Passer au contenu Passer au pied de page

Les quatre temps forts de la couverture électorale en français

Temps de lecture : 3 minutes

TORONTO – À 20 jours du scrutin provincial, les déplacements des chefs s’enchaînent à haute fréquence, les annonces politiques se multiplient et les enjeux s’entrechoquent. Pour ne rien rater de la campagne, outre sa couverture web quotidienne, sa veille Twitter et ses formats Instagram, ONFR+ propose au public quatre temps forts de l’information en français : trois débats et une soirée électorale à suivre en direct.

Le premier grand rendez-vous aura lieu ce mardi, dès 20 heures, à Toronto. Au lendemain du débat des chefs (en anglais) sur TVO, les représentants francophones de chaque parti confronteront leurs idées dans les mêmes studios du quartier Midtown. Ce sera le grand débat en français.

La députée sortante de York-Simcoe Caroline Mulroney, la députée sortante de Glengarry-Prescott-Russell Amanda Simard, la députée sortante de Nickel Belt France Gélinas et la candidate de Spadina-Fort York Cara Des Granges confronteront leurs idées au cours d’un débat d’une heure retransmis sur les ondes de Radio-Canada, TFO et CPAC, ainsi que des radios communautaires CINN FM à Hearst et CKGN à Kapuskasing.

Cara Des Granges (Parti vert), Caroline Mulroney (Parti progressiste-conservateur), Amanda Simard (Parti libéral) et France Gélinas (Nouveau Parti démocratique). Montage ONFR+

Elles représentent respectivement le Parti progressiste-conservateur, le Parti libéral, le Nouveau Parti démocratique et le Parti vert. C’est la première fois dans l’histoire (anglophone et francophone) de l’Ontario qu’un tel débat provincial rassemble quatre femmes.

Elles répondront aux questions des journalistes Gabrielle Sabourin (Radio-Canada) et Rudy Chabannes (TFO) autour de trois thèmes : le coût de la vie, vivre en français et les leçons de la pandémie.

Deux débats régionaux : dans l’Est et le Nord

Deux autres débats auront lieu par la suite en région, dans les deux circonscriptions ontariennes à majorité francophone. D’abord au Centre Camille-Piché d’Embrun, dans l’Est, ce jeudi 19 mai, où la joute opposera trois candidats de Glengarry-Prescott-Russell. Ensuite au Centre régional de Loisirs culturels de Kapuskasing, dans le Nord, le jeudi 26 mai, où trois autres candidats de Mushkegowuk-Baie James débattront. Ils seront diffusés en direct dès 19h sur la page Facebook d’ONFR+.

Les députés sortants de ces deux circonscriptions, la libérale Amanda Simard et le néo-démocrate Guy Bourgouin, tous deux porte-parole aux affaires francophones de leur parti et candidats à leur succession, ont d’ores et déjà accepté de participer à cet exercice démocratique. Les candidats progressistes-conservateurs Stéphane Sarrazin et Éric Côté n’ont en revanche pas encore confirmé leur participation à l’heure où nous écrivons ces lignes.

Aux dernières élections, en 2018, le précédent débat à Embrun s’était déroulé entre seulement deux candidats, laissant vide la chaise réservée au Parti progressiste-conservateur. Cette absence avait soulevé beaucoup d’interrogations parmi les électeurs.

Une soirée avec analyses, duplex et résultats

Le point culminant de cette campagne sera la soirée électorale, diffusée le 2 juin à partir de 20h30 sur les ondes de TFO et sur la page Facebook d’ONFR+. À la barre de l’émission, Rudy Chabannes et Andréanne Baribeau coanimeront une émission de près de 2h30 ponctuée d’analyses, de duplex et de résultats en temps réel.

La politologue Stéphanie Chouinard, professeure adjointe de science politique au Collège militaire royal (Kingston), apportera son expertise pour décortiquer les résultats, esquisser les différents scénarios possibles et analyser les différentes courses, avec une emphase sur les circonscriptions francophones, de même que celles où les chefs et ministres sortants remettent en jeu leur fauteuil de député.

En 2018, grâce à son bureau des décisions, la chaîne publique francophone avait été la première en Ontario à déterminer que le gouvernement serait progressiste-conservateur et majoritaire.

Le diffuseur public franco-ontarien renoue avec son dispositif composé d’un bureau de décision et d’une animation des résultats en réalité augmentée grâce à son laboratoire d’univers virtuels (LUV) en trois dimensions. Il réserve également quelques nouveautés avec une incursion dans l’univers des médias sociaux, l’ajout de cartes interactives et le recours plus poussé aux reporters sur le terrain, répartis à travers la province dans les quartiers généraux des chefs et les circonscriptions francophones clés.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !