#Francophonie, #Ontario

Doug Ford doit ignorer les demandes des francophones, selon un groupe

Le groupe Canadians for Language Fairness a envoyé une lettre au gouvernement Ford. Crédit image: photomontage #ONfr

TORONTO – Alors qu’il était à compléter sa revue des dépenses publiques et élaborait sa mise à jour économique, Doug Ford a reçu la lettre d’un groupe l’invitant à ne pas accorder davantage de ressources financières aux Franco-Ontariens. Canadians for Language Fairness affirme que si le Québec est francophone, l’Ontario doit assumer entièrement son caractère anglophone.

ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER
efgauthier@tfo.org | @etiennefg

«Vous devez faire plus pour aider la majorité anglophone qui se fait mettre de la pression par la minorité francophone qui souhaite obtenir plus d’argent et qu’on dépense plus dans les écoles de langue française et les milieux de travail», peut-on lire dans la lettre envoyée au premier ministre.

Dans sa missive, le groupe dénonce que de plus en plus d’emplois exigent la connaissance des deux langues officielles. «Nous n’avons pas les employés les plus qualifiés, mais plutôt les meilleurs candidats bilingues qualifiés. Il y a une grande différence», affirme-t-on.

La lettre s’attaque aussi à la définition inclusive de la francophonie ontarienne. «C’est une tentative évidente pour augmenter leur nombre pour qu’il puisse avoir l’air plus important et ainsi pouvoir demander que plus soit dépensé en culture et en langue française», lit-on dans le document.

Canadians for Language Fairness refuse de dire quelle réponse il a reçue du gouvernement de Doug Ford. Le porte-parole du premier ministre, Simon Jeffery, n’a pas non plus répondu à notre demande pour connaître la nature de la réponse gouvernementale à cette missive.

Canadians for Language Fairness justifie son combat

Canadians for Language Fairness a pour l’instant refusé les demandes d’entrevues d’#ONfr. «Rappelez-vous toujours que nous n’avons pas une armée de gens comme les francophones peuvent en avoir. Nous sommes seulement des gens ordinaires avec aucune ressource pour mener notre combat», affirme sa présidente, Kim McConnell. Elle a cependant tenu à expliquer les prises de position du groupe par courriel. En voici les grandes lignes.

«Le coût [du bilinguisme] explique grandement nos critiques. Une étude faite par l’Institut Fraser estimait, en 2012, à 2,4 milliards de dollars annuellement les sommes dépensées pour la minorité francophone. Il paraît que le chiffre a grimpé à 2,7 milliards», affirme-t-elle.

«La situation dans laquelle on se retrouve actuellement au Canada entourant le dossier de la langue n’est pas juste. Nous sommes conscients que dans l’histoire du Canada, il n’y a pas toujours eu une ouverture au fait français. Ceci étant dit, nous devons avancer et reconnaître que le Canada a fait énormément pour dépasser cela», dit-elle. «Même si la langue française ne représente que 17,5% de la population, la majorité anglophone a adopté des programmes très accommodants. Par exemple, le bilinguisme sur les emballages, sur l’argent, sur les timbres,…», ajoute Mme McConnell.

Kim McConnell, présidente du groupe Canadians for Language Fairness Source: YouTube

L’organisation affirme que les emplois gouvernementaux les plus prisés atterrissent souvent entre les mains de francophones, car ils sont plus bilingues. «Les structures du pouvoir limitent la majorité unilingue anglophone à participer à son propre gouvernement ou d’atteindre plusieurs des postes de pouvoir du pays», dit-elle, ajoutant qu’à son avis, «il y a une domination francophone grâce à des programmes injustes»

«Nous ne sommes pas anti-français ou anti-francophones. Plusieurs de nos membres sont francophones», insiste-t-elle. Le groupe affirme avoir sa propre approche sur la question du bilinguisme officiel. Si le Québec a le français comme «langue dominante», il doit en être de même ailleurs au pays avec l’anglais. «Le français est la langue dominante au Québec, c’est normal qu’elle soit la langue commune. Si on suit cette même logique, l’anglais est la langue dominante du reste du Canada», affirme la présidente de Canadians for Language Fairness. «Si les francophones s’attendent à ce que le Canada soit bilingue, alors ne devrions-nous pas nous attendre à un Québec bilingue également?», renchérit-elle.

L’organisme refuse dur comme fer de révéler le nombre de personnes qu’il représente. Il serait au moins quelques dizaines à en croire les vidéos de ses rassemblements.

Plusieurs arguments faux, selon un universitaire

Matthey Hayday, historien à l’Université de Guelph, s’intéresse depuis plusieurs décennies aux discours anti-bilinguisme. Les groupes comme Canadians for Language Fairness tentent de faire annuler les démarches pour stimuler le bilinguisme au pays. «Ça arrive chaque fois qu’une partie de la population anglophone se sent menacée par l’augmentation des droits des francophones», affirme l’auteur du livre So They Want Us To Learn French.

En 1963, la Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme a été la cible de bien des critiques de la part d’une frange de la population anglophone. Scénarios similaires lors des référendums québécois ou encore de l’Accord du Lac-Meech.

«En Ontario, il y a la Loi sur les services en français et des anglophones sont conscients qu’ils doivent partager un peu le pouvoir avec les francophones. Une partie de la population ne le veut pas», explique-t-il. M. Hayday affirme cependant que jusqu’à maintenant les leaders politiques ontariens et canadiens appuient habituellement l’idée du bilinguisme.

L’auteur du livre So They Want Us To Learn French Crédit image: archives, TFO

Selon lui, l’argument selon lequel il faut être bilingue pour progresser dans la fonction publique est faux. «Ça peut limiter quelques emplois, mais ce ne sont pas tous les emplois qui exigent le bilinguisme!», tranche-t-il. Faux également de dire que le bilinguisme est responsable de la mauvaise santé financière d’une province. «On ignore ainsi la situation en Nouvelle-Écosse ou à l’Île-du-Prince-Edouard, qui ont les mêmes problèmes économiques que le Nouveau-Brunswick, mais sans les obligations du bilinguisme!», lance-t-il.

Par contre, il admet que les programmes d’immersion française peuvent parfois sembler inéquitables. «On dit souvent que les programmes d’immersion française sont élitistes. Dans plusieurs provinces, les programmes ne sont pas accessibles à tous les élèves, car il manque de places. C’est une question d’organisation», insiste-t-il.

Alors qu’en Europe, parler plusieurs langues est considéré comme un atout ou même une nécessité, il dit encore s’étonner d’entendre des propos contre le bilinguisme au pays.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
9+

Étienne Fortin-Gauthier
Étienne Fortin-Gauthier
efgauthier@tfo.org @etiennefg

Étienne Fortin-Gauthier est journaliste depuis une dizaine d’années. Il a collaboré à plusieurs grands médias canadiens et européens, dont La Presse Canadienne, le quotidien La Presse, l’Agence France-Presse et le groupe de presse L’Avenir (Belgique). Il s’est initié aux dossiers de la francophonie canadienne lors d’un séjour au Réseau francophone d’Amérique, qui travaille de près avec les stations radiophoniques francophones en milieu minoritaire. Étienne est diplômé de l’École des affaires publiques et internationales de Glendon, à Toronto, et du programme bidisciplinaire en communication et science politique de l’Université de Montréal.