au travail de la ministre des Affaires francophones, Caroline Mulroney. Un point de vue que partage Mme Chouinard qui se montre confiante pour l’avenir ou du moins, le maintien du statu quo.

« Je pense que pendant le reste de son mandat, Doug Ford y pensera à deux fois avant de s’attaquer de nouveau aux Franco-Ontariens. »

POUR EN SAVOIR PLUS:

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
2+