#Francophonie, #Ontario

Le monument franco-ontarien inauguré à Queen’s Park

De gauche à droite, le président de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario, Carol Jolin, la lieutenante-gouverneure de l'Ontario, Elizabeth Dowdeswell, la ministre déléguée aux Affaires francophones, Caroline Mulroney et son adjointe parlementaire, Amanda Simard. Crédit image: Benjamin Vachet

TORONTO – Annoncé sous les libéraux de Kathleen Wynne pour souligner le 400e anniversaire de présence française en Ontario en 2014, le monument des Franco-Ontariennes et des Franco-Ontariens a été inauguré par le gouvernement progressiste-conservateur, ce mardi, sur le terrain de Queen’s Park.

BENJAMIN VACHET
bvachet@tfo.org | @BVachet

Ce monument, qui prend la forme d’une place publique dédiée à la communauté francophone, vise à souligner l’apport historique et l’avenir de la communauté francophone de l’Ontario.

«C’est un projet symbolique, historique et porteur d’avenir pour la communauté franco-ontarienne», a souligné la procureure générale et ministre déléguée aux Affaires francophones, Caroline Mulroney.

La procureure générale et ministre déléguée aux Affaires francophones, Caroline Mulroney. Crédit image: Benjamin Vachet

Installé à l’intersection des rues University et College, à l’extrême sud des terrains de l’édifice législatif, il a été baptisé Notre place, en hommage à l’artiste franco-ontarien Paul Demers, disparu en 2016, et à l’hymne franco-ontarien qu’il avait coécrit.

 

Lieu de rencontre

Composé de trois éléments centraux formant un lieu de rencontre, on y retrouve des colonnes en référence à la forêt et à l’industrie forestière déterminantes dans l’établissement des communautés francophones en Ontario, un dallage de granit gris de la province et un banc courbé, symbole de rencontre, qui donne une vue sur l’édifice législatif.

Le léger corridor sinueux qui serpente le site évoque les nombreux voyages qui ont conduit les francophones en territoire ontarien.

«Avoir une telle visibilité à Queen’s Park, tout juste à côté de la rame de métro, c’est extrêmement positif. Ça rend hommage à la contribution des francophones à ce qu’est aujourd’hui l’Ontario», estime le président de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO), Carol Jolin.

Un comité consultatif avait été formé autour de ce projet, estimé à 900 000 $, dont faisait notamment partie M. Jolin et l’historien franco-ontarien, Michel Prévost. La firme d’architecte Brooke McIlroy avait également été retenue pour aider à sa conception.

Il s’agit du dernier monument provincial dévoilé à Queen’s Park après celui consacré aux anciens combattants, achevé en 2006.

 

Des avis positifs, mais…

Dans l’assistance, les avis étaient plutôt positifs sur le monument en lui-même.

«Je trouve qu’il est très beau! Je suis même agréablement surpris qu’il soit aussi joli. On retrouve bien les symboles des Franco-Ontariens, c’est indiqué Notre place ce qui ne laisse pas de doute que c’est un monument francophone», commente Hadrien Volle.

Même son de cloche pour Arianne Matte, venue assister à l’inauguration avec son enfant.

«Je le trouve évocateur. J’aime le côté miroir qui nous reflète. On peut se voir à l’infini! C’est bien songé. Il faut prendre le temps de le comprendre et de l’admirer.»

L’endroit où il est installé enthousiasme Camille Mauran.

«Il est très bien placé et c’est très bien de l’avoir dans un tel environnement symbolique avec beaucoup de passage… Je suis contente qu’on ait choisi une forme moderne pour symboliser les 400 ans de présence francophone en Ontario. Je trouve ça assez réussi!»

Celle-ci reconnaît toutefois qu’il ne sera pas forcément évident pour celles et ceux qui ne sont pas familiers avec la francophonie ontarienne de savoir de quoi il s’agit.


« J’espère que les gens vont avoir la volonté de s’arrêter pour savoir ce que c’est»


Le public non connecté à la francophonie ou au monde politique était d’ailleurs rare pour l’inauguration. Interpellant #ONfr pour en savoir plus sur l’événement en cours, un jeune étudiant confiait ne pas savoir ce que représente le drapeau vert et blanc, pensant qu’il s’agissait d’un symbole du Québec.

«Je crois qu’on doit pousser les gens à venir et ne pas hésiter à en parler, y compris en anglais si on veut que les anglophones s’y intéressent», glisse Mme Mauran.

 


POUR EN SAVOIR PLUS:

Les détails du monument francophone à Queen’s Park dévoilés

Le monument dédié aux Franco-Ontariens à Queen’s Park se précise

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
3+

Benjamin Vachet
Benjamin Vachet
bvachet@tfo.org @BVachet

Originaire de France, Benjamin Vachet vit au Canada depuis plus de douze ans. Titulaire d'un baccalauréat en Administration économique et sociale et d'une maîtrise de journalisme, il a commencé sa carrière en France, avant de la poursuivre au Canada. Il a travaillé pour les hebdomadaires Le Reflet, puis L’Express Ottawa et pour la radio francophone d’Ottawa, Unique FM. Il a rejoint le Groupe Média TFO en 2014. Passionné de politique ontarienne, fédérale et internationale, Benjamin cumule plus de treize années d’expérience en presse écrite, radio et télévision.