#Francophonie, #Ontario

Grève des collèges: 10 % des étudiants ont abandonné

Le Collège La Cité a été concerné par la grève.Archives #ONfr

TORONTO – Plus de 25 700 étudiants ont quitté les bancs des collèges après la grève de cinq semaines qui a paralysé les 24 établissements de la province.

JEAN-FRANÇOIS MORISSETTE
jmorissette@tfo.org | @JFMorissette72

Toutefois, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Formation professionnelle, Deb Matthews, ne s’est pas inquiétée de ce chiffre.

«Les rapports préliminaires indiquent que la vaste majorité, soit approximativement 90 % des étudiants, ont choisi de rester pour terminer leur semestre», a-t-elle précisé.

Mme Matthews croit que plusieurs des étudiants, qui ont quitté depuis la fin de la grève, vont revenir en janvier ou en septembre prochain pour terminer leurs études.

Deb Matthews, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Formation professionnelle. Crédit image: Maxime Delaquis

À la fin du conflit d’une durée de cinq semaines, le gouvernement ontarien a offert la possibilité aux étudiants de recevoir une compensation pouvant aller jusqu’à 500 $ s’ils choisissaient de rester.

Les étudiants qui décidaient de mettre fin à leurs études collégiales en raison de la grève pouvaient quant à eux recevoir un remboursement complet de leurs frais de scolarité, mais ils avaient deux semaines pour manifester leur intérêt de quitter.

La ministre Matthews assure toutefois que ce pourcentage de 10,3 % est encore préliminaire et que le ministère attend encore d’avoir les chiffres définitifs.

 

L’opposition en furie

La critique en matière d’Éducation pour le Nouveau Parti démocratique (NPD) de l’Ontario, Peggy Sattler, déplore qu’un élève sur dix ait choisi de quitter l’école à cause du conflit.


«Ces étudiants se sont retrouvés accoudés au mur et n’ont pas eu d’autres choix que de quitter. Ceux qui sont restés eux font face à d’énormes complications financières et personnelles.» – Peggy Sattler


Selon elle, le gouvernement Wynne a sous-financé le système d’éducation pendant des années, ce qui a forcé les collèges à offrir des conditions de travail difficiles aux personnels enseignants.

«Le gouvernement Wynne a laissé tomber les étudiants», a-t-elle tranché.

 

Une loi spéciale

Le conflit dans les 24 collèges de la province a touché plus de 500 000 étudiants. Il aura fallu cinq semaines et l’intervention du gouvernement pour mettre fin au plus long conflit de l’histoire de ces établissements post-secondaires.

En vertu de la loi, qui a été adoptée après un week-end de débat, le différend entre le Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario (SEFPO) et le Conseil des employeurs des collèges (CEC) sera résolu en médiation ultérieurement.

Le SEFPO a toutefois choisi de contester la loi adoptée par le gouvernement, avec l’appui du Parti progressiste-conservateur (Parti PC) de l’Ontario, devant les tribunaux. Selon eux, l’intervention du gouvernement était illégale.

 


POUR EN SAVOIR PLUS:

Fin de la grève dans les collèges: soulagement des associations étudiantes

Le gouvernement met fin à la grève dans les collèges

Une loi spéciale pour mettre fin à la grève dans les collèges

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
3+

Jean-François Morissette
Jean-François Morissette
jmorissette@tfo.org @jfmorissette72

Jean-François Morissette est un diplômé des programmes de sciences politiques et de journalisme de l’Université Laval, à Québec. Il a évolué au sein de plusieurs médias, dont le journal provincial L’Étoile, qui couvre les dossiers de la communauté francophone du Nouveau-Brunswick. Il a aussi collaboré avec Le Journal de Québec et la Quête. Il couvre le parlement ontarien pour #ONfr.