Passer au contenu Passer au pied de page

Les services en français partiellement désignés à l’Université Saint-Paul

Temps de lecture : 3 minutes

OTTAWA – Après plusieurs années de travail, l’Université Saint-Paul a obtenu une désignation partielle de certains programmes et de ses services en vertu de la Loi sur les services en français. Une façon de pérenniser l’offre de cours et la livraison de services en français au sein de l’institution ottavienne.

L’Université Saint-Paul rejoint ainsi l’Université d’Ottawa, à laquelle elle est fédérée depuis 1965, qui avait elle aussi obtenu une désignation partielle, en 2015, l’obligeant à offrir des services et des cours en français pour une grande partie de ses programmes de premier cycle.

Voilà plusieurs années que l’Université Saint-Paul visait une désignation. En janvier dernier, la rectrice Chantal Beauvais se montrait confiante, en entrevue avec ONFR+. Et finalement, la concrétisation du projet est intervenue deux mois plus tard, en mars.

« Ça a pris du temps, car il y avait des enjeux juridiques au départ, du fait qu’on soit fédéré à l’Université d’Ottawa. Il n’était pas clair qu’on pouvait faire cette demande », explique Mme Beauvais.

Mais après quatre ans de travail, le dossier a finalement été bouclé.

« On attendait pour l’officialiser une éventuelle visite de la ministre de la Formation et des Collèges et Universités de l’époque Merrilee Fullerton [remplacée depuis par Ross Romano]. Finalement, ça ne s’est pas fait et le temps a passé », explique-t-elle lorsqu’interrogée sur la discrétion de cette désignation.

« Mais nous en sommes très fiers ! », ajoute Mme Beauvais. « Cela nous donne un outil de plus dans nos prises de décisions et nous permet d’être reconnus comme un joueur de la francophonie ontarienne. Beaucoup de gens ne connaissent pas encore Saint-Paul ! »

Consolider le fait français

Même si la rectrice indique avoir 98 % d’employés et un corps professoral très largement bilingue, cette désignation n’est que partielle du fait que certains programmes, comme le droit canonique, sont uniquement disponibles en anglais.

« On essaie toujours de lancer nos nouveaux programmes dans les deux langues officielles. Mais cette désignation partielle nous donne une certaine flexibilité, notamment si des programmes ne deviennent plus rentables ou n’ont plus d’inscriptions. »

Au quotidien, elle convient toutefois que cette désignation ne changera pas grand-chose.

« Le fait français fait déjà partie de nos valeurs. C’est quelque chose que nous voulons préserver et que nous prenons déjà en considération dans notre budget et dans nos décisions. Nous sommes très attachés à la communauté franco-ontarienne et on veut s’assurer d’avoir le maximum de programmes en français et que l’Université soit un carrefour pour la communauté. »

La rectrice de l’Université Saint-Paul, Chantal Beauvais. Crédit image : Université Saint-Paul

En 2018, l’Université Saint-Paul a d’ailleurs inauguré l’atelier d’innovation sociale Mauril Bélanger, un espace de travail partagé où les organismes francophones et anglophones peuvent venir pour démarrer leur projet ou pour prendre des conseils auprès des élèves et des professeurs de l’École d’innovation sociale Élisabeth Bruyère.

La rectrice rappelle également que plusieurs organismes francophones, dont l’Association des collèges et universités de la francophonie canadienne (ACUFC), la Société Santé en français (SSF) et le Conseil de la coopération de l’Ontario (CCO), sont hébergés à Saint-Paul.

Quatre désignations en 2019

L’Université Saint-Paul n’est pas la seule institution qui a obtenu sa désignation en vertu de la Loi sur les services en français en 2019. L’Association canadienne de santé mentale de Nipissing, le Centre de santé communautaire Chigamik et le Réseau du mieux-être francophone du Nord de l’Ontario s’ajoutent également à la liste.

Saluant la désignation de l’Université Saint-Paul, le président de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO), Carol Jolin veut voir plus loin.

« On applaudit tout geste qui contribue à élargir l’espace francophone dans la province et on encourage les autres institutions à suivre l’exemple de l’Université Saint-Paul. Mais on sait aussi qu’à l’heure actuelle, le processus est vraiment long et ardu, ce qui peut décourager. Il faut le réviser et le simplifier, notamment pour les désignations partielles. Ça prend de deux à trois ans, et même pour une désignation partielle, on demande presque autant de critères que pour une désignation totale. Il faut revoir ça ! »

Le ministère des Affaires francophones indique avoir présentement une initiative en cours « qui vise à simplifier le processus de désignation des organismes gouvernementaux pour traiter les demandes complètes de désignation dans un délai de moins d’un an ».

À l’heure actuelle, le ministère précise que le délai pour obtenir une désignation est variable et surtout plus long lorsqu’il s’agit d’une région. La dernière désignation d’une région, celle de Markham, date de 2015. Elle est entrée en fonction en 2018.

Mulroney attendue sur la question

Le président de l’organisme porte-parole des Franco-Ontariens attend beaucoup de la promesse de la ministre des Affaires francophones, Caroline Mulroney, de s’attaquer à cette question, alors que le précédent gouvernement libéral avait ouvert la porte à une révision.

« Actuellement, il faut vraiment être déterminé pour entamer le processus de désignation. Peut-être qu’en le simplifiant, on encouragerait plus d’organismes à demander une désignation partielle, qui pourrait ensuite leur permettre d’aller plus loin et de demander une désignation totale. Il faut valoriser et encourager les désignations ! »

POUR EN SAVOIR PLUS:

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
2+