#Ontario

Un déficit dans le prochain budget provincial

Le ministre des Finances de l'Ontario, Charles Sousa. Crédit image: Maxime Delaquis

TORONTO – Le ministre des Finances de l’Ontario, Charles Sousa, va déposer le prochain budget provincial le 28 mars, mais n’atteindra pas l’équilibre budgétaire comme promis l’an dernier.

JEAN-FRANÇOIS MORISSETTE
jmorissette@tfo.org | @JFMorissette72

Le déficit sera de 1 % du PIB de la province, a annoncé M. Sousa, ce qui équivaut à environ 8 milliards de dollars pour cette année.

Le ministre Sousa indique que le choix de faire un déficit pour la prochaine année fiscale était «délibérée» afin de «pouvoir investir davantage dans les hôpitaux, la santé mentale, les soins de longue durée et la garde d’enfants aux quatre coins de la province».

L’an dernier, le gouvernement avait déposé son premier budget équilibré en près de 10 ans et avait promis de conserver cet équilibre pour les prochaines années. Face à ce déficit annoncé, M. Sousa a indiqué que c’était temporaire.

«Ne vous détrompez pas, notre budget a un plan clair pour revenir à l’équilibre budgétaire», a-t-il insisté devant le Club économique du Canada à Toronto.

Le ministre Sousa a aussi rapporté qu’il termina l’année fiscale de 2017-2018 avec un surplus, ce qui devrait lui permettre de réinvestir dans certains domaines clés d’ici les prochaines semaines.


«Même si nous avons travaillé fort pour équilibrer les finances publiques, nous n’allons pas abandonner les Ontariens.» – Charles Sousa


Ce budget sera le dernier acte du Parti libéral de l’Ontario (PLO) avant les élections de juin prochain alors que le gouvernement traîne toujours derrière le Parti progressiste-conservateur (Parti PC) de l’Ontario dans les sondages.

 

Des flèches contre les conservateurs

Dans son discours, M. Sousa a décoché plusieurs flèches envers ses adversaires politiques. Selon lui, les progressistes-conservateurs ne seront pas capables d’équilibrer le budget comme ils le promettent et qu’ils devront couper plusieurs services en Ontario pour y arriver, ce que devraient redouter les Ontariens.

Il a déploré, entre autres, l’abandon de la taxe du carbone de la part des quatre candidats à la succession de Patrick Brown.

M. Sousa a également insinué que la plateforme du Parti PC avait un problème de chiffre et qu’il y existait un manque à gagner de 16 milliards de dollars dans cette dernière.

Le Parti PC assure pour sa part que sa plateforme est financièrement responsable et qu’un retour à l’équilibre budgétaire est à prévoir dans les prochaines années.

L’opposition officielle à Queen’s Park a indiqué que si elle prenait le pouvoir en juin, un premier budget conservateur ne serait pas équilibré.

 

Un changement de discours décevant

Selon la critique en matière de Finances du Parti PC, Lisa McLeod, ce changement de discours de la part du gouvernement ontarien illustre un double discours.

«Juste avant une élection, le gouvernement change son discours sur l’équilibre budgétaire et montre que l’on ne peut pas leur faire confiance», a-t-elle déclaré.

Mme McLeod ne croit pas que les libéraux ont l’intention de tenir les dépenses qui seront incluses dans ce budget.

Du côté du Nouveau Parti démocratique (NPD) de l’Ontario, le critique en matière de Finance, John Vanthof, estime également qu’il y a peu de chance que le gouvernement tient ses promesses.

«Le gouvernement Wynne a passé 15 ans à couper dans les écoles et en santé. Maintenant, les libéraux promettent de faire mieux uniquement dans le but d’être réélus pour quatre ans», a-t-il déclaré.

Il croit que les Ontariens méritent mieux que des promesses sans lendemain.

 


POUR EN SAVOIR PLUS:

Budget: l’équilibre des finances et des investissements en santé

Un budget provincial contrasté pour les Franco-Ontariens

Une rentrée parlementaire pas comme les autres

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !

Jean-François Morissette
Jean-François Morissette
jmorissette@tfo.org @jfmorissette72

Jean-François Morissette est un diplômé des programmes de sciences politiques et de journalisme de l’Université Laval, à Québec. Il a évolué au sein de plusieurs médias, dont le journal provincial L’Étoile, qui couvre les dossiers de la communauté francophone du Nouveau-Brunswick. Il a aussi collaboré avec Le Journal de Québec et la Quête. Il couvre le parlement ontarien pour #ONfr.