Passer au contenu Passer au pied de page
Plein feu sur cinq circonscriptions de l'Est ontarien. Source: Canva

Cinq circonscriptions à surveiller dans l’Est

Temps de lecture : 5 minutes

OTTAWA – Cinq circonscriptions retiennent l’attention dans l’Est de la province. En premier lieu, Glengarry-Prescott-Russell où vit une population majoritairement francophone, mais il sera intéressant de suivre aussi Ottawa-Vanier, Orléans, Ottawa-Ouest-Nepean et Stormont-Dundas-Glengarry. Voici l’essentiel à retenir de chaque territoire, ainsi que l’identité et les chances des candidats en lice.

La députée Amanda Simard avait claqué la porte du Parti progressiste-conservateur dès 2018. Crédit image : Jackson Ho

Amanda Simard bien positionnée dans Glengarry-Prescott-Russell

Élue en 2018 sous les couleurs progressistes-conservatrices, Amanda Simard se représente cette fois devant les électeurs sous la bannière libérale. Elle a quitté son parti d’adoption à la suite du Jeudi noir de l’Ontario français, pour devenir indépendante, avant de rallier le camp libéral en 2020. Le site Qc125 la crédite de 44 % d’intentions de vote, devant son principal adversaire politique, Stéphane Sarrazin (38 %).

Pour faire la différence, le maire du canton d’Alfred et Plantagenet et directeur des Comtés unis de Prescott Russell compte sur le bilan et la popularité du premier ministre sortant et sur les électeurs qui ont majoritairement voté pour son parti en 2018 sur ce territoire qui compte 60,3 % de francophones.

« Les quatre dernières années ont été extrêmement mouvementées pour Amanda Simard. Sera-t-elle en mesure de continuer à capter son électorat maintenant qu’elle est passée chez les libéraux ? Ce sera intéressant de surveiller », résume la politologue Stéphanie Chouinard.

Les autres candidats sont Alicia Eglin du NPD, Thaila Riden du Parti vert, Victor Brassard du Nouveau Parti bleu et Stéphane Aubry du Parti de l’Ontario. Certains de ces candidats croiseront le fer ce jeudi 19 mai au cours d’un débat organisé par ONFR+ et retransmis en direct sur Facebook.

■ PC : Stéphane Sarrazin NPD : Alicia Eglin ■ PLO : Amanda Simard ■ Vert : Thaila Riden

La députée sortante d’Orléans, Lucille Collard, et la carte de la circonscription. Crédit image : Jackson Ho

Confortable avance pour Lucille Collard dans Ottawa-Vanier

Avec 54 % d’intentions de vote, les projections donnent la députée sortante, Lucille Collard, loin devant ses poursuivants. La néo-démocrate Lyra Evans, le progressiste-conservateur Patrick Mayangi et le vert Christian Proulx capitalisent respectivement 20 %, 18 % et 3 % de sympathie.

Aux mains des libéraux sans discontinuité depuis 1971, la circonscription est profondément rouge et il faudrait une intense fin de campagne de ses adversaires pour parvenir à déloger celle qui a succéder à Nathalie Des Rosiers. En route pour un second mandat, Mme Collard siège à Queen’s Park depuis 2020, auteure d’une large victoire lors d’une élection partielle, au cours de laquelle elle avait déjà croisé le fer avec Patrick Mayangi.

Ce francophone qui maîtrise quatre langue semble aussi distancé par Lyra Evans, une chimiste environnementale qui défend les sans-abri et la communauté LGBTQ. Les électeurs de ce territoire, qui englobe la partie Est de la capitale nationale, sont à 30,8 % francophones.

■ PC : Patrick Mayangi ■ NPD : Lyra Evans ■ PLO : Lucille Collard ■ Vert : Christian Proulx

Le député sortant d’Orléans, Stephen Blais, et la carte de la circonscription. Crédit image : Jackson Ho

Orléans, l’autre château fort libéral

Dans la circonscription voisine, l’écart du député sortant sur ses poursuivants est plus ténu mais paraît suffisant pour que les libéraux maintiennent Orléans dans leur giron. Tout comme Ottawa-Vanier, Orléans est un château fort rouge depuis plusieurs décennies.

