Passer au contenu Passer au pied de page

Les résidences pour aînés, nouveau foyer principal de la maladie en Ontario

Temps de lecture : 3 minutes

TORONTO – Pour la première fois depuis le début de la pandémie, la majorité des nouveaux cas de coronavirus proviennent des résidences pour aînés de la province. Face à cette nouvelle menace et ses conséquences possibles, le gouvernement Ford a augmenté les ressources disponibles pour faire face au sommet de cas à venir.

▶️ 514 nouveaux cas positifs en Ontario
▶️ 8 961 cas au total (29 826 au Canada)
▶️ 423 décès (1048 au Canada), 4 194 guérisons
▶️ 807 hospitalisations, dont 248 personnes en soins intensifs

« Depuis la fin de semaine, on a vu de plus en plus de cas dans les centres de soins de longue durée. On a commencé à tester davantage à ces endroits aussi », a soutenu le Dr David Williams, médecin-hygiéniste en chef de l’Ontario.

Sur les 514 nouveaux cas en Ontario, 271 concernent des aînés dans des résidences, a-t-il révélé. « Pour la première fois, les cas dans des centres de soins de longue durée sont plus nombreux que ceux issus de la transmission communautaire », a-t-il révélé. Il y a seulement eu 243 cas communautaires décelés au cours des dernières 24 heures, note-t-il.

À noter que sur les 38 nouveaux décès en Ontario, 29 sont survenus dans des centres de soins de longue durée.

Dr David Williams, médecin-hygiéniste en chef de l’Ontario. Crédit image : Queen’s Park

Le chef de la santé publique évoque l’importance de s’assurer que les employés ne contaminent pas les aînés des maisons de retraite. Il faut considérer faire appel à d’autres travailleurs de la santé, à des bénévoles ou même des étudiants pour assurer une relève, a-t-il soutenu.

Quelques heures plus tôt, la ministre de la santé, Christine Elliott, confirmait les conséquences du virus sur les aînés ontariens. « Ce virus se répand à travers le monde de manière vicieuse. Les maisons pour aînés sont maintenant en première ligne », a-t-elle confirmé.

La veille, la province a annoncé que les employés des résidences ne pourraient plus travailler dans différents centres, afin d’éviter une transmission de la maladie. Mais la mesure n’entre pas en vigueur tout de suite « afin de laisser aux employeurs le temps de se réorganiser et de permettre aux employés de choisir dans quel centre ils veulent rester », a indiqué la province.

L’Ontario fait davantage en vue du « pic » à venir

Le pire est encore à venir en Ontario. Face à l’augmentation du nombre de cas et d’hospitalisation prévus, le gouvernement Ford fait le nécessaire pour que les hôpitaux puissent répondre à la demande.

L’Ontario a augmenté sa capacité hospitalière en ajoutant 1 035 lits de soins de courte durée et 1 492 lits de soins intensifs, a annoncé la ministre de la Santé, Christine Elliott, jeudi. La province compte maintenant 20 000 lits, dont 3 500 pour les soins intensifs.

Le personnel de la santé est mobilisé pour faire face à la pandémie en sol ontarien. Crédit image : Sunnybrook Health Sciences Centre

« Nous sommes mieux en mesure d’affecter les ressources aux secteurs qui ont des besoins critiques et de réagir efficacement à toute augmentation potentielle du nombre de cas », a pour sa part soutenu le premier ministre, Doug Ford, en point de presse.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
1+