#Francophonie, #Ontario

Les deux rentrées scolaires de Denis Labelle

Denis Labelle, président du Conseil scolaire public du Nord-Est de l'Ontario (CSPNE). Crédit image: CSPNE

[LA RENCONTRE D’ONFR] 

STURGEON FALLS – Denis Labelle est un homme occupé. Et pour cause, ce natif de Sturgeon Falls vient de connaître deux rentrées scolaires. La première à titre de président du Conseil scolaire public du Nord-Est de l’Ontario (CSPNE), la seconde comme étudiant en troisième année de baccalauréat en common law en français à l’Université d’Ottawa. Une vie entre Sturgeon Falls et Ottawa avec une mission en toile de mire: rétablir le déséquilibre historique entre les francophones et anglophones.  

SÉBASTIEN PIERROZ
spierroz@tfo.org | @sebpierroz

«Lors de sa création en 1998, vous étiez déjà président du CSPNE. On aimerait savoir comment se passe la journée d’un président de conseil scolaire?

Déjà, je préside les réunions du conseil et les décisions qui sont prises. Mon rôle est de m’assurer qu’il y ait un décorum pendant les réunions, un agenda qui soit préparé, qu’on identifie nos priorités. Notre conseil est très gros, donc il y a des vidéoconférences, mais aussi beaucoup de voyagement. Dans le Nord de l’Ontario, il faut aussi prendre en considération la température quand on veut voyager. À titre de président, je dois parfois rencontrer certains groupes, aller à Toronto. C’est beaucoup de responsabilités.

On suppose que les défis sont nombreux au quotidien. Quels sont-ils?

Nous sommes un des quatre systèmes provinciaux d’éducation de la province, mais ce n’est pas encore parachevé. Même si on est un réseau en pleine croissance, il y a beaucoup de rattrapage. Dans beaucoup de communautés, on aimerait avoir des écoles, mais c’est tout un défi d’avoir l’approbation de la province.

Je crois qu’il y a aussi de la concurrence en ce moment entre les conseils scolaires, et ce n’est pas bien. Cela nuit à la francophonie et à nos communautés. Nous ne faisons pas la promotion d’une religion en particulier, mais nous ne sommes pas un système sans valeur. Nous avons nos valeurs universelles et humaines. Le système public respecte toutes les formes de spiritualité. Selon la constitution, il y a le droit qui autorise les écoles catholiques romaines, et c’est normal. C’est juste que parfois, on voit que le système catholique va avoir deux ou trois écoles élémentaires. Les écoles ne sont pas pleines, tandis que lorsque nous en demandons au ministère, on se fait dire qu’il faut attendre, que l’on doit bâtir un plan.

Est-ce que vous pensez que la fusion des systèmes scolaires serait une solution?

Il faut que les gens se fassent entendre sur le système d’éducation à l’avenir. Si les gens se faisaient entendre, ça changerait un peu. Il y aurait peut-être plus de collaboration à travers la province. L’éducation a toujours constitué pour les francophones de l’Ontario un domaine important de revendication. L’union fait la force. Oublions le système catholique, oublions le système public, créons un système francophone avec des classes offertes au besoin.

Le gouvernement Ford, on le sait, est proche de ses sous. Dans ce contexte, peut-on considérer que votre argument s’impose encore plus comme la solution?

(Silence). C’est probablement un sujet qui va être discuté. Est-ce qu’ils (les membres du gouvernement Ford) vont après vouloir le faire… N’oublions pas qu’il y a toutes sortes d’associations qui supportent ce système, même l’Association des conseils scolaires des écoles publiques de l’Ontario (ACEPO). Pour l’instant, je ne suis pas trop impressionné par Doug Ford, surtout avec le dossier de la clause dérogatoire, mais j’espère qu’il va reconnaître qu’au niveau de l’éducation, nous (les francophones) avons des droits.

Beaucoup de conseils scolaires sont en décroissance dans le Nord au niveau du recrutement des élèves, et le vôtre, c’est l’inverse. Comment on l’explique?

Ce n’est pas juste notre conseil, mais les quatre conseils scolaires publics qui ont des hausses. On prend notre place, mais comme je le dis, nous avons du chemin à faire pour revendiquer nos nouvelles écoles. Nous, en tant que conseil, on fait du marketing. Ce sont aussi des paroles de satisfaction des parents. Au conseil, on (les conseils publics) vient d’introduire le bac international qui va certainement chercher des élèves. Si on met tout le paquet ensemble, c’est la raison qui explique la hausse dans la province.

En parlant de recrutement des élèves, faut-il intégrer toujours plus d’élèves anglophones? On se souvient de la lettre publique de l’ex-conseiller scolaire Basile Dorion, l’an passé, qui remettait en cause cela.

(Nouveau silence). L’éducation en langue française est au service des élèves dont les parents sont titulaires du statut d’ayant-droit, en vertu de l’article 23 de la Charte canadienne des droits et libertés. Si la personne rencontre ces critères-là, les enfants sont acceptés dans le système. Des enfants ont parfois des difficultés avec la langue, mais ils sont acceptés après une évaluation et une rencontre avec les parents. Il y a donc certains critères à rencontrer.

Le président du Conseil scolaire public du Nord-Est de l’Ontario (CSPNE), Denis Labelle. Crédit image: CSPNE

Vous êtes président du CSPNE et donc, étudiant à l’Université d’Ottawa. Comment parvenez-vous à concilier ces deux vies?

