« Je veux battre mes records personnels », ambitionne Nina Kucheran

Nina Kucheran veut briller pour se rapprocher d’un retour en équipe nationale en 2024. Gracieuseté

[ENTREVUE EXPRESS]

QUI?

Native de Sudbury, Nina Kucheran est une nageuse de brasse franco-ontarienne qui vise une participation aux Jeux olympiques en 2024. 

LE CONTEXTE

Les Championnats canadiens de natation débutent ce mardi à Toronto et se déroulent jusqu’au 6 août. Ils serviront de sélection pour les prochains championnats parapanaméricains et du monde.

L’ENJEU

Absente aux derniers Championnats du monde, la Franco-Sudburoise tentera de briller sur trois courses : les 50, 100 et 200m brasse, afin de consolider sa préparation en vue des Jeux de Paris.

« Comment se sont passés ces deux derniers mois pour vous, notamment votre première compétition en tant que professionnelle à Sarasota?

Sarasota n’était pas une grosse compétition. Je pense que je devais être la personne la plus âgée. J’ai gagné toutes mes courses. C’est bon pour sa santé mentale parfois d’affronter des plus jeunes et de facilement gagner toutes les épreuves. C’était probablement ma meilleure compétition « en saison ». En saison, signifie simplement qu’on s’entraîne jusqu’au jour de la compétition sans repos quelques jours avant. 

Après cette compétition réussie, avez-vous débuté directement la préparation pour les Championnats nationaux? 

Oui, après cette compétition j’avais hâte de retourner à Gainesville et continuer mes entraînements. Je savais que j’avais tout le mois de juillet pour me préparer pour ce gros événement que sont les Championnats nationaux. Pour me préparer j’ai fait ce qu’on appelle en anglais un taper. Cela consiste à réduire le volume de travail deux-trois semaines avant une compétition tout en maintenant l’intensité au même niveau. Ainsi, ça permet au corps de se reposer. J’ai donc eu un peu de repos pour cette compétition et je me sens vraiment bien. 

Même si vous n’y étiez pas, avez-vous gardé un œil sur les Championnats du monde? 

Bien sûr! J’ai des amis comme Josh Liendo et Kelsey Wog qui ont participé à la finale de leurs disciplines respectives. Évidemment j’aimerais faire partie des concurrents et y être, mais c’est toujours excitant de regarder les autres athlètes canadiens et rester au courant de leurs performances. Ils ont vraiment bien fait lors de cette compétition. En plus, le fait d’avoir regardé ces Championnats du monde avant d’aborder ma compétition, ça me met vraiment dans un très bon état d’esprit. 

Quand vous voyez les chronos réalisés, qu’est ce que cela vous inspire? 

J’ai l’impression que je ne suis pas loin. J’ai regardé par exemple les résultats du 200 mètres brasse. Si j’avais fait le temps que j’avais réalisé aux Championnats canadiens en avril, j’aurais participé aux demi-finales. Je n’aurais pas atteint la finale mais j’espère que je vais améliorer mes temps sur la compétition cette semaine. Au final, quand je regarde les chronos du championnat mondial, je suis enthousiaste parce que je me dis que j’ai la place pour faire des améliorations. Cela me donne aussi de la confiance, parce que je me dis que j’ai ma place avec les meilleures au monde. 

Pour finir, quelles sont les ambitions sur ces Championnats nationaux pour vous? 

J’en ai discuté avec un de mes entraîneurs et, pour moi, le plus important ce n’est pas la victoire à tout prix. Je veux surtout réaliser des temps qui me rendront fière. J’aimerais battre mes records personnels dans les trois courses que je vais disputer : 50, 100 et 200 mètres brasse. Je veux valider le gros bloc de travail que j’ai fait avant cette compétition, être fière de mes performances et conserver mon momentum pour l’année prochaine. »