Passer au contenu Passer au pied de page

Étiquetage seulement en anglais autorisé par Santé Canada

Temps de lecture : 4 minutes

TORONTO – Les étiquettes des contenants de désinfectants et antiseptiques vendus au Canada n’ont plus besoin d’être bilingues. Face à la crise du coronavirus, Santé Canada autorise la distribution de produits seulement en anglais pour accélérer leur distribution.

« Étant donné la demande sans précédent et le besoin urgent de produits pouvant aider à limiter la propagation de la maladie à coronavirus 2019, comme les antiseptiques pour les mains, les désinfectants et l’équipement de protection individuelle (comme les masques et les blouses) ainsi que les écouvillons, Santé Canada facilite l’accès aux produits qui ne respectent pas nécessairement toutes les exigences réglementaires, à titre de mesure provisoire », annonce le ministère fédéral.

Par exemple, l’eau de javel Clorox peut maintenant être vendue avec des étiquettes seulement en anglais, tout comme les paquets de lingettes désinfectantes et du gel antiseptique Purell.

« Bien que ces produits soient habituellement assujettis à des exigences réglementaires, comme l’homologation et l’étiquetage bilingue, Santé Canada autorisera leur vente », dit l’organisation.

L’allègement réglementaire permet aussi à des produits non-autorisés au Canada, mais qui sont autorisés ou homologués dans d’autres pays dotés de cadres réglementaires et d’assurances de la qualité semblables, d’être dorénavant vendus ici.

« Les choses importantes ne sont pas dites en français »

« Ça n’a aucun sens. Il n’y a pas eu de directives pour ignorer les lois. La situation actuelle est un vrai test à l’égalité du français et l’anglais. L’urgence ne doit pas mettre en péril la sécurité des gens », affirme la chercheuse en francophonie de l’Université d’Ottawa, Linda Cardinal.

« Je trouve que c’est un enjeu de sécurité. On a l’impression que la langue, c’est du superflu et que le français doit passer à la trappe, car tout le monde parle anglais. Mais c’est mal comprendre la population », affirme-t-elle.

Les minorités francophones du pays payent un prix fort en cette période de crise du coronavirus, croit-elle. L’incapacité des leaders politiques à parler la langue de leur minorité francophone a aussi des conséquences, selon Mme Cardinal.

« Les francophones de l’Ontario ou du Nouveau-Brunswick ont aussi besoin d’être rassurés. En français, on a droit à une information approximative et à des leaders qui ne parlent pas la langue. Le lien de confiance est donc ténu, ça crée de l’anxiété. Au contraire au Québec, François Legault joue un rôle rassurant quand on est francophone, car il crée un sentiment de sécurité en nous parlant dans notre langue », affirme la politologue franco-ontarienne.

Elle évoque le cas de la ministre de la santé fédérale, Patricia Hajdu, et l’administratrice en chef de la santé publique du Canada, Theresa Tam.

« Je constate qu’en cette période de crise, les choses importantes ne sont pas dites en français », dit-elle.

Malgré sa capacité à s’exprimer dans les deux langues officielles du Canada, le premier ministre, Justin Trudeau, a aussi été l’objet de critique pour la prédominance de l’anglais lors de ses conférences de presse.

Des plaintes formulées

Le Commissariat aux langues officielles du Canada révèle avoir reçu des plaintes à propos des communications effectuées par le gouvernement fédéral.

« Dans le contexte actuel, le gouvernement fédéral doit s’assurer que l’ensemble des Canadiens ait accès aux renseignements essentiels sur la COVID-19, peu importe où ils se trouvent au pays, et ce, dans la langue officielle de leur choix et en tout temps. Nous avons reçu des plaintes liées aux communications du gouvernement fédéral durant la pandémie. Nous analysons présentement les faits qui ont été portés à notre attention. Nous ne pouvons commenter davantage », a indiqué l’organisation.

Concernant les produits bilingues, des règles fédérales sont en place, mais la Loi sur les langues officielles ne traite pas directement de la chose, affirme le Commissariat aux langues officielles.

Le Québec ne s’opposera pas à la mesure

L’Office québécois de la langue française a réagi à cette annonce du gouvernement fédéral. Il a été décidé d’accepter cette mesure temporaire.

« Dans le contexte d’urgence sanitaire de la COVID-19 où des mesures d’hygiène sont nécessaires et que ces produits courants peuvent prévenir la transmission du virus, l’Office québécois de la langue française ne s’opposera pas à leur mise en vente au Québec avec un étiquetage uniquement en anglais, dans la mesure où cette vente est temporaire », a-t-il été indiqué à ONFR+.

Une exception est prévue dans la loi. Les circonstances actuelles constituent un motif valable pour fermer les yeux, selon l’Office.

« La Charte de la langue française prévoit qu’une inscription peut être écrite uniquement dans une autre langue que le français, notamment lorsque le produit provient de l’extérieur du Québec et qu’il n’existe pas de produit de remplacement équivalent présenté en français au Québec », affirme-t-on dans une déclaration, envoyée en soirée.

Suite à notre article, Raymond Théberge, commissaire aux langues officielles, a publié le vendredi 20 mars cette déclaration. « Nous vivons actuellement une période exceptionnelle avec la pandémie de COVID-19. Comme la majorité des Canadiens, je suis profondément inquiet de la situation. Je tiens à souligner les efforts incroyables qui ont été mis en place pour assurer la santé et la sécurité de tous les Canadiens.    Dans ce contexte, la population s’attend à recevoir des déclarations, des instructions et des renseignements pertinents dans l’intérêt de la santé et de la sécurité publiques, et ce, dans les deux langues officielles en tout temps. De plus, les Canadiens de partout au pays, peu importe leur langue officielle, doivent être en mesure de comprendre les messages de toutes les institutions fédérales qui leur sont destinés, particulièrement dans le contexte actuel. Nous avons reçu des plaintes liées aux communications du gouvernement fédéral durant la pandémie. Nous analysons présentement les faits qui ont été portés à notre attention. Nous sommes également en contact avec certaines institutions fédérales, au besoin. Au-delà de la Loi sur les langues officielles, c’est une question de respect et de sécurité pour tous les Canadiens. »

8+

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
8+