Passer au contenu Passer au pied de page

L’Ontario débloque 17 milliards contre la COVID-19

Temps de lecture : 4 minutes

TORONTO – Le gouvernement progressiste-conservateur de Doug Ford a dévoilé, ce mercredi, un énoncé économique fortement marqué par la pandémie de coronavirus. L’Ontario prévoit un plan de 17 milliards de dollars pour lutter contre la COVID-19 et ses conséquences économiques.

La mise à jour économique et financière de mars 2020 du ministre des Finances, Rod Phillips, était surtout attendue pour connaître le plan du gouvernement face à la pandémie de COVID-19 qui touche désormais 688 personnes, selon les chiffres publiés ce matin, dont 13 personnes sont décédées et huit sont guéries.

Dans son Plan d’action de l’Ontario contre la COVID-19, le gouvernement de Doug Ford prévoit une enveloppe de sept milliards de dollars, dont 3,3 milliards de dollars seront consacrés à des ressources supplémentaires aux soins de santé et 3,7 milliards de dollars viseront une aide aux particuliers et aux entreprises (voir ci-dessous). Les 10 milliards de dollars restants serviront en reports d’impôts.

Collaboration avec Ottawa

Une partie des investissements annoncés aujourd’hui avait déjà été dévoilée, il y a une semaine, notamment pour augmenter la capacité des hôpitaux, les tests de dépistage et les équipements de protection individuelle pour les employés de première ligne, ainsi que pour aider les foyers de soins de longue durée.

Ce mercredi, le gouvernement annonce donc encore davantage et assure également continuer à travailler avec le gouvernement fédéral pour une action concertée. Ottawa a vu, aujourd’hui, son plan d’urgence adopté qui comprend plusieurs mesures d’aide pour les particuliers et les entreprises.

« L’heure n’est pas à la partisannerie », a lancé le ministre des Finances, Rod Philipps, en chambre.

Le ministre des Finances, Rod Phillips. Archives ONFR+

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) d’Andrea Horwath estime toutefois que son plan manque d’investissements directs pour aider les particuliers. Du côté des libéraux ontariens, si on appuie les propositions du gouvernement, le député d’Ottawa-Sud, John Fraser, juge qu’il y a « plus à faire pour les entreprises et les particuliers ».

Des propositions sans doute insuffisantes

Un avis que partagent les acteurs économiques francophones, dont le Regroupement des gens d’affaires de la capitale nationale (RGA).

« Que ce soit la province ou le fédéral, ils font ce qu’ils peuvent, mais les entreprises ne vont pas survivre avec ce qu’ils annoncent. Différer les paiements de taxes ne règlera pas le problème, car l’argent de rentre pas ! », explique la directrice générale, Lise Sarazin.

Le directeur général du Conseil de coopération de l’Ontario (CCO), Julien Geremie, espérait davantage dans cette Mise à jour économique.

« On attendait quelque chose de plus étoffé, notamment sur la stratégie du gouvernement pour relancer l’économie de la province une fois la crise passée. Il y a de bonnes mesures prises par le gouvernement pour pallier à la crise de la COVID-19, mais on espère qu’un budget sera déposé plus tôt que tard pour avoir des réponses à nos questions », dit-il.

La province indique qu’elle dévoilera un budget plus complet d’ici au 15 novembre prochain.

M. Geremie juge toutefois positives la mise en place d’un nouveau crédit d’impôt pour l’investissement dans le développement régional et la réduction d’impôt de 355 millions de dollars pour quelque 57 000, via l’augmentation temporaire de l’exonération au titre de l’impôt-santé des employeurs.

Du côté de la Société économique de l’Ontario (SÉO), le président Denis Laframboise prône la patience.

« C’est un départ et on est favorable à ce qui a été annoncé, notamment pour les entrepreneurs qui en ont bien besoin. Est-ce que ce sera suffisant ? Sans doute pas, mais il faut attendre de voir où la situation va aller et je suis persuadé qu’il y aura des ajustements si nécessaire. »

L’économiste en chef du Conference Board du Canada, Pedro Antunes. Source : Facebook Conference Board du Canada

L’économiste en chef du Conference Board du Canada, Pedro Antunes, reconnaît que l’incertitude entourant la pandémie rend très difficiles les projections économiques des gouvernements.

« Avec les mesures fédérales, ce qu’annonce l’Ontario peut, peut-être, suffire, mais si ça dure, il y aura peut-être besoin de plus. Il pourrait y avoir plus d’efforts ciblés et de subventions pour que les entreprises gardent leurs employés », a-t-il suggéré en entrevue avec ONFR+.

Un déficit anticipé de 20,5 milliards

La stratégie de l’Ontario va creuser encore davantage le déficit de la province. Évalué à 9,2 milliards de dollars pour 2019-2020, il atteindra 20,5 milliards de dollars en 2020-2021, selon le gouvernement qui anticipe une baisse de ses revenus de 0,5 milliard de dollars à cause de la pandémie.

« Ma priorité numéro un, en ce moment, est de faire en sorte que les professionnels de la santé de première ligne aient les ressources dont ils ont besoin pour combattre l’éclosion de la COVID-19. (…) Ces ressources supplémentaires permettront d’améliorer la capacité des hôpitaux, de protéger nos proches en établissement de soins de longue durée et d’appuyer le travail que font les hauts responsables de notre système de santé publique pour aplanir la courbe et ralentir la contagion », a expliqué le ministre des Finances, Rod Phillips.

PLAN D’ACTION DE L’ONTARIO CONTRE LA COVID-19 :

SANTÉ  : 3,3 milliards $

  • 935 millions dans le secteur hospitalier pour augmenter la capacité d’accueil et le nombre de lits de soins actifs et intensifs
  • 160 millions pour renforcer le contrôle, la surveillance et les tests en laboratoire et à domicile de la COVID-19
  • 243 millions pour accroître la capacité de mobilisation dans le secteur des soins de longue durée
  • 75 millions pour des fournitures médicales essentielles et d’équipement de protection individuelle au personnel de première ligne

ENTREPRISES ET PARTICULIERS : 3,7 milliards $

  • Aide ponctuelle de 200 $ par enfant de 12 ans et moins et 250 $ par enfant ayant des besoins particuliers
  • Doublement du Régime de revenu annuel garanti pour les personnes âgées à faible revenu pendant six mois
  • Baisse d’impôts de 355 millions $ pour les entreprises
  • Élargissement de l’accès au Programme d’aide aux impayés d’énergie
  • 148 millions $ supplémentaires pour les organismes de services sociaux, comme les banques alimentaires, les refuges pour sans-abri…
  • Congé de six mois sur le remboursement des prêts et le cumul d’intérêt du Régime d’aide aux étudiantes et étudiants de l’Ontario (RAFEO)
  • 26 millions $ supplémentaires pour les peuples et les communautés autochtones

REPORTS D’IMPÔTS : 10 milliards $

À la suite de l’énoncé économique, nous étions en direct sur Facebook, avec les journalistes Étienne Fortin-Gauthier et Benjamin Vachet, ainsi que notre invité Pedro Antunes, économiste en chef du Conference Board du Canada.

3+

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
3+