#Francophonie, #Ontario

École secondaire à Kingston: des locaux temporaires pour septembre

L’école élémentaire Madeleine-de-Roybon et l’école secondaire Mille-Îles. Crédit image: Jean-François Morissette

KINGSTON – Le Conseil des écoles publiques de l’Est de l’Ontario (CEPEO) a décidé de déménager les élèves de l’école secondaire Mille-Îles dans des locaux temporaires le temps que la nouvelle école francophone de la région ouvre ses portes en 2020.

JEAN-FRANÇOIS MORISSETTE
jmorissette@tfo.org | @JFMorissette72

Depuis le début de l’année scolaire, 550 élèves fréquentent l’école élémentaire Madeleine-de-Roybon et l’école secondaire Mille-Îles. Comme le voulait la tradition, les élèves des deux établissements devaient partager les locaux comme le gymnaste et la cafétéria, mais la hausse de 8,5 % d’élèves dans la dernière année a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Les deux écoles comptent depuis septembre huit classes mobiles extérieures.

Ainsi, dès septembre prochain, les jeunes du secondaire de l’école Mille-Îles iront trouver refuge dans l’ancien bâtiment de l’école catholique anglophone St. Patrick. Cet établissement compte 15 salles de classe, une salle de sciences et un gymnaste. L’école, qui n’est plus utilisée par l’Algonquin and Lakeshore Catholic District School Board (ALCDSB), peut accueillir jusqu’à 350 élèves.

Ce déménagement est toutefois temporaire puisque le CEPEO, de concert avec le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE), doit ouvrir une nouvelle école secondaire francophone en 2020 qui pourra accueillir 600 élèves. Le projet est évalué à 24 millions de dollars.

Le nouvel édifice comptera également un local pour le Centre culturel Frontenac et des places pour une garderie francophone, un besoin grandissant dans la région.

En attendant, le déménagement vers les locaux temporaires se fera au cours de l’été 2018.

Une classe mobile à l’extérieur de l’école primaire Marie-de-Roybon et de l’école secondaire Mille-Îles, à Kingston. Crédit image: Jean-François Morissette

 

Un compromis satisfaisant, estime le CEPEO

Bien que le projet de déménager les élèves du secondaire dans des locaux temporaires a de quoi surprendre, le CEPEO estime que la solution offerte à la communauté est satisfaisante.

Matthieu Vachon, surintendant de l’éducation pour l’école secondaire Mille-Îles, se réjouit de cette nouvelle.

«Ça fait plusieurs années que l’on travaille pour répondre aux besoins de la communauté francophone de Kingston, (…) aujourd’hui, on voulait pouvoir offrir une option pour accommoder cette croissance», a-t-il lancé en entrevue avec #ONfr.

Concrètement, ce nouveau projet de déménagement ne devrait pas déranger la communauté, a-t-il ajouté, et permettra aux élèves d’avoir accès à de meilleurs locaux.

Une distance d’environ quatre kilomètres sépare les deux établissements et des arrangements de transports seront faits pour accommoder les élèves, a aussi insisté M. Vachon.

M. Vachon a indiqué qu’au cours de l’été, les locaux de l’école secondaire St. Patrick seront légèrement rénovés afin qu’ils soient conformes aux normes pour accueillir les élèves.

 

Le projet va bon train

Des négociations vont toujours «bon train» afin de sécuriser le terrain qui est nécessaire pour construire la nouvelle école, a indiqué par ailleurs M. Vachon.

Il a aussi assuré que les deux conseils scolaires se réunissaient régulièrement afin de faire le point sur le projet.

«Dès la rentrée scolaire en septembre, on veut pouvoir s’affairer à la planification de la gestion du carrefour communautaire francophone», a-t-il insisté.

Le nouveau carrefour communautaire francophone doit accueillir 600 élèves. Une première pelletée de terre doit avoir lieu en novembre.

 


POUR EN SAVOIR PLUS:

Tout débloque pour les francophones de Kingston

Nouvelle école à Kingston: une pelletée de terre dans un an?

Infrastructures scolaires: le combat des francophones de Kingston

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !

Jean-François Morissette
Jean-François Morissette
jmorissette@tfo.org @jfmorissette72

Jean-François Morissette est un diplômé des programmes de sciences politiques et de journalisme de l’Université Laval, à Québec. Il a évolué au sein de plusieurs médias, dont le journal provincial L’Étoile, qui couvre les dossiers de la communauté francophone du Nouveau-Brunswick. Il a aussi collaboré avec Le Journal de Québec et la Quête. Il couvre le parlement ontarien pour #ONfr.