Passer au contenu Passer au pied de page

Coronavirus : l’Ontario déclare l’état d’urgence

Temps de lecture : 2 minutes

TORONTO – Le gouvernement de Doug Ford a pris la décision, ce mardi, à la lumière de la croissance abrupte du nombre de cas de coronavirus au cours des derniers jours, de déclarer l’état d’urgence.

« Je déclare l’état d’urgence en Ontario », a affirmé le premier ministre de la province la plus populeuse du Canada, lors d’un point de presse imprévu, à 8h30, ce matin.

Il était entouré de la la Solliciteur général de l’Ontario, Sylvia Jones, de la ministre de la Santé, Christine Elliott, et du ministre des Finances, Rod Philips.

« Nous devons avoir tous les pouvoirs pour nos équipes qui luttent contre le virus. Il y aura interdiction de tout événement de plus de 50 personnes », a indiqué Doug Ford.

Les bars et restaurants sont désormais fermés, sauf ceux qui font des plats pour emporter. Les supermarchés sont néanmoins toujours ouverts.

Le premier ministre a dorénavant le pouvoir de réglementer ou d’interdire les déplacements, mais l’Ontario n’a pas encore posé des gestes en ce sens.

Le nombre de cas de coronavirus a grimpé rapidement en Ontario. Lundi, on en comptait 177 dans la province, une nette progression comparativement à il y a seulement trois jours.

Dr David Williams, médecin hygiéniste en chef de l’Ontario. Crédit image : Étienne Fortin-Gauthier

Le Dr David Williams, médecin hygiéniste en chef de l’Ontario, a fait face à un barrage de questions concernant sa rapidité d’intervention. L’état d’urgence sanitaire a été déclaré il y a trois jours au Québec, s’est-il fait rappeler par plusieurs journalistes.

Changement de stratégie

Le Dr. Williams défendait encore la pertinence d’avoir des événements d’au plus 249 personnes, lundi matin. Il a affirmé que les événements évoluaient rapidement ce qui justifie maintenant un changement de stratégie.

Le premier ministre ontarien a, pour sa part, soutenu que « chaque province s’adapte à sa réalité particulière ». Pourquoi l’Ontario n’impose pas aux gens de rester chez-eux, a demandé un journaliste. « Car nous n’en sommes pas là où en est l’Italie », a répondu Doug Ford.

Si les bars, les cafés et les restaurants doivent fermer leurs portes, il n’en est pas de même pour les centres commerciaux qui peuvent rester ouverts, a indiqué le chef de la santé publique ontarienne.

De pair avec des fonds fédéraux, le gouvernement de l’Ontario a annoncé un investissement de 300 millions de dollars pour mieux faire face à la pandémie, dont 100 millions de dollars iront aux hôpitaux et 50 millions seront dédiés à l’augmentation de la capacité de la province à mener des tests de dépistage, notamment.

En vertu de l’état d’urgence décrété, les établissements suivants sont tenus par la loi de fermer dès maintenant :

· Tous les établissements qui offrent des programmes récréatifs en salle

· Toutes les bibliothèques publiques

· Toutes les écoles privées, telles que définies dans la Loi sur l’éducation

· Toutes les garderies agréées

· Tous les bars et restaurants, sauf dans la mesure où ces établissements proposent des plats à emporter et la livraison à domicile

· Tous les théâtres, y compris ceux qui proposent des spectacles de musique, de danse et d’autres formes artistiques, ainsi que les cinémas qui diffusent des films

· Toutes les salles de concert.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
3+