#Ontario

Doug Ford tire à boulets rouges sur Horwath

Le chef du Parti progressiste-conservateur de l'Ontario, Doug Ford. Crédit image: Marc Whiteway

À la lumière du dernier sondage de la firme Forum Poll, qui donne le Nouveau Parti démocratique (NPD) de l’Ontario largement en avance dans les intentions de vote pour le 7 juin, le chef du Parti progressiste-conservateur (Parti PC) de l’Ontario, Doug Ford, a multiplié les commentaires négatifs envers la formation d’Andrea Horwath.

JEAN-FRANÇOIS MORISSETTE
jmorissette@tfo.org | @JFMorissette72

SÉBASTIEN PIERROZ
spierroz@tfo.org | @sebpierroz

DIDIER PILON
dpilon@tfo.org | @DidierPilonONFR

Lors d’un point de presse à Toronto, M. Ford a réitéré ses promesses de réduire le prix à la pompe pour le carburant de 10 cents le litre, s’il est élu. Il s’est également engagé à réduire les factures d’électricité de 12 % supplémentaire.

«Sous un gouvernement néo-démocrate, vous allez payer plus de deux dollars pour votre litre de carburant avant la fin de l’été et votre facture d’électricité sera plus élevée parce qu’ils veulent fermer la centrale nucléaire de Pickering», a déclaré M. Ford.

Le chef progressiste-conservateur, Doug Ford. Crédit image: Twitter

Un peu plus tôt en journée, les candidats du Parti PC, Gila Martow et Todd Smith, ont publiquement dénoncé les propos anti-sémites d’une candidate néo-démocrate. Tasleem Riaz, candidate dans la circonscription de Scarborough-Agincourt, a partagé une citation d’Hitler sur les médias sociaux en 2013, en plus d’avoir tenu des propos anti-militaires.

«Le NPD a un sérieux problème s’il permet que des propos de la sorte soient partagés par ces membres», a dénoncé M. Smith.

Mme Riaz s’est par la suite excusée de ses publications, indiquant qu’elle ne comprenait pas comment elles avaient pu se retrouver sur sa page Facebook.

«J’ai dévoué ma vie à la liberté et à la tolérance envers et entre toutes les religions (…). Je ne saurais le dire assez clairement: j’abhorre Hitler, la haine qu’il éructait, et le génocide qu’il a commis», a-t-elle conclu.

Horwath encore dans la région de Toronto

La semaine d’Andrea Howarth aura été passée entièrement dans la région de Grand Toronto. Aujourd’hui, à l’institut collégial Sir Oliver Mowat de Scarborough, la chef néo-démocrate – accompagnée par la candidate de la circonscription de Scarborough—Rouge Park, Felicia Samuels – a mis de l’avant sa promesse d’investir 16 milliards de dollars pour la réparation des écoles ontariennes. Selon la plateforme du NPD, les réparations dites « nécessaires » s’élèveraient à 15 milliards de dollars.

Andrea Horwath, lors d’un déplacement ce vendredi. Crédit image: Twitter

«Il est inadmissible que le gouvernement d’une province aussi fortunée que l’Ontario soit incapable de fournir les ressources éducationnelles nécessaires aux enfants de la province », a déclaré Mme Horwath. « Nous ferons un investissement de 16 milliards de dollars, échelonné sur dix ans, pour réparer nos écoles délabrées. Des fondations fissurées aux toits qui coulent, et sans oublier les fontaines à eau dont on ne peut boire sans risquer sa santé, il y a énormément de travail à faire. Et ça presse. Alors, mettons-nous au travail.»

Demain, Mme Horwath sera à Brampton dès 8 h pour parler de sa plateforme en matière de soins de santé.

 

Le costume de première ministre de nouveau pour Wynne

En difficulté dans les sondages, la chef du Parti libéral de l’Ontario, Kathleen Wynne, s’est de nouveau retrouvée le temps d’une matinée dans la peau de la première ministre.

L’explosion dans un restaurant de Mississauga survenue, jeudi soir, a forcé Mme Wynne précisé les actions du gouvernement. «Nous surveillons la situation», a t-elle fait savoir en point de presse. Son agenda de la journée en a été chamboulé.

La première ministre sortante, Kathleen Wynne, lors de sa conférence, vendredi matin. Capture écran: Twitter

La chef du Parti libéral a martelé qu’elle «n’abandonnerait pas», bien que les enquêtes d’opinion la placent toujours en troisième position.

 

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !

Sébastien Pierroz
Sébastien Pierroz
spierroz@tfo.org @sebpierroz

Natif d’Annecy dans les Alpes françaises, Sébastien Pierroz obtient une maîtrise d’histoire de l’Université Paris Panthéon-Sorbonne en 2007. Après avoir travaillé pour Le Reflet dans l’Est ontarien, puis L’Express d’Ottawa, Sébastien rejoint l’équipe d’#ONfr au Groupe Média TFO en janvier 2015.