Passer au contenu Passer au pied de page

Caroline Mulroney face à Caroline Mulroney : bilan de l’an un

Temps de lecture : 5 minutes

TORONTO – Au terme d’une première année de travaux parlementaires, ONFR+ confronte les déclarations passées de Caroline Mulroney aux actions de Caroline Mulroney, ministre des Affaires francophones de l’Ontario, et du ministère des Affaires francophones, dont elle a la charge.

« C’est un nouveau jour pour les francophones de l’Ontario. Un jour prospère », affirmait Caroline Mulroney, le 25 septembre, à l’occasion de la Journée des Franco-Ontariens. Son discours, livré à Queen’s Park, comportait plusieurs promesses. Jusqu’à maintenant, les résultats sont-ils à la hauteur ? Retour sur ses promesses et les actions menées… ou pas.

Loi 8 : « Nous allons étudier comment nous pouvons moderniser la Loi sur les services en français de sorte qu’elle reflète la réalité des besoins d’aujourd’hui » (25 septembre)

Le discours gouvernemental est plus flou que jamais sur cette question, qui implique de revoir la loi qui encadre l’offre de services en français dans la province, et ce, dans de multiples sphères.

Interrogée cette semaine sur le sujet, Caroline Mulroney a affirmé qu’il s’agit d’un dossier « très important » et que des consultations se déroulaient avec des intervenants de la communauté. Mais du même souffle, elle a refusé d’identifier ces intervenants franco-ontariens, n’a pas donné d’échéancier pour cette révision, ni de date butoir. « On ne veut pas aller trop vite, on veut bien faire cette révision », a-t-elle dit du même souffle.

Le 25 septembre dernier, Caroline Mulroney affirmait également qu’elle allait complètement revoir le mécanisme de désignation, afin de rendre le processus plus efficace.

Près de dix mois plus tard, elle peinait à exposer la position gouvernementale à ce sujet, cette semaine. « On n’est pas en mesure de faire des commentaires spécifiques sur ce qu’on va faire », a-t-elle lâché. Des consultations publiques pourraient être menées, a-t-elle soutenu. Mais encore sans en dire plus… 

Immigration francophone : « Les politiques du passé n’ont pas fonctionné, nous allons trouver des solutions » (25 septembre)

Jusqu’à maintenant, le gouvernement de Doug Ford s’est frappé aux mêmes obstacles que les libéraux. En 2018, l’Ontario n’a choisi que 6 600 des quelques 100 000 immigrants qui sont venus dans la province. Mais le fédéral a le gros bout du bâton et empêche donc la province d’atteindre son objectif global de 5 % d’immigrants francophones.

Caroline Mulroney, lors de la période de questions du 25 septembre. Gracieuseté : Assemblée législative de l’Ontario

Encore aucune mesure concrète pour régler le problème n’a été proposée par Caroline Mulroney et son gouvernement. « La ministre Mulroney et ses collègues des autres provinces et territoires aborderont le sujet de l’immigration francophone lors de la Conférence ministérielle sur la francophonie canadienne à la fin du mois », fait savoir le porte-parole de la ministre, Jesse Robichaud.

Une rencontre qui se déroulera dans un contexte pré-électoral où le gouvernement Ford peine à s’entendre avec son homologue fédéral sur plusieurs dossiers chauds. 

Justice : « Nous allons étudier comment développer ce projet qui assure l’offre des services juridiques en français dans d’autres palais de justice à travers l’Ontario » (25 septembre)

Caroline Mulroney, qui porte aussi le chapeau de procureure générale de l’Ontario, a procédé à une annonce en matière de justice en français et a réalisé son engagement. En mars, Mme Mulroney a annoncé une augmentation de l’accès à la justice en français à Sudbury, grâce à l’élargissement d’un projet-pilote mené à Ottawa.

« Notre gouvernement est déterminé à travailler avec la francophonie de l’Ontario et ses partenaires à l’amélioration de la prestation des services en français dans l’ensemble de notre province », a soutenu la ministre, lors de l’annonce. Elle a dit vouloir en faire bénéficier le « million et demi de citoyens qui parlent français en Ontario ». L’Association des juristes d’expression française de l’Ontario (AJEFO) a salué les travaux de Caroline Mulroney dans cette sphère.

