Passer au contenu Passer au pied de page

Des milliers d’enseignants francophones en grève disent non à Doug Ford

Temps de lecture : 5 minutes

Pancartes en mains, ils ont été des milliers d’enseignants francophones à crier leur colère contre le gouvernement Ford, ce jeudi. Au total, quelque 90 piquets de grève étaient concernés par cette première grande journée de débrayage organisée par l’Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO).

Au total : 42 sites dans le Nord de l’Ontario, 24 pour le Centre-Sud-Ouest, et 24 pour l’Est de l’Ontario.

Cette phase 3, selon le syndicat, avait pour mission « de faire comprendre au gouvernement et aux conseils scolaires que nous ne pouvons pas nous regarder dans le blanc des yeux indéfiniment », selon l’AEFO.

Les enseignants réunis devant l’École Franco-Cité. Crédit image : Sébastien Pierroz

Devant l’École secondaire catholique Franco-Cité à Ottawa, jeudi matin, ils étaient une bonne centaine réunis sur ce piquet de grève.

« Le gouvernement cherche actuellement à faire des retranchements mais sans négociations (…) J’ai confiance au système de négociations car depuis 1997, les gouvernements et les syndicats ont toujours trouvé des solutions. Mais à ce moment ici, ça n’a aucun sens que le gouvernement n’essaye pas de trouver des solutions », laisse entendre Éric Carrière, enseignant à l’École secondaire catholique Franco-Cité.

Éric Carrière, enseignant à l’École secondaire catholique Franco-Cité. Crédit image : Sébastien Pierroz

« On veut s’assurer que l’éducation se maintienne telle qu’elle est pour que chaque élève puisse réussir, peu importe ses difficultés », argumente Chantal Rochon, enseignante à l’École élémentaire catholique Marius-Barbeau.

Les conventions collectives entre le gouvernement et les quatre syndicats d’enseignants de la province sont échues depuis le 31 août.

Depuis cinq mois, les discussions bloquent notamment sur la hausse des salaires des enseignants, l’augmentation de la taille des classes, et la mise en place de l’apprentissage numérique.

Non loin de là, à l’École secondaire publique De La Salle, ils étaient une cinquantaine d’enseignants présents.

L’ambiance était très « solidaire » sur le trottoir, plusieurs véhicules faisant aller leur klaxon.

Le président de l’AEFO, Rémi Sabourin, lors de la manifestation devant l’école De La Salle. Crédit image : Camille Martel

Présent sur les lieux, le président de l’AEFO, Rémi Sabourin, a tenu a rappelé qu’il s’agissait de la plus grande manifestation que les enseignants franco-ontariens aient connu, avec environ 12 000 membres en grève ce jeudi.

M. Sabourin estime aussi que les enseignants ont le soutien de la communauté et que ses membres sont très motivés pour poursuivre la grève tant qu’ils n’auront pas ce qu’ils veulent…

Mario Rancourt, délégué syndical et enseignant à l’école De La Salle, ne croit pas aux vertus de l’apprentissage numérique. « Ce n’est pas certain du succès des élèves car rien n’a été vraiment testé. On se fie à l’Alabama qui est l’un des pires états en terme d’éducation. »

Et de poursuivre : « Sur la taille des classes, nous avons déjà des classes de 28-30 élèves. Si on augmente, nous allons facilement arriver à 35-40 élèves par salle, ce qui va être difficile au quotidien. »

Malgré la neige, ils étaient une cinquantaine devant l’école De La Salle. Crédit image : Camille Martel

À Oakville, des slogans explicites

A Oakville, c’est sous la neige qu’une soixantaine d’enseignants se sont réunis ce matin devant le bureau de l’élue provinciale Effie Triantafilopoulos. La députée d’Oakville Nord-Burlington n’a pas reçu de délégation à l’heure où nous écrivons ces lignes.

Le succès des élèves est non négociable ; C’est pas « Ford » de couper en éducation ; Ensemble pour nos droits… Une forêt de slogans et de pancartes a recueilli un concert de klaxons au passage des automobilistes en bordure de l’avenue Dundas Ouest.

Majoritairement issus des écoles élémentaires de Burlington, Milton et Oakville, ils étaient une soixantaine, relayés l’après-midi par du personnel d’autres établissements scolaires du secteur.

Les enseignants de Milton, Oakville et Burlington ont fait front commun aujourd’hui. Crédit image Rudy Chabannes

Jean-Philippe Langlois, conseiller pédagogique au conseil scolaire MonAvenir, regrette un manque de moyen pour former ces collègues, particulièrement en début de carrière.

« Les enseignants n’ont pas le développement professionnel que les conseils scolaires aimeraient offrir. Les débutants ont un programme spécial pour eux mais on ne peut pas offrir l’appui nécessaire pour les aider. »

Enseignant à l’École élémentaire catholique Saint-Nicolas de Milton, Patrick Thibodeau déplore un passage en force du gouvernement concernant la taille des classes et les cours en ligne obligatoires.

« Des classes de 20 élèves et plus, c’est très injuste pour les élèves, et difficile à gérer, car on ne peut pas offrir les apprentissages qu’ils voudraient.  (…) À 14 ans en 9e année, je n’aurais jamais été capable de prendre des cours en ligne ! »

Beaucoup de bruit à Hamilton

A Hamilton, c’est avec la même détermination que les enseignants se sont serrés les coudes devant le siège local du conseil scolaire catholique MonAvenir. Ils ont aussi occupé, tout au long de la journée, les embranchements du carrefour à proximité.

Interpellés par les passants et les automobilistes au feu rouge, ils ont pris le temps d’expliquer leur mouvement, historique en ce qui concerne les écoles de langue française.

Rassemblement festif et revendicatif à Hamilton devant le conseil scolaire catholique MonAvenir. Crédit image Rudy Chabannes

François Jubinville, enseignant à l’École élémentaire Sainte-Margueritte-Bourgeoys de Brantford, trouve décevant d’en arriver à ce point-ci.

« On aurait voulu que les choses avancent beaucoup plus à la table des négociations. Mais maintenant on est là et on se soutient les uns les autres pour faire bouger les lignes. »

Wiem Allani, enseignante à l’École élémentaire Renaissance de Burlington, insiste sur l’importance de maintenir des classes à taille humaine.

« On ne peux pas donner du temps a chaque élève dans une classe surchargée. Ça crée de la violence et on finit par passer plus de temps à calmer les esprits qu’à enseigner. »

À Sudbury, les enseignants bravent le froid

À Sudbury, plus d’une centaine d’enseignants ont bravé un froid glacial de – 40 degrés avec le refroidissement éolien afin de manifester devant l’École secondaire du Sacré-Cœur, l’École publique Jean-Éthier-Blais et l’École publique Jeanne-Sauvé.

 « Ce n’est pas le froid qui nous empêchera de nous battre pour le futur de nos enfants », a exprimé l’enseignante de maternelle et jardin d’éveil, Chona Leith.

Crédit image : Didier Pilon

Selon Suzanne Bidal du Conseil scolaire Nouvelon, les enjeux les plus pressants sont la taille des classes et les compressions aux services offerts aux élèves.

« Si on est dans la rue aujourd’hui à -42, en train de sacrifier une journée de salaire, ce n’est pas pour nous », soutient-elle. « C’est pour protéger l’avenir de l’éducation publique en Ontario ! »

Article écrit conjointement par Sébastien Pierroz, Didier Pilon, Rudy Chabannes et Camille Martel.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
5+