Passer au contenu Passer au pied de page

Baisse du bilinguisme chez les premiers ministres des provinces

Temps de lecture : 2 minutes

[ANALYSE]

Depuis quelques jours, les projecteurs sont braqués sur le français de Peter MacKay. Suffisant ? Insuffisant ? Mais il y a tout aussi inquiétant que le niveau linguistique du favori à la course à l’investiture conservatrice : la diminution vertigineuse du nombre de premiers ministres des provinces capables de s’exprimer en français.

Début 2016, ils étaient au moins quatre d’entre eux, en dehors du Québec, à pouvoir tenir une entrevue en français : la libérale et première ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne, mais aussi son homologue manitobain Greg Selinger (NPD), ainsi que les libéraux Brian Gallant et Wade MacLachlan, respectivement au Nouveau-Brunswick et à l’Île-du-Prince-Édouard.

Quatre ans plus tard, tous les quatre ont été balayés par la vague conservatrice qui a déferlé dans les provinces. Jason Kenney, devenu premier ministre de l’Alberta grâce à cette « vague bleue » justement, est aujourd’hui l’unique chef d’un gouvernement provincial en contexte minoritaire à maîtriser le français.

Et l’on s’entend que les connaissances linguistiques nécessaires sont inférieures à celles exigées en anglais pour un francophone désireux de mener une carrière au fédéral. Moqué pour son niveau d’anglais, l’ancien député Stéphane Dion serait vu parfaitement bilingue aux yeux des francophones avec un niveau semblable dans l’autre langue officielle.

De multiples interprétations

On peut comprendre cette diminution par le hasard provenant des changements politiques. Moins en vogue chez les partis conservateurs, le bilinguisme ne se reflète pas toujours dans les discours des leaders.

D’autres verront peut-être le rêve brisé d’un Canada bilingue d’un océan à l’autre. À l’Ouest, le premier ministre de la Colombie-Britannique, le néo-démocrate John Horgan, tout comme son alter ego de la Nouvelle-Écosse, le libéral Stephen McNeil, ne parlent pas français. Une tradition gouvernementale dans ces provinces éloignées d’Ottawa.

Il n’empêche, 50 ans après la mise en place de la Loi sur les langues officielles, l’apprentissage du français chez les élus est souvent lié à l’ambition d’une carrière fédérale.

Reste cette sempiternelle question : un premier ministre bilingue est-il de facto un allié des francophones ? Sur cette question, l’histoire récente nous oblige à une certaine mesure.

Au Manitoba, par exemple, le gouvernement progressiste-conservateur de Brian Pallister, unilingue, a fait voter la Loi sur les services en français. À l’Île-du-Prince-Édouard, le nouveau premier ministre Dennis King s’est engagé publiquement à reconstruire l’école Évangéline, un dossier pour lequel son prédécesseur bilingue n’avait pas bougé le petit doigt.

Respect et rapport d’égal à égal

Dans une perspective plus large que les provinces, le bilinguisme n’est pas automatiquement un gage d’ouverture aux francophones. Les atermoiements du maire Jim Watson à offrir un statut officiellement bilingue à Ottawa en sont la preuve. Ce n’est pas un gage certes, mais il y contribue tout de même.

La maîtrise même partielle du français fait figure d’atout pour les premiers ministres des provinces. Elle symbolise un respect, mais surtout démontre un rapport d’égal à égal avec des interlocuteurs francophones vus trop souvent seulement comme une population minoritaire plutôt que comme des partenaires potentiels précieux.

L’histoire ne nous dira jamais si un Doug Ford capable de s’exprimer dans la langue de Molière aurait sabré les services en français le 15 novembre 2018.

On peut en revanche faire l’hypothèse qu’un premier ministre bilingue aurait un peu plus analysé la nature de son action… quitte aujourd’hui à avoir une Université de l’Ontario français déjà fonctionnelle et un commissaire aux services en français encore indépendant de l’ombudsman.

Cette analyse est aussi publiée dans le quotidien Le Droit du 10 février. 

1+

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
1+