Passer au contenu Passer au pied de page

La rentrée scolaire franco-ontarienne en cinq chiffres

Temps de lecture : 3 minutes

Des milliers d’élèves franco-ontariens font leur rentrée aujourd’hui dans l’Est de l’Ontario. Ils seront suivis par le reste de la province, la semaine prochaine, après le long week-end, le mardi 6 septembre. Fait rare, aucune nouvelle école n’ouvre ses portes en ce mois de septembre, mais une quinzaine de projets sont sur les rails.

115 000

Plus de 115 000 élèves font leur rentrée, cette année dans une des écoles des 12 conseils scolaires francophones que compte l’Ontario. À l’échelle de la province, dans le système public francophone et anglophone, ce sont plus de 2 millions d’élèves qui retrouvent les bancs de l’école, dont 1,4 million d’élèves en élémentaire et plus de 650 000 au secondaire.

Ce retour en classe et des activités parascolaires intervient après deux ans et demi de perturbations liées à la pandémie de COVID-19 qui a contraint les écoles à s’adapter et offrir une partie des apprentissages en ligne. Les parents qui le souhaitent ont eu le choix de maintenir l’apprentissage à la maison.

0

À la différence de la précédente rentrée, le port du masque n’est cette fois pas requis. Cette mesure ne fait toutefois pas l’unanimité au sein des experts. Des tests de dépistage rapide demeurent à disposition des élèves et des enseignants. 665 millions de dollars ont été investis dans l’amélioration des systèmes de ventilation depuis août 2020 pour limiter la transmission de la COVID-19.

Le médecin-hygiéniste en chef de l’Ontario s’est montré confiant lors de sa dernière conférence de presse, après que le pic de la septième ait été franchi, de ne pas voir de nouvelle flambée. Il a cependant mis en garde contre un possible inversement de courbe à l’approche de l’hiver.

225 millions

Les parents devraient recevoir 225 millions de dollars additionnels en paiement direct, afin de les aider à fournir du tutorat à leurs enfants. C’est une des grandes promesses du ministre de l’Éducation, Stephen Lecce, dans son plan pour le rattrapage 2022-2023.

Par ailleurs, la subvention pour l’éducation de l’enfance en difficulté doit augmenter de 93 millions de dollars pour atteindre plus de 3,25 milliards de dollars, cette année. 40 millions de dollars iront directement aux conseils scolaires afin qu’ils développent des programmes destinés aux élèves ayant des besoins particuliers.

3 000

Le gouvernement s’est en outre engagé à embaucher 3 000 personnes supplémentaires dans les écoles, notamment des membres du personnel enseignant, des éducateurs de la petite enfance et des aides-enseignants. Il a dans la foulée annoncé un investissement de 14 milliards de dollars dans la construction d’écoles.

Dans le même temps, les négociations pour renouveler la convention collective des enseignants ont débuté ces derniers jours. Gouvernement, syndicats et conseils scolaires doivent trouver un terrain d’entente pour éviter le scénario de 2018 et la grève généralisée.

16

Fait rare, aucune nouvelle école n’ouvre en cette rentrée. Toutefois, plus d’une quinzaine de projets – validés cette année pour la plupart – devraient voir le jour au cours des deux prochaines années. Ils découlent de deux annonces intervenues en février et mai derniers.

Dans l’Est, l’École élémentaire publique Louise-Arbour, à Ottawa au sein du Conseil des écoles publiques de l’Est de l’Ontario, accueillera 449 élèves de la maternelle à la 6e année. Coût du chantier : 14,5 millions de dollars.

Autre feu vert, toujours dans l’Est : l’École élémentaire et secondaire catholique Notre-Dame, qui dépendra du Conseil scolaire de district catholique du Centre-Est de l’Ontario (CSDCCEO), accueillera 417 élèves de la maternelle à la 12e année, à Kemptville.

L’École secondaire catholique Mer Bleue, à Orléans, doit quant à elle être agrandie, afin de contenir jusqu’à 343 élèves de la 7e à la 12e année à Orléans. Le gouvernement a octroyé 12,1 millions de dollars au Conseil scolaire de district catholique du Centre-Est de l’Ontario (CECCE) pour lancer les travaux.

Dans le Nord, l’École élémentaire publique Thunder Bay sera capable, une fois construite, d’accueillir 257 élèves de la maternelle à la 8e année. Le Conseil scolaire public du Grand Nord de l’Ontario bénéficie d’un financement provincial de 1,1 million de dollars.

Dans le Sud, trois projets ont été retenus par le ministère de l’Éducation, dont deux au profit du Conseil scolaire catholique MonAvenir. L’École élémentaire catholique Brooklin accueillera 354 élèves de la maternelle à la 6e année à North Durham (11,9 M$) et l’École élémentaire catholique Cobourg : 259 élèves de la maternelle à la 8e année, dans le comté de Northumberland (10,1 M$).

Enfin, l’École élémentaire publique Hamilton Ouest (Conseil scolaire Viamonde) accueillera 271 élèves.

Ces projets annoncés en mai dernier s’ajoutent à huit autres déjà validés par le gouvernement. Ils incluent la construction d’écoles élémentaires à Whitby-Ajax (317 places), London (587 places) et Orléans Sud (354 places), ainsi que la rénovation de l’école Ronald à Durham. Quatre agrandissements ont aussi le feu vert du ministère de l’Éducation : ceux des écoles catholiques Saint-Michel à Toronto, Saint-René-Goupil à Guelph, Paul-Desmarais à Stittsville et Saint-Viateur à Limoges.

À signaler également : l’ouverture en 2023 d’une école élémentaire catholique de 250 places, à Arnprior, près d’Ottawa.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !