#Canada, #Francophonie

Des données probantes pour améliorer le bilinguisme

Wendy Carr et Sharon Lapkin. Crédit image: Benjamin Vachet

OTTAWA – L’organisme Canadian Parents for French (CPF) a publié, le vendredi 13 octobre, son rapport 2017 L’état de l’enseignement du français langue seconde au Canada dans lequel il préconise plusieurs mesures pour améliorer les capacités bilingues des Canadiens.

BENJAMIN VACHET
bvachet@tfo.org | @BVachet

Alors que le gouvernement Trudeau s’était notamment donné comme objectif, dans sa plateforme électorale 2015, de promouvoir et de favoriser le bilinguisme à travers le Canada, CPF lance un message au gouvernement fédéral et à ses homologues des provinces et territoires.

Dans son édition 2017 de L’état de l’enseignement du français langue seconde au Canada, l’organisme insiste sur la nécessité d’avoir des données probantes et des recherches pédagogiques adéquates pour favoriser les bonnes pratiques d’apprentissage du français.

«La mission de Canadian Parents for French est d’améliorer l’accès aux cours de français langue seconde pour tous les enfants du Canada. Les possibilités sont très différentes d’une province à l’autre, notamment en ce qui concerne les possibilités d’immersion. Mais il existe plusieurs façons de devenir bilingue. En faisant de la recherche sur les autres approches, comme le programme de français de base qui concerne la majorité des jeunes Canadiens ou le programme intensif de français, cela peut aider les régions où les programmes d’immersion ne sont pas disponibles», explique Wendy Carr, coprésidente du comité national de soutien à la recherche et vice-doyenne de la formation des enseignants à la Faculté d’éducation de l’Université de la Colombie-Britannique.

«On veut que ce rapport et ses recommandations servent les gens sur le terrain pour qu’ils puissent revendiquer auprès des décideurs» – Wendy Carr

Également coprésidente du comité national de soutien à la recherche et membre du conseil d’administration de CPF, Sharon Lapkin insiste sur l’importance de ces données.

«Il y a une pénurie importante de recherches sur les programmes de français langue seconde autres que l’immersion. Si bien qu’on ne connaît pas bien les résultats de chaque programme, ce qui est pourtant fondamental si on veut les améliorer.»

 

Un portrait linguistique différent

Ce manque de connaissances favorise les mythes, regrette Mme Carr, qui explique, par exemple, que contrairement aux idées reçues, les élèves qui apprennent déjà l’anglais comme langue seconde peuvent aussi parallèlement réussir dans les programmes de français langue seconde.

Une information d’autant plus importante que l’augmentation de l’immigration depuis les années 70 a multiplié les cas d’élèves pour qui aucune des deux langues officielles n’est la langue maternelle. Un phénomène dont l’impact direct est une tendance à favoriser l’unique apprentissage de l’anglais, langue majoritaire, au détriment du français.

«Des fois, les choix qui sont faits en éducation ne sont pas basés sur la réalité, mais sur des croyances. Si on veut voir un changement, il faut avoir des données sur lesquelles on pourra bâtir notre travail», juge Mme Carr.

Dans une étude parue en 2016, Statistique Canada indiquait que le bilinguisme a progressé entre 1901 et 2011, passant de 14,7 % à 18,3 %. Mais celui-ci reste souvent l’apanage des francophones, notamment de l’extérieur du Québec où ils étaient 85,3 % à parler les deux langues officielles du Canada en 2011. Chez les anglophones hors de la Belle province, ce pourcentage n’était que de 7,4 % en 2011.

 

Cinq recommandations

CPF recommande cinq mesures pour améliorer la situation. L’organisme demande notamment au gouvernement du Canada d’augmenter les investissements en matière de recherche sur les langues officielles et en matière de promotion et d’apprentissage des langues officielles. Il préconise également une plus grande collaboration entre le fédéral, ses homologues des provinces et territoires et les conseils scolaires pour faire mieux connaître les possibilités d’apprentissage du français langue seconde et pour favoriser les échanges avec les francophones.

«Nous voulons aussi que les facultés d’éducation soutiennent l’apprentissage du français langue seconde en proposant plus de programmes en français, car actuellement, ceux-ci se limitent souvent à l’éducation et à la littérature française. Ça va prendre des fonds, mais ça peut être un incitatif pour apprendre le français», souligne Mme Lapkin.

Un avis que partage la présidente de CPF Ontario, Mary Cruden, qui souligne notamment que la future université de langue française à Toronto pourrait contribuer à encourager l’apprentissage du français en offrant d’autres opportunités aux élèves au niveau postsecondaire.

CPF souhaite enfin que les conseils scolaires, les ministères de l’Éducation et les facultés d’éducation renforcent l’aide au développement professionnel des enseignants.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !

Benjamin Vachet
Benjamin Vachet
bvachet@tfo.org @BVachet

Originaire de France, Benjamin Vachet vit au Canada depuis plus de dix ans. Titulaire d'un baccalauréat en Administration économique et sociale et d'une maîtrise de journalisme, il a commencé sa carrière en France, avant de la poursuivre au Canada. Il a travaillé pour les hebdomadaires Le Reflet, puis L’Express Ottawa et pour la radio francophone d’Ottawa, Unique FM. Il a rejoint le Groupe Média TFO en 2014. Passionné de politique ontarienne, fédérale et internationale, Benjamin cumule plus de treize années d’expérience en presse écrite, radio et télévision.