Passer au contenu Passer au pied de page

Karelle Sikapi sur les traces de Lydia Philippe

[LA RENCONTRE D’ONFR+] 

PICKERING – La nouvelle présidente de la Fédération de la jeunesse franco-ontarienne (FESFO) ne tarit pas d’éloges sur sa prédecesseure, Lydia Philippe, qu’elle voit comme un modèle. Entrée en poste en juillet dernier,  Karelle Sikapi livre ses objectifs à la tête de l’organisme porte-parole de la jeunesse franco-ontarienne.

« Vous avez commencé votre mandat en juillet dernier. Comment se passent ces premiers pas ?

Très bien. L’équipe est formidable ! Nous avons déjà fait des rencontres avec le conseil de représentation. Et comme j’étais déjà membre du conseil l’an passé, j’essaie d’aider les autres et de leur expliquer ce que nous avons fait pour développer des stratégies gagnantes pour l’année à venir.

Qu’est-ce qui vous intéressait dans ce poste ?

Je voyais ce que faisait Lydia [Lydia Philippe, présidente de la FESFO en 2018-2019] et ça m’a inspirée et m’a poussée à me lancer. Comme elle, je voulais redonner à cette communauté qui m’a apporté la fierté d’être francophone et qui me pousse à être une meilleure personne.

Votre mandat n’est que d’un an, n’est-ce pas difficile d’accomplir des choses en si peu de temps ?

C’est un peu court, en effet, mais quand on connaît déjà les enjeux, qu’une bonne transition est faite, on peut accomplir des choses. Mon objectif va être de poursuivre le travail accompli, de rencontrer les membres, de les aider à découvrir la FESFO et d’être le plus disponible possible.

Collectivement, nous voulons aussi réfléchir à ce que nous avons fait par le passé pour voir si ça répond encore aux besoins des jeunes.

Crédit image : Gracieuseté FESFO

Quels sont les enjeux de la jeunesse franco-ontarienne aujourd’hui ?

Ils s’intéressent beaucoup aux enjeux écologiques et à la question de l’engagement citoyen. Nous voulons donc réfléchir à ce qui donne envie à une personne de s’engager et quels sont les obstacles à cet engagement.

Votre prédecesseure, Lydia Philippe, s’est retrouvée sous les feux de l’actualité avec la crise en Ontario français l’automne dernier. Ça ne vous fait pas peur ?

Lydia a fait un travail extraordinaire ! Voir comment elle a affronté ça, c’est très fort. Pour moi, elle est un modèle accessible et je suis prête à suivre ses pas, ça ne me fait pas peur.

Comment avez-vous vécu personnellement cette crise ?

J’étais en classe quand j’ai vu ça sur mon cellulaire. Ça m’a frustrée et j’ai décidé de me rendre à la manifestation du 1er décembre à Etobicoke.

Pour moi, la création de l’Université de l’Ontario français est vraiment importante, car ça me donnerait une chance de rester chez moi, tout en étudiant en français, au lieu de devoir aller jusqu’à Ottawa, loin de ma famille, pour le faire.

Récemment, une entente a été signée entre le gouvernement fédéral et la province pour la création de l’Université de l’Ontario français. Le dossier est-il réglé, selon vous ?

L’entente n’est qu’un début. La provincialisation reste l’objectif. On veut des programmes en français « par et pour » la communauté franco-ontarienne pour bien desservir la population.

Karelle Sikapi avec des membres de la FESFO devant Queen’s Park. Crédit image : Gracieuseté FESFO

Quel est votre rêve pour cette université ?

Je rêve d’une université remplie de jeunes Franco-Ontariens de la région, fiers de leur langue et de leur culture, et qui n’auront pas à aller dans une institution postsecondaire en anglais s’ils veulent poursuivre leurs études.

Vous habitez dans la région du Grand Toronto. Comment y décririez-vous la francophonie ?

