Passer au contenu Passer au pied de page

Foyers ontariens : Ford promet une enquête indépendante et des inspections renforcées

Temps de lecture : 4 minutes

TORONTO – À la suite du rapport des Forces armées canadiennes, Doug Ford s’est engagé à faire la lumière sur le traitement des résidents des foyers de soins de longue durée. Cinq foyers supplémentaires sont en voie d’être pris en charge par la province, tandis que six équipes d’inspecteurs seront envoyées dans les foyers à haut risque.

Comparaîtrez-vous devant cette commission d’enquête, en juillet ? « Oui, absolument », a tranché net devant les journalistes, Doug Ford. Le premier ministre a joué, ce mercredi, la carte de la transparence.

« Cette commission sera indépendante, transparente et ouverte (…) et les résultats seront transmis à la police », a-t-il clarifié, évoquant au passage une situation héritée du gouvernement précédent.

La publication, la veille, du rapport des Forces armées canadiennes sur la maltraitance, le sous-équipement et l’insalubrité dans cinq foyers ontariens au sein desquels elle a prêté main forte, a fait l’effet d’une bombe en Ontario.

Pas question cependant de se séparer de la ministre des Soins de longue durée, Merrilee Fullerton. « C’est la plus expérimentée dans ce domaine à Queen’s Park », a rétorqué le premier ministre face aux attaques de l’opposition officielle.

La ministre des Soins de longue durée, Merrilee Fullerton, très discrète en conférence de presse. Capture d’écran

Il s’est montré, en revanche, inflexible sur le renforcement des inspections. Six équipes d’inspecteurs, déployées dès demain, détermineront « qui sont les bons et qui sont les mauvais ».

« Nous allons intensifier les contrôles dans les 19 foyers en code rouge, vérifier tous les détails et mener des inspections aléatoires à l’échelle de la province. Nous sommes disposés à révoquer des permis ou fermer des lieux si nécessaire », a-t-il averti.

Cinq nouveaux foyers viendront, par ailleurs, allonger la liste des centres pris en charge par le gouvernement : Eatonville Care Centre, à Etobicoke, Hawthorne Place Care Centre, à North York, Altamont Care Community, à Scarborough, Orchard Villa, à Pickering et Camilla Care Community, à Mississauga.

Le prolongement du soutien militaire en discussion

En Ontario comme au Québec, on espère que le gouvernement fédéral prolongera le soutien militaire dans ces lieux où la propagation du virus est hors contrôle. « On a besoin de Trudeau », a réitéré M. Ford.

« C’est du court terme », a prévenu un peu plus tôt, Justin Trudeau.

Si des discussions doivent avoir lieu cette semaine avec les provinces sur la prolongation ou non de la présence des Forces armées canadiennes, le premier ministre du Canada s’est montré limpide en conférence de presse : « Des soldats dans des foyers, ce n’est pas une solution à long terme ».

Justin Trudeau, premier ministre du Canada. Archives ONFR+

Il n’a toutefois pas donné d’ultimatum au retrait de l’armée prévue pour rester jusqu’au 12 juin. Devant la presse, ce mercredi, il a au contraire ménagé ses homologues provinciaux, martelant son intention de ne pas s’ingérer dans leurs prérogatives et restant flou sur l’éventualité d’ouvrir une commission d’enquête au niveau fédéral sur le traitement des aînés.

« On est là pour aider les provinces à reprendre le contrôle du système. On a cette responsabilité d’appuyer dans l’immédiat, mais on respecte les juridictions. On a transféré un demi-milliard aux provinces, afin qu’elles assument leurs surcoûts liés à la pandémie. On va continuer à aider à court terme mais, à long terme, il est évident qu’il faudra avoir des discussions pour créer un meilleur système. »

Abandon progressif de la Prestation d’urgence canadienne

Dans le même temps, le gouvernement fédéral se prépare à transférer, petit à petit, les bénéficiaires de la Prestation canadienne d’urgence (PCU) vers la Subvention salariale d’urgence du Canada (SSUC).

« Maintenant que le processus de déconfinement se met en place, on sent qu’un certain nombre d’entreprises ont envie de revenir à un régime plus normal et on s’attend ce que la SSUC remplace la PCU », a expliqué Yves Duclos, le président du Conseil du Trésor.

Tout ne s’arrêtera pas brutalement, a-t-il rassuré. « Il y aura autre chose qui viendra en appui du revenu et du retour au travail pour que la reprise économique se fasse correctement. »

Encore moins de 300 nouveaux cas

Pour la deuxième journée consécutive, l’Ontario compte moins de 300 nouveaux cas positifs à la COVID-19. Le bilan de la province s’établit à 26 483 contaminations, en hausse de 292 cas positifs et 32 décès. 82 % de ces nouveaux cas se concentrent dans les régions de Toronto, Peel et York.

La Santé publique de l’Ontario rapporte 199 éclosions en cours au sein des foyers de soins de longue durée, touchant 4 936 résidents et 1 721 membres de personnel. Plus de 15 000 tests ont été pratiqués dans les dernières 24 heures à travers la province. À l’échelle du pays, plus de 1,5 million de Canadiens ont été dépistés.

▶️ 292 cas et 32 décès de plus en Ontario
▶️ 26 483 cas au total (86 928 au Canada)
▶️ 2 155 décès en Ontario (6 671 au Canada)
▶️ 847 hospitalisés, 150 en soins intensifs
▶️ 644 547 tests en Ontario, dont 11 817 en attente de résultats

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
2+