La protection des droits des Franco-Ontariens a cependant connu un recul avec l’abolition du commissariat indépendant aux services en français et son commissaire, Me François Boileau.

Économie : « Nous mettons en place une tournée des entrepreneurs francophones et des entreprises qui font affaire en français » (25 septembre) 

Caroline Mulroney a bel et bien mené une série de tables rondes auprès d’acteurs francophones du milieu des affaires, depuis cette annonce. Les médias n’ont pas été invités à assister aux consultations et les résultats de cette tournée demeurent inconnus.

Au terme de l’exercice, notons cependant que le Programme d’aide à la francophonie ontarienne (PAFO) a été élargi pour dorénavant accepter aussi les entrepreneurs francophones. Mais le budget du programme de un million de dollars est demeuré inchangé par rapport à l’an dernier. 

« Les informations recueillies lors de ces rencontres ont généré les rapprochements entre certaines parties prenantes clés du milieu des affaires francophones », a soutenu, cette semaine, le bureau de Caroline Mulroney lorsque questionné sur les retombées de cette tournée.

« En parallèle, certains membres du personnel du ministère des Affaires francophones se sont vus octroyer le mandat d’établir des liens de collaboration avec notamment le ministère du Développement économique, de la Création d’emplois et du Commerce et ce, afin de renforcer le développement économique francophone en Ontario », ajoute-t-on, n’en disant pas plus sur des initiatives concrètes mises en place depuis un an.

Postsecondaire : « Le plan B et mon plan A inclut aussi de trouver des moyens d’améliorer l’accès aux programmes postsecondaires en français pour les Ontariens » (16 novembre)

Après l’annonce du report du projet d’Université de l’Ontario français, Caroline Mulroney a répété qu’elle préférait investir dans un projet qui ferait davantage l’unanimité. Pourtant, depuis, aucune annonce n’a été faite pour bonifier l’offre de cours postsecondaires en français. De plus, Caroline Mulroney a, jusqu’à aujourd’hui, boudé l’offre du gouvernement de Justin Trudeau de trouver une sortie de crise pour financer de manière créative le projet d’Université de l’Ontario français.  

Services en français : « Je m’engage à travailler avec mes collègues du cabinet pour nous assurer que nous sommes en mesure d’améliorer l’accès aux services en français » (25 septembre)

Outre l’annonce faite dans le domaine de la justice, la ministre des Affaires francophones a dévoilé peu de nouvelles initiatives en matière de services en français. Cependant, les acteurs franco-ontariens ont salué un effort fait par le gouvernement pour prendre en compte les besoins des francophones dans la refonte du système de santé.

Le bureau de Caroline Mulroney et la nouvelle conseillère aux affaires francophones, Marilissa Gosselin, ont milité secrètement au sein du gouvernement pour que la lentille francophone soit prise en compte, confirment plusieurs sources à ONFR+

Si des coupes dans le milieu culturel francophone ont été menées, la ministre Mulroney a néanmoins participé à l’annonce de la Place des arts de Sudbury, projet qui a poursuivi sur sa lancée, malgré le contexte budgétaire. Ce projet doit permettre d’augmenter l’offre culturelle et l’accès à la culture en français dans le cœur de Sudbury. 

Main d’oeuvre bilingue : « L’Ontario a un potentiel énorme et inexploité, nous allons développer des stratégies pour miser sur notre main-d’œuvre bilingue » (25 septembre)

Les réalisations dans cette sphère sont encore attendues. Le gouvernement demeure évasif lorsque questionné sur cet enjeu, qui était pourtant évoqué dans le discours de la ministre Mulroney. « Les changements démographiques, les progrès technologiques et l’évolution de l’économie mondiale modifient le travail en Ontario, ce qui nécessite une nouvelle approche de la formation et de perfectionnement de la main-d’œuvre francophone et bilingue de l’Ontario. Nous en faisons une priorité », affirme son porte-parole.

La stratégie conservatrice semble finalement ressembler à ce qui était fait par l’ancien gouvernement : « Dans cette perspective, la ministre et ses collègues continuent de soutenir les programmes d’emploi et de formation du gouvernement afin qu’ils soient offerts en français, ce qui aide les Ontariens et Ontariennes bilingues à sécuriser un emploi afin de contribuer au développement de la province », laisse-t-on savoir.


Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
6+