Je pense qu’elle est moins vivante que dans d’autres régions. J’aimerais être quelqu’un qui contribue à l’encourager. Il faut démystifier le fait que le français, ce n’est pas cool. Mais ça reste encore trop associé à l’école. À la maison ou dans les activités parascolaires, pour beaucoup, ça se passe en anglais. Je pense que la FESFO peut aider à faire découvrir un autre aspect de la culture francophone, montrer qu’on peut s’amuser en français.

Qu’est-ce qui bloque, selon vous ?

Il y a un manque d’activités en français dans la région. Mais il faudrait aussi qu’en classe de français, par exemple, au lieu de nous faire lire uniquement des classiques, on nous propose aussi des lectures plus contemporaines, des livres pour les adolescents qui nous parlent davantage.

Certains craignent un désintérêt des jeunes pour la francophonie. Qu’en pensez-vous ?

C’est vrai qu’autour de moi, j’en vois plusieurs qui sont à l’école en français juste parce que c’est ce que leurs parents veulent. Ils ne voient pas la valeur du français et vont sûrement poursuivre leur parcours en anglais, ensuite. Il faut faire valoir la langue française, mais aussi la culture francophone.

Crédit image : Gracieuseté FESFO

Qu’est-ce qui a provoqué votre déclic pour l’engagement en francophonie ?

La francophonie a toujours fait partie de ma vie et de ma réalité. À la maison, on parle en français et je ne me verrais pas ne pas pouvoir communiquer avec mes grands-parents qui sont unilingues francophones. L’assimilation m’a toujours fait peur, raison pour laquelle je ne voulais pas aller dans une école anglophone.

Et puis, il y a eu ma participation aux Jeux franco-ontariens en 2018 qui a beaucoup compté. Je ne m’attendais pas à un si grand événement avec autant de participants et de personnes fières de parler en français. Ça m’a montré que je n’étais pas seule, alors que dans ma région du Grand Toronto, il est si facile de s’assimiler pour aller dans des écoles avec plus d’élèves ou pour avoir accès à plus d’activités culturelles à l’extérieur de la classe. C’était une expérience incroyable qui m’a donné envie de faire partie de la FESFO !

Trouvez-vous qu’on laisse assez de place à la jeunesse dans la francophonie ?

On peut toujours en donner davantage. Souvent, les jeunes sont là pour la symbolique, mais on ne les écoute pas. On devrait pourtant entendre ce qu’ils ont à dire sur les enjeux qui les intéressent et les préoccupent. Je m’estime d’ailleurs chanceuse, car à l’ACFO de Durham-Peterborough, je sens vraiment qu’on me donne l’occasion de parler et de donner mon avis.

Crédit image : Gracieuseté FESFO

En ce moment se déroule la campagne électorale fédérale. Est-ce quelque chose qui vous intéresse ?

Oui. Je lis les nouvelles et m’intéresse surtout à la question écologique. Je veux voir ce que propose chaque parti par rapport à ça.

Que pensez-vous de l’idée de la Fédération de la jeunesse canadienne-française de passer le droit de vote à 16 ans ?

Je suis pour, car je pense important que les jeunes puissent se prononcer sur des enjeux, comme l’environnement, qui auront un impact direct sur eux. C’est nous qui allons être affectés, pas forcément ceux qui votent présentement.

Le premier ministre Justin Trudeau a beaucoup insisté sur sa volonté d’impliquer les jeunes et de les écouter. Pensez-vous qu’il a réussi ?

Plusieurs jeunes ont eu la chance de siéger sur son conseil jeunesse. J’ai pu rencontrer deux d’entre eux et je trouve ça bien de donner à certains d’entre nous l’occasion de s’exprimer. Il a fait un bon travail. »


LES DATES-CLÉS DE KARELLE SIKAPI

2002 : Naissance à Montréal

2006 : Déménage à Toronto

2018 : Devient la directrice jeunesse de l’Assemblée des communautés francophones de l’Ontario de Durham-Peterborough

2019 : Devient la 45e présidente élue par la FESFO

Chaque fin de semaine, ONFR+ rencontre un acteur des enjeux francophones ou politiques en Ontario et au Canada.

POUR EN SAVOIR PLUS:

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !