#Canada, #Francophonie

Les aînés francophones satisfaits d’avoir une ministre à part entière

La présidente de la Fédération des aînées et aînés francophones du Canada (FAAFC), Elzabeth Allard. Archives #ONfr

OTTAWA – La création d’un ministère des Aînés, annoncée ce mercredi lors du remaniement ministériel du gouvernement fédéral, est accueillie favorablement par les aînés francophones qui espèrent que leurs besoins seront mieux considérés.

BENJAMIN VACHET
bvachet@tfo.org | @BVachet

«Avoir un ministère donne plus de poids à nos dossiers qui ne sont plus relégués au second rang, et puis, on peut espérer que l’argent sera dépensé à la bonne place», explique à #ONfr la présidente de la Fédération des aînées et aînés francophones du Canada (FAAFC), Élizabeth Allard.

La députée ontarienne de Hamilton-Ouest-Ancaster-Dundas, Filomena Tassi, a été nommée, mercredi, comme nouvelle ministre des Aînés. Elle aura la charge «d’aider le gouvernement à mieux comprendre les besoins des aînés et s’assurera de l’élaboration de programmes et de services qui répondent aux besoins de la population vieillissante du Canada». L’objectif: offrir une plus grande sécurité et une meilleure qualité de vie aux aînées et aux futurs retraités du Canada, dit le gouvernement.

La nouvelle ministre fédérale des Aînés, Filomena Tassi, avec le premier ministre Justin Trudeau. Source : http://ftassi.liberal.ca/fr/

«Ça fait longtemps qu’on le demande! C’est bien d’avoir une personne à qui s’adresser», commente la représentante de la FAAFC à Terre-Neuve, Mireille Thomas.

La professeure et directrice fondatrice de l’Institut de recherche LIFE, à la Faculté des sciences de la santé de l’Université d’Ottawa, Linda Garcia juge que l’absence d’un ministère jusqu’ici dans le gouvernement Trudeau témoignait d’un certain âgisme.

«On voit le vieillissement comme une fatalité, on perçoit les aînés comme fragiles… Pourtant, beaucoup d’entre eux peuvent encore contribuer à la société et s’impliquent, notamment dans du bénévolat.»

 

Une population hétérogène

Mme Garcia souligne l’importance d’un tel ministère dans le contexte actuel.

«Il y a déjà eu un ministère des Aînés par le passé et je pense que le gouvernement s’est rendu compte de son importance, car le Canada a aujourd’hui plus de personnes de 65 ans et plus que de personnes de moins de 15 ans. Le vieillissement de la population canadienne est une réalité.»

Selon Mme Garcia, le ministère devra récolter les données scientifiques concernant les aînés afin de mieux les desservir.

«Aujourd’hui, il y a toute sorte d’aînés. Ce n’est pas un groupe homogène. On trouve des personnes qui ont des problèmes de santé et d’autres qui courent des marathons jusqu’à 102 ans! Il y a donc beaucoup de choses à étudier pour répondre à leurs besoins et faire en sorte que les politiques gouvernementales aient un réel impact sur les aînés.»

 

Des besoins en santé, mais pas seulement

Les besoins sont nombreux pour les aînés, insiste Mme Allard, et pas uniquement en santé.

«Il y a des besoins de maisons de retraite, de soins de longue durée, de soins à domicile, bien sûr. Mais tous les aînés ne sont pas forcément en mauvaise santé. Beaucoup sont encore actifs et ont d’autres besoins, comme du logement abordable, par exemple, ou un accès à de l’éducation pour adultes, par exemple.»

Pour les francophones, la situation est d’autant plus particulière du fait de leur statut minoritaire.

«On doit se battre pour avoir nos services en français, surtout dans des régions plus isolées ou dans certaines provinces», souligne la présidente de la FAAFC.

Le gouvernement devra travailler avec les provinces et les territoires, insiste Mme Garcia.

«Il faut que les aînés francophones puissent avoir accès aux services de santé en français, qu’ils aient accès à des services de soutien, qu’on les aide à sortir de l’isolement quand ils sont dans une région plus éloignée.»

 

Une ministre unilingue anglophone

Seule ombre au tableau, et non des moindres, la ministre Tassi ne parle pas le français.

«C’est toujours dommage d’avoir des ministres qui ne parlent pas nos deux langues officielles, mais on va faire comme d’habitude… Je suis un peu déçue, mais ce qui va être important, c’est que la ministre garde en tête qu’on a besoin de services en français. Il va falloir qu’elle s’entoure bien, on surveillera qui sera son secrétaire parlementaire.»


«Il faudra que son équipe la sensibilise aux besoins des aînés francophones. Nous, on va le faire!» – Elizabeth Allard, présidente FAAFC


Pour Mme Thomas, la bonne connaissance des dossiers est prioritaire sur la langue.

«Qu’elle parle le français n’est pas le plus urgent pour moi, personnellement.»

La FAAFC prévoit rencontrer Mme Tassi au plus vite pour lui faire part de ses dossiers prioritaires.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
2+

Benjamin Vachet
Benjamin Vachet
bvachet@tfo.org @BVachet

Originaire de France, Benjamin Vachet vit au Canada depuis plus de douze ans. Titulaire d'un baccalauréat en Administration économique et sociale et d'une maîtrise de journalisme, il a commencé sa carrière en France, avant de la poursuivre au Canada. Il a travaillé pour les hebdomadaires Le Reflet, puis L’Express Ottawa et pour la radio francophone d’Ottawa, Unique FM. Il a rejoint le Groupe Média TFO en 2014. Passionné de politique ontarienne, fédérale et internationale, Benjamin cumule plus de treize années d’expérience en presse écrite, radio et télévision.