#Francophonie, #Ontario

Le Franco-Ontarien Michel Dupuis s’éteint à 62 ans

Le Franco-Ontarien, Michel Dupuis. Crédit image: Archives TFO

NORTH BAY – L’un des pères du drapeau franco-ontarien, Michel Dupuis, est décédé le jeudi 11 janvier, à l’hôpital de North Bay.

SÉBASTIEN PIERROZ
spierroz@tfo.org | @sebpierroz

BENJAMIN VACHET
bvachet@tfo.org | @BVachet

La communauté franco-ontarienne a perdu, ce jeudi, un de ses plus fiers représentants. C’est le journal Le Voyageur qui a révélé la disparition de M. Dupuis.

Michel Dupuis, alors étudiant en sciences politiques en première année à l’Université Laurentienne, fait partie du groupe qui a créé le drapeau franco-ontarien avec le professeur d’histoire, Gaétan Gervais. Un drapeau déployé officiellement pour la première fois le 25 septembre 1975 à l’Université Laurentienne, à Sudbury, et qui est devenu depuis l’emblème officiel de l’Ontario français.

Michel Dupuis hisse le drapeau franco-ontarien devant l’Université de Sudbury le 25 septembre 1975. Crédit image: Encyclopédie du patrimoine culturel de l’Amérique française

Sur Twitter, les témoignages se sont succédés, dont celui du commissaire aux services en français de l’Ontario, François Boileau.

«Et moi qui croyais que 2017 était derrière nous. J’offre mes plus sincères condoléances à toute la famille, aux proches de Michel Dupuis. Son leg flottera au vent pour des générations. Nous continuerons d’en ressortir une immense fierté.»

 

«Un homme passionné et raisonné»

Vendredi matin, les réactions était aussi nombreuses dans la communauté franco-ontarienne. Joanne Gervais, directrice générale de l’Association canadienne-française du grand Sudbury (ACFO Sudbury), a été l’une des premières à réagir au micro de #ONfr. «Cela me fait énormément de peine (…) Je le connaissais depuis de nombreuses années. Je garde de lui le souvenir de nos discussions sur la communauté franco-ontarienne. C’était un homme passionné et raisonné.»

Le Franco-Ontarien, Michel Dupuis. Crédit image: Archives TFO

Celle qui est aussi la sœur de Gaétan Gervais retient particulièrement un message de M. Dupuis. «Il nous a appris à être fiers, et à ne jamais accepter l’assimilation.»

En 42 ans, le drapeau franco-ontarien a fait son chemin. Point marquant de ces quatre décennies: sa reconnaissance à Queen’s Park en 2001 sous l’impulsion d’un projet de loi de Jean-Marc Lalonde. L’ancien député provincial avoue ne pas avoir connu M. Dupuis autant que M. Gervais. «C’est quand même regrettable (…) J’ai toujours dit que le drapeau franco-ontarien était devenu un outil marketing. S’il est un emblème qui flotte aujourd’hui de partout, c’est grâce à MM. Gervais et Dupuis.»

Discret depuis quelques années, M. Dupuis n’en demeurait pas moins associé à l’histoire franco-ontarienne. «Il m’a inspiré», résume l’animateur culturel Félix St-Denis. «C’était quelqu’un d’engagé et de fier. Ce n’est pas pour rien que la première étoile du Trottoir de la Renommée de North Bay en 2012 lui a été consacrée.»

 

«Un bel exemple pour la jeunesse»

Du côté de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO), l’heure était également à la tristesse. L’organisme porte-parole des francophones a d’ailleurs demandé que les drapeaux soient mis en berne sur les monuments franco-ontariens.

Le président de l’AFO, Carol Jolin. Crédit image: Patrick Imbeau

«Michel Dupuis été un leader qui a laissé sa marque, on sait l’importance de ce drapeau. Ce n’est pas juste qu’il l’a composé, mais aussi que la communauté l’a adopté et s’est rangé derrière ce drapeau», note le président Carol Jolin.

«C’était beau de voir un jeune de 19 ans, en discussion avec son professeur Gaétan Gervais, dire qu’il manque quelque chose (un drapeau) et qu’il va le faire. Ça reste une bel exemple pour la jeunesse.»

Preuve de son engagement dans la communauté franco-ontarienne et de l’importance de sa contribution, Michel Dupuis a donné son nom à une école élémentaire publique qui a accueilli sa première cohorte d’élèves en septembre 2016, à Manotick.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
3+

Benjamin Vachet
Benjamin Vachet
bvachet@tfo.org @BVachet

Originaire de France, Benjamin Vachet vit au Canada depuis plus de dix ans. Titulaire d'un baccalauréat en Administration économique et sociale et d'une maîtrise de journalisme, il a commencé sa carrière en France, avant de la poursuivre au Canada. Il a travaillé pour les hebdomadaires Le Reflet, puis L’Express Ottawa et pour la radio francophone d’Ottawa, Unique FM. Il a rejoint le Groupe Média TFO en 2014. Passionné de politique ontarienne, fédérale et internationale, Benjamin cumule plus de treize années d’expérience en presse écrite, radio et télévision.