Passer au contenu Passer au pied de page

Ai Rei Dooh-Tousignant a la musique dans la peau

Temps de lecture : 4 minutes

[DÉCOUVRIR LES ARTISTES DE L’ONTARIO FRANÇAIS]

Pianiste de formation, Ai Rei Dooh-Tousignant berce dans la musique depuis le tendre âge de 7 ans. Elle dit être chansonnière plutôt que chanteuse, parce que ses chansons ressemblent à des fables, qu’elles peuvent parfois avoir un ton satirique et ont une morale, à l’instar de ce qu’on retrouve dans les contes pour enfants. Plus connue sous le nom de Ink Sticks and Stones, l’auteur-compositrice-interprète originaire d’Ottawa, maintenant basée à Toronto, qui revendique son identité musicale haut et fort, nous raconte comment elle mène sa petite révolution tranquille avec sa musique.

QUI EST AI REI DOOH-TOUSIGNANT ?

« Mon nom de scène est Ink Sticks and Stones. J’ai choisi ce nom délibérément pour qu’on ne puisse pas identifier si c’est une femme, un homme ou un groupe… Je voulais qu’on apprécie la musique avant de juger l’artiste.

Je suis assez calme et introvertie, mais je peux être extravertie quand il le faut. D’ailleurs, je suis plutôt une musicienne de studio que de scène. Ça me rend un peu nerveuse de jouer en public. Cela dit, c’est devenu un peu plus facile depuis que j’ai appris à mieux me connaître. Je fais ce qu’il faut parce que ce qui me passionne, c’est vraiment la musique.

Je suis née à Ottawa et mes parents viennent du Nord de l’Ontario et de la Chine continentale donc je suis une sino-canadienne. La musique que je crée est un mélange de mes deux cultures.

Crédit image : Ai Rei Dooh-Tousignant.

QUAND AVEZ-VOUS LANCÉ VOTRE CARRIÈRE DE CHANTEUSE ?

J’ai sorti mon premier album en 2017. Ce qui m’a aidé à me lancer vraiment c’est ma rencontre avec un ingénieur du son, qui m’a donné la motivation pour aller au bout de ma démarche. Avant ça, j’avais passé des années à écrire de la musique que je n’avais jamais partagée avec personne. J’ai commencé à explorer ma voix de chanteuse à partir de ce moment-là, et à m’assumer davantage dans ma vision artistique. Et c’est comme ça que nous avons collaboré, et que mon premier album est né.

La musique que je fais, c’est de la musique canadienne. Point. Et quand bien même on y retrouve des sonorités chinoises, ce n’est pas de la musique du monde ni internationale.

Crédit image : Ai Rei Dooh-Tousignant.

QUELLES SONT VOS SOURCES D’INSPIRATION ?

Ma formation de base, c’est la musique classique donc j’apprécie les balades. J’aime aussi beaucoup le rock et le blues parce que c’est une rythmique qui inspire des émotions très fortes.

Je chante en anglais et en français. Ce sont mes textes qui choisissent la langue de la chanson, pas moi.  Je laisse les mots venir sur la page et je m’exprime dans la langue qui me vient à ce moment-là.  

J’ai le souci de créer de la musique pour mon public francophone hors Québec. Les artistes qui font ce choix n’ont pas beaucoup de visibilité, surtout s’ils expérimentent avec la musique et proposent des sons différents, mais pourtant on fait bien partie du paysage culturel canadien.  

Moi, je ne peux créer que de la musique hybride à mon image qui représente ce que je suis. Ce qui ressort de ma musique c’est mon identité plurielle, et plus il y aura d’artistes métissés comme moi qui osent sortir des sentiers musicaux traditionnels, plus il y aura des jeunes qui pourront s’identifier, et s’exprimer d’une manière qui leur ressemble. C’est vraiment ça qui m’inspire.

Crédit image : Ai Rei Dooh- Tousignant.

UN MOMENT DE VOTRE CARRIÈRE QUI VOUS A MARQUÉ ?

Ma tournée en 2018, lors du lancement de mon album, ça a été un temps fort pour moi. Ce que j’ai vraiment apprécié c’était la grande collaboration et l’esprit d’équipe du groupe. On a mis toutes nos forces en commun pour créer quelque chose d’unique. Et ça a plu, c’était super de voir les réactions du public. J’ai quand même aimé ces interactions, qu’on ne peut pas avoir en studio. Cette expérience m’a permis de dépasser ma peur de la scène.

VOS PROCHAINS PROJETS ?

En cette nouvelle année, je vais sortir un E.P. intitulé Vaste que je peux produire grâce à une bourse artistique que j’ai obtenue du Conseil des Arts de l’Ontario. Il s’agira d’un E.P. entièrement instrumental avec un mélange de musique folk et de musique classique, qui évoque le Nord de l’Ontario, près de Cochrane où sont mes racines canadiennes.

Je ne parle pas vraiment le mandarin, mais j’ai l’intention d’y inclure des mots par-ci, par-là dans cette langue pour marquer mon appartenance à cette culture-là aussi.

Crédit image : Ai Rei Dooh-Tousignant.

Mon prochain single en français, Fond de l’océan, est une chanson féministe pour les hommes. Ça parle de compassion, de relations romantiques saines, de tendresse, de vulnérabilité et du fait de laisser de la place aux hommes pour qu’ils trouvent leur sensibilité.

VOTRE PLUS GRAND SUCCÈS DE 2020 ?

Mon plus grand succès de 2020 n’a pas directement rapport avec ma musique. J’ai subi un grave accident et là je suis encore en réhabilitation. Donc du coup, j’ai dû tout réapprendre, y compris à jouer de la musique. Donc à un niveau personnel, j’ai appris la résilience et ça pour moi c’est un vrai succès. »

Crédit image : Ai Rei Dooh-Tousignant.

Suivez l’autrice-compositrice-interprète Ink, Sticks and Stones sur Instagram.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
+1