Passer au contenu Passer au pied de page

Un gouvernement minoritaire pour Justin Trudeau

OTTAWA – Le scrutin du 21 octobre a livré son verdict. Et comme le laissait penser la tendance des derniers jours, c’est un gouvernement minoritaire qui sera en place pour la 43e législature, avec à sa tête le Parti libéral du Canada (PLC).

Selon les derniers résultats, et même si quelques courses restaient indécises au moment de publier cet article, les libéraux se maintiennent au pouvoir à l’issue du vote de ce lundi. Mais Justin Trudeau n’a pas réussi à aller chercher une majorité comme il l’espérait.

Le premier ministre sortant et député de Papineau a toutefois été facilement réélu, tout comme les autres chefs des principaux partis fédéraux, à l’exception du chef du tout jeune Parti populaire du Canada (PPC), Maxime Bernier, en Beauce. L’ancien ministre conservateur a été défait par le candidat du Parti conservateur du Canada (PCC), Richard Lehoux.

Maxime Bernier, le chef du Parti populaire du Canada. Capture d’écran

Selon les derniers résultats non officiels, le Parti libéral du Canada obtiendrait 157 députés, le Parti conservateur du Canada (PCC) formerait l’opposition officielle avec 121 élus, alors que le Bloc Québécois se placerait en troisième position avec 32 circonscriptions gagnées, retrouvant ainsi le statut de parti officiel à Ottawa.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) perdrait des plumes dans la bataille passant de 39 députés à 24 élus. Enfin, même s’il espérait faire mieux, le Parti vert du Canada (PVC) augmenterait lui aussi le nombre de ses représentants à la Chambre des communes, passant de deux à trois élus. Enfin, l’ancienne ministre libérale Jody Wilson-Raybould a été réélue, mais cette fois, comme indépendante.

À la dissolution de la 42e législature, le PLC détenait 177 sièges, le PCC 95, le NPD 39, le BQ 10, les Verts 2, le PPC 1, la Fédération du Commonwealth Coopératif 1, 8 députés siégeaient comme indépendants et il y avait 5 sièges vacants.

Deux ministres sortants défaits

Le PLC a réussi à faire réélire la majorité de ses ministres sortants, à l’exception du vétéran politique Ralph Goodale, battu dans Regina-Wascana, en Saskatchewan, et du ministre sortant des Ressources naturelles d’Amarjeet Sohi, défait dans Edmonton-Mill Woods, en Alberta, tous deux défaits par les candidats conservateurs. Une course restait toutefois indécise pour Diane Lebouthillier dans la circonscription Gaspésie- Les Îles-de-la-Madeleine.

Sur les 14 ministres ontariens sur 34 que comptait le cabinet Trudeau à la dissolution de la 42e législature, tous ont été réélus. La province de l’Ontario a d’ailleurs grandement contribué au maintien au pouvoir des libéraux, qui n’y ont perdu que deux sièges par rapport à 2015.

Ainsi, la leader du gouvernement à la Chambre des communes, Bardish Chagger, a été réélue dans Waterloo, de la ministre sortante de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et du Travail, Patricia A. Hajdu, dans Thunder Bay-Supérieur-Nord, de la ministre sortante de l’Environnement et du Changement climatique Catherine McKenna dans Ottawa-Centre et de la ministre sortante des Aînés, Filomena Tassi, dans Hamilton-Ouest-Ancaster-Dundas.

La ministre sortante et députée dans Ottawa Centre, Catherine McKenna (en rouge) avec l’ancien premier ministre Jean Chrétien. Source : Facebook

Dans la grande région de Toronto, les ministres sortants s’en sont également bien tirés avec la réélection de la ministre sortante des Relations Couronne-Autochtones, Carolyn Bennett, dans Toronto-St.Paul’s, du ministre sortant de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique, Navdeep Singh Bains, dans Mississauga-Malton, du ministre sortant des Finances, Bill Morneau, dans Toronto-Centre. La ministre sortante des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, dans University-Rosedale, la ministre sortante des Sciences et des Sports, Kirsty Duncan, dans Etobicoke-Nord, le ministre sortant de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, de Ahmed D. Hussen, dans York-Sud-Weston, le ministre sortant de la Sécurité frontalière et de la Réduction du crime organisé, Bill Blair, dans Scarborough-Sud-Ouest et de la ministre sortante de la Petite Entreprise et de la Promotion des exportations, Mary Ng, dans Markham-Thornhill ont également été réélus.

Des acteurs des langues officielles battus

Si la ministre sortante du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly n’a eu aucun mal à se faire réélire dans Ahuntsic-Cartierville, d’autres acteurs majeurs du dossier des langues officielles ont passé une mauvaise soirée.

Le porte-parole du PCC en matière de langues officielles, Alupa Clarke, n’est pas parvenu à conserver son siège, battu par la candidate bloquiste, Julie Vignola. Son prédécesseur conservateur aux langues officielles, Bernard Généreux, dans Montmagny—L’Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup, a été réélu, mais Sylvie Boucher, dans Beauport—Côte-de-Beaupré—Île d’Orléans—Charlevoix, a elle aussi été défaite par le Bloc Québécois (BQ).

Le député conservateur sortant Alupa Clarke. Archives ONFR+

Le porte-parole du Nouveau Parti démocratique (NPD), François Choquette, a connu le même destin dans Drummond, cédant là aussi son siège à un candidat du BQ, Martin Champoux.

Enfin, au Nouveau-Brunswick, la secrétaire parlementaire de la ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie, Alaina Lockhart, ne reviendra pas non plus à Ottawa. Le candidat conservateur Rob Moore lui a ravi son siège Fundy Royal.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !