Cinq Franco-Ontariens dans le palmarès Francopresse 2022

Palmarès Francopresse francophonie ontarienne
De gauche à droite : Martin Normand, Gisèle Lalonde, Michelle O'Bonsawin, Jonathan David et Michel Picard. Montage ONFR+

Francopresse a révélé le palmarès des dix personnalités influentes de la francophonie canadienne 2022, dont cinq Franco-Ontariens. Qu’est-ce que Gisèle Lalonde, Michele O’Bonsawin, Martin Normand, Michel Picard et Jonathan David ont en commun? Ils sont Franco-Ontariens. Oui, mais pas seulement. De leurs domaines respectifs bien distincts – politique, justice, sport, média ou encore recherche -, ils ont apporté leur pierre à l’édifice.

Chef de file de la résistance

Gisèle Lalonde, c’est un peu la liberté guidant le peuple (franco-ontarien). Si 2022 lui rend hommage, année charnière marquée par sa disparition, ce sont plusieurs décennies que cette grande dame a consacrées à la cause francophone. Ancienne mairesse de Vanier et fondatrice de l’Association française des municipalités de l’Ontario (AFMO), elle s’est battue pour une reconnaissance de la francophonie en Ontario.

«On est en crise tout le temps quand on est minoritaire (…). On doit être prêt à se battre tout le temps» confiait-elle à ONFR+ en 2019. Son accomplissement majeur: sauver le seul hôpital francophone de l’Ontario, l’Hôpital Montfort à Ottawa, de la fermeture. Sa détermination avait rassemblé 10 000 Franco-Ontariens en 1997 protestant leur opposition à la fermeture jusqu’à une victoire finale.

Nommée chevalier de l’Ordre de la Pléiade de l’Assemblée internationale des parlementaires de langue française, membre de l’Ordre des francophones d’Amérique et dame chevalier de l’Ordre de Saint-Grégoire-le-Grand, chevalier de la Légion d’honneur, membre de l’Ordre du Canada et membre de l’Ordre de l’Ontario, plus qu’une inspiration pour les générations futures, elle est une figure historique.

La militante franco-ontarienne Gisèle Lalonde. Crédit image: Stéphane Bédard

Une première pour la Cour suprême

La Franco-Ontarienne Michelle O’Bonsawin est devenue la première juge autochtone à être nommée à la Cour suprême en 2022, accédant ainsi au sommet du pouvoir judiciaire canadien. Cette ancienne avocate était devenue la plus jeune juge à la Cour supérieure de justice de l’Ontario en 2017 et la première femme abénaquise à accéder à la magistrature au Canada.

Son double héritage culturel – abénaquise de la Première Nation d’Odanak et Franco-Ontarienne du Nord de l’Ontario (de Hanmer, un village à l’est de Sudbury), elle en est fière. Son bilinguisme, qui selon elle a pesé dans la balance pour son accession à la Cour suprême, lui est également cher. Membre de l’Association des juristes d’expression française de l’Ontario, elle entend parler et vivre sa langue maternelle à la Cour suprême qui compte huit autres juges bilingues.

Le prodige d’Ottawa de retour de la Coupe du monde

D’Ottawa aux clubs européens, il n’y a qu’un pas ou qu’un but pour Jonathan David, ce Franco-Ontarien d’origine haïtienne passionné de soccer qui briguait l’Europe depuis ses débuts. Un pari réussi pour lui. À seulement 22 ans, il a accédé à la Coupe du monde en 2022 avec l’équipe du Canada qui ne s’était pas qualifiée depuis 1986. Il est un joueur star en France: en 2021, il a permis au LOSC (Lille), club du Nord de la France évoluant en Ligue 1, de décrocher le titre de champion de France, le quatrième titre national de son histoire.

Cette saison 2022, il se classe dans le top 5 des meilleurs tireurs de Ligue 1, seul Canadien à figurer dans ce classement mondial. Surnommé Iceman par ses entraîneurs pour sa concentration et son sang-froid implacables, il porte à l’admiration des jeunes ontariens de son ancien club d’Ottawa et insuffle l’espoir aux nouvelles générations de joueurs canadiens à qui il rend visite lorsqu’il est de passage au pays.

Jonathan David est une des personnalités du palmarès Francopresse 2022. Crédit image: Denis Doyle/Getty Images

50 ans? «Ça me parle!»

2022 a marqué le 50e anniversaire de carrière de Michel Picard. Décoré de l’Ordre de la francophonie, voix et visage familiers des auditeurs et téléspectateurs francophones, il a partagé l’information en français d’un bout à l’autre du Canada débutant sa carrière à Saskatoon, puis Vancouver avant d’animer le Midi trente à la radio et le Téléjournal Ottawa-Gatineau, donnant de 1997 à 2013 un vrai élan de popularité au téléjournal régional par son humanité, sa chaleur et son accessibilité.

Celui à qui on a confié la clé de la ville d’Ottawa prête désormais sa voix à l’émission quotidienne Le retour qu’il anime en après-midi sur 94,5 Unique FM, la radio francophone communautaire d’Ottawa – Ça me parle !. Un rendez-vous convivial dès 15h sur l’actualité et diverses chroniques qui lui permet aujourd’hui d’être au plus proche de ses auditeurs, un «retour» à son image.

La recherche au service de la francophonie

Martin Normand est directeur de la recherche stratégique et des relations internationales à l’Association des collèges et universités de la francophonie (ACUFC). Ces dix dernières années, il a contribué à faire vivre la recherche sur la francophonie du point de vue linguistique et politique en tant que chercheur postdoctoral à la Chaire de recherche sur la francophonie et les politiques publiques à l’Université d’Ottawa.

Sous sa gouverne cette année, l’ACUFC a organisé des États généraux pour s’attaquer à la crise dans le secteur de l’éducation postsecondaire. Il y a notamment eu des consultations qui ont donné en fin de compte un rapport avec 32 recommandations pour les différents intervenants du secteur. Il est aussi l’un de ceux ayant mis de l’avant, les problèmes et le racisme reliés aux hauts taux de refus de permis d’étude des étudiants africains par Immigration Canada dans les établissements francophones.

Ailleurs au pays

En Acadie, figurent dans le Palmarès Francopresse l’auteure-compositrice-interprète Lisa Leblanc, qui a remporté le Prix Félix 2022 de l’Album pop de l’année pour Chiac Disco, ainsi que la réalisatrice Renée Blanchar. Cette dernière a reçu les honneurs en 2022 pour son documentaire Le silence et sa série Le monde de Gabrielle Roy, mais s’est aussi distinguée par son œuvre Lettre d’amour présentée aux Rendez-vous de la Fierté Acadie Love.

La présidente de l’AFFC, Lily Crist. Crédit image: AFFC

Lily Crist entre également dans ce top 10. Figure forte de la francophonie en Colombie-Britannique, la présidente de la Fédération des francophones de la Colombie-Britannique (FFCB) a remporté un grand combat contre le gouvernement fédéral, le rappelant à ses obligations en matière de langues officielles dans le dossier de la fermeture des centres de services d’aide à l’emploi francophones de la province.

Dans le Grand Nord, l’accomplissement artistique de la Yukonnaise Marie-Hélène Comeau pour son exposition 2022 en collaboration avec l’artiste torontois Jungle Ling a été aussi récompensé. Ses projets artistiques font partie de La Caravane des dix mots, un projet culturel international sur le partage de la langue française et de la francophonie.

Finalement, pour compléter le palmarès, Elisa Brosseau, présidente de l’Association bilingue des municipalités de l’Alberta. Élue mairesse de Bonnyville, elle sensibilise ses homologues d’autres municipalités à la réalité francophone albertaine et à promeut le bilinguisme comme avantage économique.

Les dix lauréats retenus par le jury représentant Francopresse, la Fédération de la jeunesse canadienne-française, l’Alliance des radios communautaires du Canada et ONFR+. Photomontage Francopresse