#Francophonie, #Ontario

Les francophones de London veulent passer la vitesse supérieure

Le Centre communautaire régional de London. Crédit image: Jean-François Morissette

LONDON – Depuis quelques mois, les organismes francophones du Sud-Ouest de l’Ontario ont uni leurs forces afin de remplacer la défunte Association canadienne-française de l’Ontario de London-Sarnia (ACFO de London-Sarnia). Désormais, les projets ne cessent de se multiplier. En témoigne l’ouverture prochaine d’un Carrefour communautaire de santé en français. 

JEAN-FRANÇOIS MORISSETTE
jmorissette@tfo.org | @JFMorissette72

En juin dernier, après des mois d’incertitude, l’ACFO de London-Sarnia a finalement annoncé sa fermeture. L’organisme a été obligé de mettre fin à ses activités après avoir contracté une dette de près de 300 000 $ auprès de Revenu Canada.

Si certains craignaient la perte de services avec cette disparition, d’autres y ont vu une opportunité.

Ainsi, une dizaine d’organismes francophones locaux, comme le Collège Boréal et le Centre communautaire régional de London, ont repris la plupart des services abandonnés par l’ACFO de London-Sarnia. Pour arriver à ce résultat, il a fallu que les organismes s’entendent entre eux, explique Jean-Pierre Cantin, directeur général du Centre communautaire régional de London.

Réunis autour d’une seule et même table, appelée la «Table Franco-Info», les organismes ont pu se «distribuer» les tâches pour pallier l’absence de service.

Jean-Pierre Cantin estime qu’en mettant fin aux différences, les organismes ont pu faire avancer les dossiers plus rapidement.

«On est vraiment dans un esprit de collaboration, quand on a un problème, on peut en parler immédiatement et le régler», lance-t-il en entrevue avec #ONfr.

Jean-Pierre Cantin ne veut pas jeter la pierre sur qui que ce soit, mais note simplement l’esprit de collaboration entre les acteurs locaux.

«On ne veut plus se mettre en compétition pour obtenir des subventions. On travaille encore plus en collaboration», dit le directeur général.

Jean-Pierre Cantin, directeur général du Centre communautaire régional de London. Crédit image: Jean-François Morissette

Le carrefour de santé francophone ouvrira ses portes

Fruit de cette collaboration, un nouveau Carrefour communautaire régional des services sociaux et des services de santé en français ouvrira ses portes dès le 4 juin prochain.

Afin de réaliser le projet, le Centre communautaire régional de London ainsi qu’une dizaine d’organismes dont le Réseau local d’intégration des services de santé du Sud-ouest (RLISS) et le Service de toxicomanies de Thames Valley, ont uni leurs forces pour offrir des services dans la langue de Molière.

Jean-Pierre Cantin se réjouit de voir que le projet a été mis de l’avant par la communauté et non par le gouvernement.

M. Cantin insiste que les coûts seront minimes, puisque chaque organisme fournira un service à même son budget existant. Le Centre communautaire régional de London agira comme facilitateur et offrira un toit au nouveau carrefour.

Selon lui, le nouveau carrefour permettra de pallier, du moins en partie, l’absence de ressources en français dans le domaine de la santé dans la région.

Pour Donna Ladouceur, co-présidente intérimaire et vice-présidente des soins à domicile et communautaires pour le RLISS du Sud-Ouest, la création de ce nouveau carrefour est un pas dans la bonne direction.

«Une partie essentielle du travail du RLISS est d’assurer une coordination du système et des partenariats de façon à offrir des soins de santé homogènes et harmonieux aux patients et à leurs familles. Nous sommes très heureux de faire partie de ce partenariat qui vise à améliorer l’appui aux clients francophones et nous sommes impatients de poursuivre de futurs partenariats au fil de l’évolution de ce projet», a-t-elle déclaré par voie de communiqué.

Le Centre communautaire régional de London. Crédit image: Jean-François Morissette

 

Connecter les francophones

Jean-Pierre Cantin note que même si les francophones sont nombreux dans la région, les quelque 8 000 personnes s’exprimant dans la langue de Molière ne se connaissent pas vraiment. Au cours des prochaines semaines, M. Cantin s’est donné comme défi d’aller à leur rencontre.

«On rencontre souvent des francophones présents depuis 12 ans dans la région qui ne connaissaient pas le centre communautaire», déplore-t-il.

Jean-Pierre Cantin souhaite acquérir une voiture de service afin d’aller aux nombreux événements publics de la région pour faire connaître son organisme et les projets qui y sont faits.

«Les publicités dans les journaux, ça ne fonctionne plus autant qu’avant. Il faut connecter directement avec les citoyens», insiste-t-il.

Sans se donner d’échéancier, M. Cantin note que le projet ira de l’avant au cours des prochains mois.

 

 


POUR EN SAVOIR PLUS:

London-Centre-Nord: une circonscription de contrastes

«Je n’ai rien fait de mauvais», assure le DG de l’ACFO de London-Sarnia

L’ACFO de London-Sarnia annonce sa fermeture

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !

Jean-François Morissette
Jean-François Morissette
jmorissette@tfo.org @jfmorissette72

Jean-François Morissette est un diplômé des programmes de sciences politiques et de journalisme de l’Université Laval, à Québec. Il a évolué au sein de plusieurs médias, dont le journal provincial L’Étoile, qui couvre les dossiers de la communauté francophone du Nouveau-Brunswick. Il a aussi collaboré avec Le Journal de Québec et la Quête. Il couvre le parlement ontarien pour #ONfr.