Je suis à Ottawa du lundi au jeudi. Je voyage en voiture. C’est quatre heures de route. Et puis c’est très facile, nos conférences au CSPNE sont audios. Je n’ai jamais manqué une rencontre bien que je suis à Ottawa. Je suis un étudiant éternel, passionné par la francophonie. J’ai tout un cheminement déjà. J’ai fait un bachelor en sciences sociales, j’ai fait un MBA, et un doctorat en administration en santé. Je me suis toujours motivé avec la déclaration d’Abraham Lincoln qui disait que « si l’éducation coûte cher, essayez l’ignorance ». Il ne faut pas regarder la vie du balcon, mais s’impliquer aussi.

Comment se passe la relation avec les autres étudiants à l’Université d’Ottawa?

Les gens ont vu, je crois, ma passion pour l’article 23. Je dis aux élèves de s’impliquer dans la communauté, d’afficher leurs couleurs dans leurs futurs commerces et cabinets de manière bilingue, pour être beaucoup plus respectés dans la communauté. Les jeunes me respectent beaucoup, et je m’amuse très bien avec eux.

Qu’entendez-vous par s’impliquer dans la communauté?

Je vais vous donner un exemple. Il y a deux ans, j’ai relevé le défi d’avoir des services ambulanciers 24 heures sur 24 à Nipissing Ouest. On n’avait pas de service de 2 h à 7 h du matin. Les ambulanciers étaient chez eux. J’ai fait une présentation à la municipalité. Maintenant, on l’a. Le prochain défi avec ces ambulances sera d’avoir au moins une personne bilingue.

Parlons maintenant de cette présentation faite à la municipalité de Nipissing Ouest en août dernier, le tout à partir d’un travail de recherche universitaire. Il s’agissait de reconnaître la municipalité, laquelle inclut principalement Sturgeon Falls, comme officiellement bilingue et d’avoir un affichage commercial bilingue.

C’était une recherche dirigée avec Maître François Larocque. Cette recherche s’intitule Le paysage linguistique de la municipalité de Nipissing Ouest. Cette démarche veut la promotion du français. J’ai proposé un arrêté pour réglementer l’affichage bilingue. Ça va être beaucoup plus d’ouvrage que l’officialisation bilingue.

J’ai pris 509 photos dans la municipalité. À ma surprise, tout l’affichage fédéral était bilingue. Au niveau provincial, à l’exception de deux panneaux, tous étaient bilingues, mais quand ça vient le temps de la municipalité et des commerçants, ce n’est pas le cas. Ce qui est affreux, c’est que 90 % de ces commerçants sont francophones. Pour avoir parlé avec les commerçants, ils me disent qu’ils n’y pensent même pas! C’est une génération de laisser-faire! Les municipalités peuvent pourtant contribuer à assurer la survie entre francophones et anglophones.

Panneau d’affichage dans la municipalité de Nipissing Ouest. Archives #ONfr

Quelle méthode préconisez-vous pour parvenir à l’affichage commercial bilingue?

Il faut y aller en douceur. Je dis aux conseillers municipaux de ne pas demander aux commerçants de changer demain l’affichage, car ça ne marchera pas. Quand la personne changera son panneau, c’est là qu’elle devra s’assurer qu’il soit conforme aux deux langues. J’encourage même une troisième langue, si c’est un restaurant chinois ou autochtone. On l’a vu à Russell avec Galganov et un monsieur [Jean-Serge Brisson] qui avaient poursuivi la municipalité, le jugement a été comme tel, c’est-à-dire que la municipalité peut réglementer. J’ai bon espoir. Le soir de la présentation, quatre conseillers se sont prononcés en faveur du projet.

En 1971, on se souvient de la crise linguistique de Sturgeon Falls qui avait mené à la création d’une école francophone. Plus de 45 ans après, les francophones représentent toujours 60 % de la population mais l’affichage reste très unilingue. Comment on l’explique?

J’ai vécu la crise de 1971 et 1972. Une erreur a alors été faite. En ce temps-là, on aurait dû revendiquer pour l’affichage commercial bilingue, car on était 80 %. Avec l’amalgamation qui a donné Nipissing Ouest en 1998, on a perdu un peu d’influence. (Ému) Comme francophone, on accepte souvent la situation. Je pense qu’il est temps de prendre notre place et de demander le service comme tel.

Comment arrivez-vous donc à garder la flamme francophone dans ces conditions?

La recette gagnante, c’est la passion et l’engagement. Je m’interroge sur comment on arrive à motiver les jeunes. Notre génération a un devoir. Je me dis que si je peux allumer trois ou quatre personnes de plus pour revendiquer nos droits, notre fierté, notre culture, c’est toute une beauté!»

 


LES DATES-CLÉS DE DENIS LABELLE:

1954: Naissance à Sturgeon Falls

1980: Part vivre à North Bay. Fonctionnaire pour le Ministère des Services sociaux et communautaires, et de la Santé. Retour à Sturgeon Falls en 1990.

1998: Élu président du Conseil scolaire public du Nord-Est de l’Ontario, poste qu’il occupe toujours aujourd’hui (n’a pas été élu de 2006 à 2010)

2012: Doctorat en administration en santé à l’Université de Phoenix  

2016: Commence un baccalauréat en common law à l’Université d’Ottawa

 

Chaque fin de semaine, #ONfr rencontre un acteur des enjeux francophones ou politiques en Ontario et au Canada.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
1+

Sébastien Pierroz
Sébastien Pierroz
spierroz@tfo.org @sebpierroz

Natif d’Annecy dans les Alpes françaises, Sébastien Pierroz obtient une maîtrise d’histoire de l’Université Paris Panthéon-Sorbonne en 2007. Après avoir travaillé pour Le Reflet dans l’Est ontarien, puis L’Express d’Ottawa, Sébastien rejoint l’équipe d’#ONfr au Groupe Média TFO en janvier 2015.