#Ontario

L’appel d’Andrea Horwath aux électeurs libéraux

La chef néo-démocrate, Andrea Horwath. Crédit image: Twitter

[ONVote2018]

À six jours des élections, Andrea Horwath a de nouveau haussé le ton. Pour la chef néo-démocrate, seul son parti est capable de faire barrage à Doug Ford.

DIDIER PILON
dpilon@tfo.org | @DidierPilonONFR

SÉBASTIEN PIERROZ
spierroz@tfo.org | @sebpierroz

En déplacement à Toronto, Andrea Horwath a invité les sympathisants et partisans de Kathleen Wynne à voter pour le Nouveau Parti démocratique (NPD) le 7 juin prochain.

La chef néo-démocrate continue de concentrer ses efforts dans la région de Toronto avec deux événements dans la ville reine ce matin. Mme Howarth a profité de sa première annonce de la journée pour répertorier les scandales qui ont marqué le dernier mandat libéral.

«Le scandale des ambulances aériennes d’Ornge. Le scandale des usines à gaz. Le scandale des pots-de-vin de Sudbury. Et maintenant, le scandale des allégations de trafic d’influence et des menaces proférées à l’endroit d’une mairesse ontarienne, scandale qui remonte jusqu’au bureau de la première ministre.»

Selon le discours de la chef néo-démocrate, le Parti progressiste-conservateur (Parti PC) ne s’en tire pas mieux.

«Quant à Doug Ford et au Parti progressiste-conservateur, il est question d’allégations selon lesquelles les conservateurs auraient volé les données personnelles de dizaines de milliers d’Ontariens, visant à utiliser ces données frauduleusement pour des gains politiques. Ce scandale fait d’ailleurs suite à toute une année de controverses entourant le processus de nomination de plusieurs candidats conservateurs, dans une circonscription après l’autre. Ce scandale fait déjà l’objet d’une enquête policière.»

En après-midi, Mme Horwath s’est rendue à Saint Catharines pour présenter les propositions néo-démocrates en matière de santé mentale, et à Welland pour rencontrer les électeurs. Selon les sondages, les néo-démocrates ont eu avance confortable dans la circonscription de Saint Catharines ainsi que dans la nouvelle circonscription de Niagara-Centre, où se situe Welland.

 

Kathleen Wynne avec Paul Martin

De son côté, Kathleen Wynne était à l’Université de Waterloo ce vendredi. L’occasion pour elle de s’afficher aux côtés de l’ancien premier ministre du Canada, Paul Martin et souligner «qu’aucun gouvernement précédent n’a autant investi que les libéraux dans la nouvelle économie et les étudiants qui la stimuleront».

Kathleen Wynne, et l’ancien premier ministre canadien, Paul Martin. Capture écran Twitter

Les libéraux se sont engagés à former 10 000 étudiants de plus dans les disciplines STIM (sciences, technologie, ingénierie et mathématiques) chaque année. D’après leurs calculs, le nombre de diplômés en STIM passera de 40 000 à 50 000 par année, faisant de l’Ontario «la juridiction qui en comportera le plus par habitant en Amérique du Nord».

«Dans notre économie qui se transforme rapide d’aujourd’hui, ce n’est pas le moment de revenir en arrière. Les libéraux sont déterminés à soutenir l’éducation, l’innovation et les nouvelles technologies afin que l’Ontario puisse continuer à montrer la voie en matière d’emploi et de croissance».

 

Ford fait escale dans le Nord

Le chef du Parti PC, Doug Ford, s’est quant à lui arrêté à Sault-Sainte-Marie, ce vendredi.

Aux côtés du candidat local, Ross Romano, M. Ford a rappelé que tout le monde est «le bienvenu» dans son parti.

Doug Ford en compagnie du candidat Ross Romano. Crédit image: Twitter

M. Ford a assuré que qu’Huron Central Railway restera ouvert grâce au Fonds du patrimoine du Nord de l’Ontario (SGFPNO). La compagnie ferroviaire avait récemment décidé de ne plus desservir le trajet entre Sault-Sainte-Marie et Sudbury d’ici la fin de l’année 2018

Le chef progressiste-conservateur était attendu à Kapsuskasing en soirée.

Quelques heures auparavant, Doug Ford avait reçu le soutien de l’ancien maire de Toronto, Mel Lastman.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !

Sébastien Pierroz
Sébastien Pierroz
spierroz@tfo.org @sebpierroz

Natif d’Annecy dans les Alpes françaises, Sébastien Pierroz obtient une maîtrise d’histoire de l’Université Paris Panthéon-Sorbonne en 2007. Après avoir travaillé pour Le Reflet dans l’Est ontarien, puis L’Express d’Ottawa, Sébastien rejoint l’équipe d’#ONfr au Groupe Média TFO en janvier 2015.