#Canada, #Francophonie

Le niveau de français de la secrétaire parlementaire aux langues officielles interroge

La députée néo-brunswickoise de Fundy Roya, Alaina Lockhart (au centre, debout). Source: http://fundyroyal.ca//

OTTAWA – La nomination d’Alaina Lockhart au poste de secrétaire parlementaire de la ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly, fait grincer quelques dents en raison des doutes qui subsistent quant à capacité à s’exprimer en français.

BENJAMIN VACHET
bvachet@tfo.org | @BVachet

Annoncée ce vendredi, la nomination d’Alaina Lockhart, députée anglophone néo-brunswickoise de Fundy Royal, suscite des interrogations. Bien que l’anglais et le français soient indiqués comme langues de préférence sur son profil sur le site internet de la Chambre des communes, le site Web de Mme Lockhart, ainsi que ses médias sociaux, sont uniquement rédigés en anglais et sa capacité à pouvoir s’exprimer en français demeure questionnable.

Un constat gênant pour celle qui sera chargée d’épauler Mme Joly au sein de son nouveau ministère du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie.

«Nous ne connaissons pas Mme Lockhart, mais c’est inquiétant! On ne veut pas quelqu’un qui baragouine le français pour épauler Mme Joly sur les dossiers importants qu’elle doit gérer, comme la modernisation de la Loi sur les langues officielles ou la mise en place du plan d’action. On ne doute pas des compétences de Mme Lockhart, mais ça prend quelqu’un de bilingue pour occuper ce poste et nous sommes déçus», confie le président de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Jean Johnson.

De gauche à droite, Alain Dupuis, directeur général de la FCFA, Jean Johnson, président de la FCFA et Raymond Théberge, commissaire aux langues officielles du Canada. Crédit image: Stéphane Bédard

Ce dernier se dit prêt à travailler avec Mme Lockhart, mais souhaiterait également rencontrer la ministre Joly et le premier ministre Justin Trudeau pour aborder cette question.

«On ne connaît pas précisément son niveau de français, mais cette nomination semble marquer un recul.»

 

Quel niveau réel?

Une source proche du gouvernement assure que le site internet de Mme Lockart sera rapidement traduit et que la députée a déjà suivi des cours de français et fait de l’immersion trois étés de suite. Elle souligne que les nouvelles responsabilités de la députée néo-brunswickoise devraient lui permettre d’utiliser davantage son français, sa circonscription étant très majoritairement anglophone.

Ce vendredi, un premier tweet en français est finalement apparu sur le compte de Mme Lockhart.

Une autre source jointe par #ONfr se montre en revanche plus prudente en indiquant que la députée pourrait se faire accompagner pour l’aider lors de ses rencontres avec les francophones.

#ONfr a tenté d’obtenir une entrevue avec Mme Lockhart pour en savoir plus, sans succès.

Au bureau de la ministre Joly, la directrice des communications, Sandra Aubé, tente de se faire rassurante.

«Comme la ministre l’a déjà indiqué, nos deux langues officielles sont une priorité pour notre gouvernement et c’est pourquoi le gouvernement communique dans les deux langues officielles avec les Canadiennes et les Canadiens. Nous sommes engagés à promouvoir et protéger nos deux langues officielles. Mme Lockhart a indiqué que ses communications liées au portefeuille du Tourisme, des Langues officielles et de La Francophonie se feront dans les deux langues officielles et qu’elle a très hâte de rencontrer les intervenants qui sont impliqués dans le dossier.»

 

Le précédent Casey

Cette nomination n’est pas sans rappeler les craintes qu’avait déjà soulevées la nomination de Sean Casey, en janvier 2017, à titre de secrétaire parlementaire de la ministre Joly lorsqu’elle était encore à Patrimoine canadien et que son ministère gérait le dossier des langues officielles.

Durant son mandat, le successeur de Randy Boissonnault, désormais secrétaire parlementaire du ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, s’est distingué par une très faible utilisation du français dans ses communications, bien que capable de s’exprimer dans la langue de Molière.

Le secrétaire parlementaire de la ministre du Patrimoine canadien, Sean Casey. Crédit image: Benjamin Vachet

Outre le niveau de français de Mme Lockhart, le politologue de l’Université d’Ottawa, Martin Normand, souligne sur les médias sociaux que cette nomination semble une nouvelle fois démontrer que les langues officielles ne sont pas prioritaires pour le gouvernement libéral.

«La secrétaire parlementaire de Mélanie Joly était déjà secrétaire parlementaire de la ministre de la Petite entreprise et du Tourisme avant la redistribution des rôles. Un autre signe que les langues officielles pourraient être reléguées au second plan.»

 


POUR EN SAVOIR PLUS:

Les langues officielles reléguées au second plan

Encore des communications unilingues pour Sean Casey

Randy Boissonnault quitte Patrimoine canadien

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
1+

Benjamin Vachet
Benjamin Vachet
bvachet@tfo.org @BVachet

Originaire de France, Benjamin Vachet vit au Canada depuis plus de douze ans. Titulaire d'un baccalauréat en Administration économique et sociale et d'une maîtrise de journalisme, il a commencé sa carrière en France, avant de la poursuivre au Canada. Il a travaillé pour les hebdomadaires Le Reflet, puis L’Express Ottawa et pour la radio francophone d’Ottawa, Unique FM. Il a rejoint le Groupe Média TFO en 2014. Passionné de politique ontarienne, fédérale et internationale, Benjamin cumule plus de treize années d’expérience en presse écrite, radio et télévision.