Sur ce territoire où résident près de 33,9 % de francophones, dans l’ombre de sa prédécesseure Marie-France Lalonde, Stephen Blais n’est pas le député qui a le plus brillé à Queen’s Park pour les causes francophones. Son français est bien moins expansif que celui de l’ex-ministre des Affaires francophones.

Les projections lui donnent néanmoins le vent dans les voiles (48 %) face à la progressiste-conservatrice Melissa Felián (31 %), au néodémocrate Gabe Bourdon (14 %) et à la verte Michelle Petersen, candidate malheureuse au dernier scrutin fédéral.

■ PC : Melissa Felián ■ NPD : Gabe Bourdon ■ PLO : Stephen Blais ■ Vert : Michelle Petersen

Le député sortant de Stormont-Dundas-Glengarry, Jim McDonell, ne se représente pas. Archives ONFR+

Ancrage bleu dans Stormont-Dundas-Glengarry Sud

Pour maintenir sa mainmise sur la circonscription de l’Est qui longe le fleuve Saint-Laurent, le Parti progressiste-conservateur compte sur Nolan Quinn. Cet entrepreneur de Cornwall tentera de succéder à Jim McDonell, ex-maire de Glengarry Sud qui a annoncé qu’il ne briguerait pas de quatrième mandat.

Autrefois libérale de 1999 à 2011, la circonscription est solidement ancrée à droite depuis dix ans. Il sera extrêmement compliqué aux autres candidats de contester la victoire à M. Quinn qui culmine à 54 % d’intention de vote. Sa première poursuivante, la libérale Kristen Gardner est créditée de 25 % d’intentions de vote. Activiste communautaire et maire adjointe de South Dundas, elle a fait carrière dans la fonction public municipale, provincial et fédéral.

Avec 14 % et 4 % de bulletins estimés en leur faveur, les deux autres principales candidates, Wendy Stephen (NPD) et Jacqueline Milner (Parti vert) ont du mal à émerger dans cette campagne.

■ PC : Nolan Quinn ■ NPD : Wendy Stephen ■ PLO : Kirsten Gardner ■ Vert : Jacqueline Milner

Le député sortant d’Ottawa-Ouest-Nepean, Jeremy Roberts, et la carte de la circonscription. Archives ONFR+

Course serrée dans Ottawa-Ouest-Nepean

Le député sortant, Jeremy Roberts, avait bouté en 2018 l’ancien ministre de l’Infrastructure, Bob Chiarelli, tombé après six mandats affublé d’une médiocre troisième place. La candidate du PLO, Sam Bhalesar, a la lourde tâche de faire revenir la circonscription dans le giron du parti. Elle est donnée favorite par le site Qc125 (35 %) devant Jeremy Roberts (32 %) mais l’écart reste faible et l’issue du scrutin indécise dans cette circonscription pivot qui abrite 9,2 % de francophones.

Derrière que la candidate néo-démocrate, Chandra Pasma (27 %) semble distancée, de même que le vert Steven Warren. Le scrutin du 2 juin ne devrait donc pas être une revanche PC-NPD sur 2018. Aux dernières élections, Mme Pasma avait été défaite d’une poignée de votes d’écart, dans la course la plus serrée de la province.

■ PC : Jeremy Roberts ■ NPD : Chandra Pasma ■ PLO : Sam Bhalesar ■ Vert : Steven Warren

Dans les circonscriptions voisines, le libéral sortant John Fraser est en pole position dans Ottawa-Sud, crédité de 53 % d’intentions de vote, tandis que le néo-démocrate sortant, Joel Harden, est au coude à coude dans Ottawa-Centre avec son adversaire libéral qui le devancerait 3 points.

Estimations en date du 18 mai 2022  : source Qc125, site de projections basées sur les tendances électorales, l’évolution démographique et les sondages politiques.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !