#Francophonie, #Ontario

Boileau appelle la communauté LGBTQ à manifester ses besoins

François Boileau, commissaire aux services en français, en discussion avec Arnaud Baudry, co-président de l'association FrancoQueer. Crédit image: Rozenn Nicolle

TORONTO – François Boileau souhaite plus de visibilité pour la communauté LGBTQ. Dans le cadre d’un événement organisé par l’association FrancoQueer, jeudi 15 février, le commissaire aux services en français de l’Ontario a rappelé l’importance de connaître les services de son bureau. Mais aussi d’aller à la rencontre de cette communauté afin d’en connaître ses enjeux et ses besoins.

ROZENN NICOLLE
rnicolle@tfo.org | @Rozenn_TFO

«J’ai moins de plaintes au cours des dernières années par rapport à des enjeux de la communauté LGBTQ+», a-t-il constaté en précisant que ce qu’il attendait de cette soirée était de «recevoir davantage de plaintes qui vont nous permettre de pousser des enjeux très précis».

Après une brève présentation du rôle et des actions du Commissariat aux services en français, la conférence s’est rapidement transformée en échange entre M. Boileau et son audience. Parmi les préoccupations principales des personnes LGBTQ figurent l’accès à des services de santé spécialisés en français, comme ceux concernant la santé mentale, une prise en charge adaptée pour les personnes transgenres ou en transition, ou encore des organismes de prévention et d’information sur les infections transmises sexuellement (ITS).

François Boileau répondant aux questions des participants. Crédit image: Rozenn Nicolle

Un participant a également rappelé les défis supplémentaires des nouveaux arrivants et des personnes issues d’une autre minorité au sein même de la communauté LGBTQ, pour qui l’accès à des services en français est d’autant plus important.

«En plus de la question de la langue et de la question de l’intégration, il y a la question du travail sur soi et de comprendre qui on est en tant que personne gaie, lesbienne ou bisexuelle, donc des questions de santé mentale qui sont critiques, et ça c’est extrêmement compliqué à faire en anglais» a précisé Arnaud Baudry, co-président de FrancoQueer.

 

Une carte santé avec un critère francophone

Interrogé sur les enjeux traités présentement, M. Boileau a évoqué le projet d’une carte santé dans laquelle figurerait la préférence linguistique du patient.

«Ça ne réglerait pas tout, mais ça enverrait un autre élément de proactivité par rapport à ce citoyen francophone», a expliqué le commissaire. Une mesure actuellement «en discussion» et pour laquelle M. Boileau espère avoir une réponse avant le déclenchement de la campagne électorale en mai prochain.

 

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !