Passer au contenu Passer au pied de page

Lionel Labeau cultive son art partout où il passe

Temps de lecture : 4 minutes

[DÉCOUVRIR LES ARTISTES DE L’ONTARIO FRANÇAIS]

De Paris à la Martinique en passant par l’Inde et l’Amérique du Sud, c’est depuis son studio de Niagara Falls, que ce jeune artiste-peintre trentenaire peint des visages. Mais pas n’importe lesquels : il peint des visages qui lui ressemblent et qui l’inspirent. Ceux des grands hommes qui ont marqué l’histoire, ancienne et récente. Il nous invite à découvrir son univers pictural


QUI EST LIONEL LABEAU ?

« Si je devais me définir en un mot, je dirais « libre » car je ne me sens libre que quand je crée.

Depuis toujours, c’est l’art qui me fait avancer dans la vie. C’est comme ça que j’apprends à me dépasser.

En fait, la ville de Niagara Falls m’a choisi et me sourit, car depuis que je me suis installé ici, j’ai pu donner libre cours à ma créativité.  J’ai peint des portraits que je ne soupçonnais même pas que je pouvais faire. Je crois que j’ai trouvé ma voie d’artiste dans cette ville.

DÉCRIVEZ-MOI VOTRE ART ?

Je suis un peintre entre autres, et ma particularité c’est que je peins à partir de photos. J’ai beaucoup peint en live devant un public. J’aime cette adrénaline, parce que quand on peint des portraits réalistes avec le sujet en face de soi et des gens qui regardent on n’a pas le droit à l’erreur. Cette expérience m’a beaucoup appris. Tout se passe au niveau du regard. C’est comme ça que je reproduis les émotions.

Peinture « When they see us » de Lionel Labeau. Crédit image : Lionel Labeau.

VOS DÉBUTS EN TANT QU’ARTISTE-PEINTRE ?

J’ai commencé quand j’étais ado. Je dessinais des reproductions de mangas, comme Dragon Ball Z, et aussi ce que je voyais sur des photos. Petit à petit je me suis lancé dans le portrait. 

Le premier portrait que j’ai peint c’était celui d’Aimé Césaire (écrivain et homme politique martiniquais), emblème de la Martinique. Fun fact : il était le parrain de ma mère mais je ne l’ai pas connu.  D’ailleurs, en Martinique, l’aéroport porte son nom,  ainsi que des écoles, des bâtiments administratifs et des rues.  

Après avoir peint ce grand monsieur, j’ai voulu rendre hommage à des personnalités de la diaspora noire, mais de leur vivant. Une manière de faire connaître nos héros, ceux qui travaillent dans l’ombre ou qui essayent de changer les choses pour un monde meilleur. 

Oeuvre « Aimé Césaire » de l’artiste-peintre Lionel Labeau. Crédit image : Lionel Labeau.

QUELLES SONT VOS INSPIRATIONS ?

J’ai appris à aiguiser mon regard de peintre en Martinique où j’ai passé mon adolescence. Ce contact avec la nature m’a permis de développer une palette de couleurs avec plus de texture, de volume, de profondeur et de travailler avec les différentes teintes et les couleurs de peau. Mes origines caribéennes m’inspirent, c’est clair.

Oeuvre de l’artiste-peintre Lionel Labeau. Crédit image : Lionel Labeau.

Lorsque Barack Obama a été élu président des États-Unis, c’était un moment historique, comme s’il était devenu le président de tous les noirs du monde entier, et ça m’avait touché donc j’ai peint son portrait, à partir d’une photo de lui sur un t-shirt que j’avais customisé. 

Et puis, il y a Denis Mukwege, un gynécologue congolais qui a soigné des milliers de femmes victimes de violences sexuelles durant la seconde guerre du Congo entre 1998 et 2003. En 2018, le prix Nobel de la paix lui a été décerné, conjointement à l’activiste Nadia Murad.

Lors d’une exposition d’art à Toronto en 2019 dans le cadre du mois de l’Histoire des Noirs, quelle ne fut pas ma surprise de rencontrer sa petite-fille ! Après un échange fort en émotions, elle m’a remercié de ce clin d’oeil à son grand-père que j’avais immortalisé en peinture.   

QUEL EST VOTRE PLUS GRAND SUCCÈS ?

Moi, avec mon art, je veux montrer des gens noirs qui sont dans l’action, qui font des choses. Je cherche à capturer l’intellect, le savoir, et puis l’innocence aussi. Raison pour laquelle j’ai peint les acteurs de la série Netflix When They See Us de la grande réalisatrice afro-américaine Ava Duvernay. 

La série pointe du doigt l’injustice à l’encontre de cinq jeunes afro-américains de moins de 18 ans qui, en 1968 ont été emprisonnés pour un crime qu’ils n’avaient pas commis. Ces jeunes hommes à l’époque ont fini par être acquittés après avoir purgé plus de 20 ans de prison.

J’ai eu l’occasion de parler aux acteurs, et j’ai trouvé fascinant d’entendre leurs perspectives, non seulement en tant qu’acteur mais aussi en tant qu’hommes noirs, vivant dans le climat actuel des États-Unis.

Même si la culture américaine n’est pas ma culture, c’est un fait que les Noirs ont cela en commun. Ils sont victimes de racisme partout, quel que soit l’endroit où ils sont. »

L’artiste-peintre Lionel Labeau. Crédit image : Lionel Labeau.

Suivez l’artiste-peintre Lionel Labeau sur Instagram.

Chaque dimanche, ONFR+ vous propose sa série culturelle, MOSAÏQUE. Une invitation à découvrir le visage pluriel de l’Ontario français et à célébrer la richesse de la diversité artistique francophone de la province, à travers sept portraits d’artistes éclectiques.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
+9