#Canada, #Francophonie

Langues officielles: les jeunes veulent durcir la Loi

Une consultation sénatoriale à l’Île-du Prince-Édouard. Crédit image: Sénat du Canada

OTTAWA – Interrogée sur la modernisation de la Loi sur les langues officielles (LLO), la jeunesse canadienne de 14 à 25 ans propose plusieurs modifications ambitieuses pour rendre plus efficace le texte législatif qui fêtera ses 50 ans en 2019.

BENJAMIN VACHET
bvachet@tfo.org | @BVachet

Le comité sénatorial des langues officielles a rendu public son premier d’une série de six rapports sur la modernisation de la LLO, le vendredi 16 février, à Winnipeg. Un rapport provisoire qui présente la perspective des jeunes Canadiens de 14 à 25 ans sur la modernisation de la Loi.

Plusieurs de leurs propositions visent à durcir la Loi afin qu’elle soit enfin appliquée. Parmi celles-ci, les jeunes Canadiens consultés militent pour que le commissaire aux langues officielles du Canada ait la possibilité de sanctionner les institutions fédérales quand elles ne s’y conforment pas, en donnant des amendes dans certains cas.

 

Le président de la Fédération de la jeunesse canadienne-française (FJCF), Justin Johnson. Crédit image: Dan Harper

«Ce rapport définit un idéal qui mène à la normalisation des deux langues officielles. Si on veut que la dualité linguistique soit une valeur de la société canadienne, alors il faut des mécanismes pour y arriver. Donc oui, on veut un durcissement de la Loi dans l’optique d’un épanouissement de nos communautés», explique le président de la Fédération de la jeunesse canadienne-française (FJCF), Justin Johnson.

Les jeunes appuient également l’idée que la mise en œuvre de la LLO ne dépende plus de Patrimoine canadien, mais soit transférée à un plus haut niveau, au Bureau du conseil privé ou au conseil exécutif, par exemple.

Autres mesures proposées: une révision de la définition d’un francophone afin de la rendre plus inclusive et d’augmenter les services bilingues de «qualité égale» à travers le pays.

 

Manque d’accès

Déplorant le manque d’accès à l’éducation en français de la petite enfance jusqu’au postsecondaire et aux deux langues et aux deux cultures d’un océan à l’autre du Canada, les jeunes veulent également obliger l’offre de programmes d’apprentissage du français et de l’anglais au primaire et au secondaire dans l’ensemble des provinces et territoires. Ils militent également pour que soient développés des espaces communautaires et culturels qui favorisent la construction identitaire.

«C’est important pour normaliser le fait français au Canada», estime M. Johnson.


«L’importance constitutionnelle de la dualité linguistique doit se refléter sur le terrain.» – Justin Johnson, président FJCF


Car le manque d’accès se fait surtout au détriment du français, si l’on se fie aux statistiques. En 2016, les jeunes francophones de 15 à 19 ans à l’extérieur du Québec étaient bilingues à 91,8 %, contre seulement 12,6 % pour leurs homologues du même âge. Chez les jeunes de 20 à 24 ans, le bilinguisme concerne 93,2 % des francophones et seulement 8,6 % des anglophones. Ces derniers ont même vu leur taux de bilinguisme diminuer de 2011 à 2016, quand il ne cesse de grimper chez les jeunes francophones de 15 à 24 ans.

 

Appel au gouvernement

Le gouvernement fédéral a un rôle chef de file à jouer, estiment les jeunes Canadiens.

«Nos propositions sont réalistes, même si elles demandent du travail. Ce sont des éléments clés et pratiques qui permettront de rendre la Loi sur les langues officielles véritablement importante et actuelle», explique M. Johnson.

Au total, treize organismes ont été consultés et les sénateurs ont parcouru le pays pour entendre les commentaires de la jeunesse canadienne.

Le président du comité sénatorial des langues officielles, René Cormier. Crédit image: Sénat du Canada

«Ils nous ont présenté des mesures très concrètes, mais également les éléments d’une vision d’un Canada bilingue qui pourrait nous aider, ainsi que le gouvernement», commente le sénateur René Cormier, président du comité, à #ONfr. «Il semble assez clair que même si la Loi a eu un impact, après 50 ans, il faut lui donner plus de force et l’adapter aux nouvelles technologies et aux changements démographiques.»

 

Aucune recommandation

Le rapport ne contient toutefois aucune recommandation de la part des sénateurs. Ces derniers prévoient compléter encore cinq autres rapports d’ici 2019 avant de préciser les mesures qui devraient être prises pour moderniser la Loi qui fêtera alors ses 50 ans d’adoption.

Des représentants des communautés de langue officielle en situation minoritaire, des personnes qui ont été témoins de l’évolution de la Loi sur les langues officielles, des membres du secteur de la justice ainsi que des institutions fédérales seront consultées lors de ces prochains exercices.

«Nous avons déjà commencé à interroger les communautés. Il y a encore du travail à faire et même si on ne veut pas arriver trop vite à des conclusions, ce qui est intéressant, c’est qu’il y a une convergence entre ce qu’ils nous disent et ce que nous ont dit les jeunes», remarque M. Cormier.

La dernière modification de la Loi sur les langues officielles date de 2005, mais elle n’a pas subi de changements majeurs depuis 1988.

 


POUR EN SAVOIR PLUS:

Langues officielles: les jeunes font leurs recommandations

La Loi sur les langues officielles révisée en 2019?

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !

Benjamin Vachet
Benjamin Vachet
bvachet@tfo.org @BVachet

Originaire de France, Benjamin Vachet vit au Canada depuis plus de douze ans. Titulaire d'un baccalauréat en Administration économique et sociale et d'une maîtrise de journalisme, il a commencé sa carrière en France, avant de la poursuivre au Canada. Il a travaillé pour les hebdomadaires Le Reflet, puis L’Express Ottawa et pour la radio francophone d’Ottawa, Unique FM. Il a rejoint le Groupe Média TFO en 2014. Passionné de politique ontarienne, fédérale et internationale, Benjamin cumule plus de treize années d’expérience en presse écrite, radio et télévision.