Passer au contenu Passer au pied de page

Le Canada envisage de 900 000 à 1,9 million de cas positifs à la COVID-19

Temps de lecture : 4 minutes

OTTAWA – Réclamées depuis plusieurs semaines, les projections de l’évolution du coronavirus à travers le pays ont été dévoilées par le gouvernement fédéral, ce matin. Selon les chiffres dévoilés, le Canada pourrait compter de 934 000 à 1 879 000 cas positifs au cours de la pandémie.

Quatre provinces avaient déjà dévoilé leurs projections, dont l’Ontario qui envisage atteindre 80 000 cas positifs d’ici la fin du mois d’avril. La Colombie-Britannique, l’Alberta et le Québec ont également dévoilé leur modélisation.

Ce jeudi, c’était au tour d’Ottawa de rendre publiques ses projections. On compte actuellement 19 774 cas positifs à la COVID-19 à travers le pays, la majorité étant concentrée au Québec, avec 9 340 cas, et en Ontario, avec 5 276 personnes touchées. Le coronavirus a fait 461 victimes, jusqu’ici, au Canada.

À court terme, le ministère fédéral de la Santé prévoit de 22 580 à 31 850 cas positifs d’ici au 16 avril, qui pourraient se traduire par un total de 500 à 700 décès.

Sans surprise, c’est en appliquant les mesures les plus strictes et en améliorant la détection des cas que le Canada parviendra à maîtriser l’épidémie, en limitant le taux d’infection de 1 à 10 % de la population. Ce scénario est celui que vise le ministère de la Santé qui espère atteindre une situation où chaque cas infecterait moins d’une personne en moyenne, afin que l’épidémie s’estompe.

Malgré tout, le Canada pourrait compter de 934 000, en cas de taux d’infection de 2,5 %, à 1 879 000 cas positifs, avec un taux d’infection de 5 %, au cours de la pandémie. Et le nombre de décès pourrait être compris entre 11 000 et 22 000 cas, en appliquant ces mêmes taux d’infection.

La pandémie pourrait être maîtrisée d’ici l’automne, dans le meilleur scénario, même si la courbe pourrait diminuer dans le courant de l’été, suivie de « petites vagues ».

« On sait qu’il y aura d’autres vagues tant que nous n’aurons pas le vaccin », a insisté le premier ministre Justin Trudeau, lors de son point presse quotidien, précisant qu’il n’y aura aucun retour à la normale tant qu’un remède ne sera pas découvert « d’ici 12 à 18 mois ».

« Pas une boule de cristal »

Selon le ministère de la Santé, les projections doivent permettre d’éclairer « les mesures de santé publique pour faire face à la maladie ».

« C’est un modèle imparfait », a reconnu la médecin en chef du Canada, Theresa Tam, rappelant que ce n’était « pas une boule de cristal », d’autant que le virus pourrait muter, a-t-elle ajouté.

La médecin en chef du Canada, Theresa Tam. Capture d’écran

Mais il permet de faire comprendre aux Canadiens l’importance de respecter les mesures mises en place, comme le dépistage, l’auto-isolement et l’éloignement physique qui sont, selon elle, « essentielles pour briser la chaîne de transmission virale ». Et ces mesures risquent de durer.

« Si nous relâchons nos efforts, nous craignons une nouvelle chaîne de transmission », indiquent les fonctionnaires du ministère de la Santé qui conseillent aux provinces d’avancer prudemment, selon les données probantes, si elles veulent alléger les mesures sanitaires en place.

« Bien que ces chiffres peuvent paraître sombres, il est toujours possible de maîtriser l’épidémie, de sauver des vies et d’éviter autant de morts que nous le pouvons. Nous avons tous un rôle à jouer en respectant des mesures sanitaires qui ont fait leurs preuves », a conclu Mme Tam.

« Je sais que ce n’est pas facile, mais ce n’est pas pour toujours », a insisté M. Trudeau qui invite les Canadiens à continuer à limiter leurs déplacements, en allant notamment faire leur épicerie « une fois ou moins par semaine ». 

Le chômage en forte hausse

Cette annonce intervient alors que, sans surprise, Statistique Canada a dévoilé les lourdes conséquences de la pandémie sur le marché de l’emploi. Le chômage est passé à 7,8 % en mars, en hausse de 2,2 points par rapport à février. Le pays a perdu un million d’emplois.

Le premier ministre Justin Trudeau a assuré que le gouvernement fédéral est « prêt à aider [les employés et les entreprises] aussi longtemps que ça prendra ».

Le premier ministre Justin Trudeau. Capture écran

L’Ontario fait partie des provinces les plus touchées, avec une croissance du chômage de 2,1 points, qui se situe désormais à 7,6 %. La province a perdu 402 800 emplois en mars.

Pour faire face à cette situation, le premier ministre Doug Ford a annoncé la création d’un Comité ontarien de l’emploi et de la relance pour élaborer un plan de croissance pour la province une fois la pandémie maîtrisée.

L’Ontario atteint les 200 décès

▶️ 483 nouveaux cas positifs en Ontario
▶️ 5 759 cas au total
▶️ 200 décès, 2 305 personnes guéries
▶️ 632 personnes hospitalisées, dont 264 en soins intensifs
▶️ 88 698 tests réalisés, dont 1 208 en attente de résultats

Sur le terrain, ce jeudi, 26 décès se sont ajoutés en Ontario. La province qui espérait, selon ses projections, n’atteindre les 200 décès qu’à la fin du mois d’avril, a déjà atteint ce nombre symbolique. Au total, 5 759 personnes ont contracté le coronavirus, parmi les 88 698 personnes testées.

Très remonté hier contre le faible nombre de tests réalisés chaque jour dans la province, le premier ministre a assuré que l’Ontario devrait rapidement parvenir à en effectuer 13 000 par jour, sans préciser quand ce nombre sera atteint. Santé publique Ontario a confirmé n’avoir aucune pénurie de tests pour le moment et indiqué qu’elle dévoilera de nouvelles projections en début de semaine prochaine.

À Ottawa, une deuxième clinique de soins de COVID-19 a ouvert ses portes, ce matin, offrant des services bilingues dans l’Est de la ville.

Cet article a été mis à jour à 15h35

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
4+