Passer au contenu Passer au pied de page

Direction libérale : Mitzie Hunter veut rendre l’Ontario plus bilingue

Temps de lecture : 4 minutes

[ENTREVUE EXPRESS]

QUI :

L’ancienne ministre de l’Éducation, puis ministre de l’Enseignement supérieur et de la formation professionnelle sous le gouvernement de Kathleen Wynne, Mitzie Hunter est candidate à la chefferie du Parti libéral de l’Ontario (PLO). La députée de Scarborough—Guildwood se présente comme une voix d’expérience, mais aussi de changement pour le parti. Ce vendredi, elle a lancé sa plateforme pour les Franco-Ontariens.

LE CONTEXTE :

Six candidats se disputeront les faveurs des militants le 7 mars prochain, à Mississauga, pour devenir le nouveau chef du PLO, dont les anciens ministres Michael Coteau et Steven Del Duca. Après avoir présenté les candidats Alvin Tedjo, Brenda Hollingsworth et Kate Graham, ONFR+ s’est entretenu avec Mitzie Hunter. Une entrevue réalisée majoritairement en anglais, mais aussi… un peu en français, la candidate disant vouloir s’améliorer. 

L’ENJEU :

Le PLO a perdu son statut de parti officiel et ne compte plus que six députés à Queen’s Park, depuis le ralliement d’Amanda Simard ce jeudi. Tout est à reconstruire pour les libéraux en vue du scrutin de 2022.

« Quelle est votre vision pour la communauté franco-ontarienne ?

Nous avons plus de 600 000 personnes qui identifient le français comme leur langue maternelle. Ils sont une partie très importante de l’Ontario. Que ce soit dans ma circonscription ou lors de mes déplacements, j’ai pris le temps d’écouter leurs préoccupations.

Ma plateforme veut leur permettre d’avoir accès à plus de services et de programmes dans leur langue, que ce soit en santé, en éducation… Je veux rendre notre province plus bilingue, car ça la rend plus compétitive. Nous avons deux langues officielles au Canada, il faut que cela se traduise en actes.

Le « Jeudi noir » de l’automne 2018 et les coupures du gouvernement Ford ont rappelé à quels points les acquis sont fragiles et les défis nombreux pour la communauté. Comme première ministre, je rétablirai un Commissariat aux services en français indépendant et j’irai de l’avant avec le dossier de l’Université de l’Ontario français.

Vous évoquez l’Université de l’Ontario français. Le gouvernement actuel dit que vous avez manqué de leadership dans le domaine et n’avez pas avancé assez vite quand vous étiez au gouvernement. Qu’en pensez-vous ?

Je ne suis pas du tout d’accord ! Ce sont eux qui ont ralenti le processus avec leurs décisions et c’est grâce au gouvernement fédéral qu’on a finalement pu aller de l’avant !

Quand j’étais ministre, j’ai annoncé le conseil d’administration qui travaillerait à la mise en place de ce projet et les fonds pour que celui-ci puisse débuter. Nous avons travaillé avec la communauté là-dessus et c’est comme ça que je compte continuer d’agir : en travaillant avec eux et en appuyant leurs droits et une gouvernance « par et pour ».

C’est aussi ce que j’ai fait comme députée, dans ma circonscription, pour avoir des services en français et quand je siégeais sur le conseil d’administration de TVO pour soutenir l’indépendance de TFO.

Comment comptez-vous améliorer l’accès aux services en français ?

Je veux augmenter les opportunités en éducation partout dans la province que ce soit en langue française ou en immersion en travaillant avec le gouvernement fédéral pour avoir plus d’infrastructures disponibles.

Je veux aussi m’assurer qu’on investisse dans le recrutement, la formation et la rétention d’enseignants de langue française. Il faut aussi permettre aux étudiants de compléter tout leur cursus postsecondaire en français, y compris dans des domaines comme l’ingénierie.

Il faut aussi rendre plus accessibles les arts et la culture en français, ainsi que soutenir les médias francophones, aussi bien pour les Franco-Ontariens que pour partager la culture franco-ontarienne avec toutes les autres communautés.

Quel genre de révision de la Loi sur les services en français proposez-vous ?

Je veux rendre le bilinguisme plus accessible, avec des idées aussi simples que de rendre nos parcs provinciaux bilingues, comme le sont les parcs fédéraux, ou en aidant les municipalités qui veulent devenir bilingues avec un processus simple et officiel. Il faut préserver et renforcer le bilinguisme en Ontario.

Jeudi, la députée Amanda Simard a rejoint vos rangs. Qu’en pensez-vous ?

C’est une excellente nouvelle ! Je lui souhaite la bienvenue et j’ai hâte de travailler avec elle. C’est quelqu’un d’extraordinaire, qui a des principes et qui s’est tenu debout au moment des compressions du gouvernement Ford.

L’ancienne première ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne, et Mitzie Hunter, alors la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Formation professionnelle. Archives ONFR+

Vous étiez ministre sous l’ancien gouvernement et les électeurs ont clairement envoyé un message contre celui-ci lors des dernières élections. Votre candidature à la chefferie semble proposer une certaine continuité. Ne pensez-vous pas qu’il faudrait un nouveau visage pour le Parti libéral de l’Ontario ?

Bien sûr qu’il est important d’apporter du changement, mais je pense que j’incarne ce changement, tout en ayant une bonne expérience. Je ne vois pas ça comme un inconvénient.

J’ai géré des portefeuilles difficiles, comme celui de l’éducation. Mais je ne suis pas une politicienne professionnelle. J’ai été entrepreneuse, présidente-directrice générale d’un organisme sans but lucratif, bâtisseuse communautaire…

J’ai gagné ma circonscription lors des dernières élections et je crois que l’expérience que j’apporte est une force pour amener une nouvelle vision au sein du parti et de la province.

Quel est votre plan pour renouveler le parti ?

Ce que nous devons faire, c’est écouter. Si je suis élue chef du Parti libéral de l’Ontario, je veux démarrer une campagne de porte-à-porte à travers la province pour entendre ce que les gens ont à dire et préparer 2022.

Je veux que nous sélectionnions nos candidats le plus tôt possible afin qu’ils puissent connecter avec les gens. Il faut aussi revitaliser notre base avec l’aide de nos associations locales et s’assurer d’avoir les ressources et le financement nécessaires.

Pour quelle raison les militants devraient-ils vous choisir parmi les six candidats à la chefferie ?

J’ai de l’expérience et une vision économique et sociale pour l’Ontario, afin d’améliorer les soins de santé, l’éducation, l’environnement et de favoriser la réconciliation avec les Premières Nations. L’Ontario fait face à de nombreux défis et je veux lui donner un meilleur futur, aussi bien dans ses villes, que dans le Nord et les régions rurales. »

Les principales propositions de Mitzie Hunter pour les Franco-Ontariens :

Réformer la Loi sur les services en français

Améliorer l’accès aux services et programmes en français dans toute la province

Construire de nouvelles infrastructures, y compris des écoles et des centres culturels

Financer les médias francophones et les organismes des arts et de la culture

S’assurer que les espaces provinciaux comme les parcs et les espaces de loisirs soient bilingues

POUR EN SAVOIR PLUS:

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !