#Canada, #Francophonie

Mariette Mulaire veut normaliser le français au Manitoba

La présidente-directrice générale du World Trade Centre (WTC) de Winnipeg, Mariette Mulaire. Crédit image: WTC de Winnipeg

[LA RENCONTRE D’ONFR] 

WINNIPEG – Présidente-directrice générale du World Trade Centre (WTC) de Winnipeg depuis 2013, Mariette Mulaire y brasse des affaires dans un environnement de travail uniquement francophone. Une façon pour elle d’assurer la visibilité de la langue de Molière qui lui a valu, entre autres, d’être nommée parmi les dix personnalités les plus influentes de la francophonie canadienne en 2017, selon Francopresse.

BENJAMIN VACHET
bvachet@tfo.org | @BVachet

«Au World Trade Centre de Winnipeg, vous fournissez de l’aide et du soutien aux entreprises manitobaines qui s’intéressent au marché international et à celles venues de l’étranger qui veulent faire des affaires au Manitoba. Pour quelles raisons travailler en français quand on a un mandat international?

Il est vrai que beaucoup de nos clients sont anglophones, mais c’est une façon pour nous de faire en sorte que le français soit visible. On s’assure que nos événements publics, nos publications et nos ateliers sont bilingues. On représente le Canada sur la scène internationale, cela me semble évident que ce soit en français et en anglais. Avoir deux langues officielles nous différencie des États-Unis et envoie un message d’ouverture.

Vous semblez dire que le bilinguisme est une valeur ajoutée, on entend pourtant souvent que c’est surtout un coût?

Mais pourquoi ne parle-t-on pas plutôt du coût de l’unilinguisme? Comment se fait-il que malgré notre Loi sur les langues officielles, il soit encore si difficile pour un Canadien qui le souhaite de devenir bilingue? Il manque les outils, mais il n’est jamais trop tard. Il faut investir! Pourquoi ne pas proposer sur une base volontaire des séjours payés de deux mois en immersion? Je suis sûr que beaucoup de gens seraient intéressés. Le français a une réputation internationale, c’est l’autre langue à apprendre! Quand je me rends en Chine, je vois des gens qui apprennent l’anglais, car c’est utile, mais aussi le français, car ils y voient un certain prestige, une manière de s’ouvrir à la culture, aux arts…

Est-ce difficile de trouver des employés qui parlent le français à Winnipeg?

C’est peut-être plus difficile pour des emplois très spécialisés ou pour des grandes entreprises qui ont beaucoup de personnel, mais de notre côté, nous ne sommes pas une si grosse équipe, ce n’est donc pas un problème. Nous avons des gens d’Ukraine, du Mexique, du Honduras, d’Allemagne qui parlent le français, même si ce n’est pas leur première langue.

Mariette Mulaire. Crédit image: WTC de Winnipeg

En quoi le WTC de Winnipeg a un impact sur la francophonie manitobaine?

Nous contribuons à normaliser le français au Manitoba. On aide à ce que le fait de parler français, de s’inscrire en immersion pour les jeunes Manitobains, ne soit plus questionné et que tout le monde en voit le bien-fondé.

Personnellement, je siège sur plusieurs comités et c’est mon champ de bataille. Je ne suis pas gênée de le faire, car nous sommes un des peuples fondateurs et que nous avons contribué au développement de la province et du pays.

Comment faites-vous pour ne pas être gênée alors que souvent, on a tendance à vite passer à l’anglais quand une seule personne dans un groupe ne comprend pas le français?

Je dis des conneries! (Rires) Plus sérieusement, je pense que tout est dans l’approche. Je m’assure que la mienne n’est jamais menaçante. Quand une personne anglophone se joint à une conversation, je la salue, je termine ma conversation en français, puis je m’adresse à elle en anglais. Même si c’est beau de vouloir respecter l’autre, on doit aussi se respecter. Ça nous diminue de toujours penser en minoritaire. Nous avons des choses à offrir! C’est une de mes collègues, Québécoise, qui m’a appris à ne plus penser en minoritaire. Et aujourd’hui, je me sens de moins en moins minoritaire comme francophone, même si, comme femme, ça peut m’arriver dans le milieu des affaires, notamment à l’étranger où les femmes à la tête de grandes compagnies sont peu nombreuses.

La francophonie manitobaine a connu des épisodes très pénibles par le passé. Comment se porte-t-elle aujourd’hui?

C’est toujours fragile et il ne faut jamais laisser les choses aller et penser que cela ne pourrait plus arriver, même si je pense qu’il n’y a jamais eu une aussi grande ouverture au français.

Lors d’une entrevue, dans le passé, vous aviez dit ne pas aimer le terme «francophone hors Québec». Pourquoi?

Ce n’est jamais le fun d’être à l’extérieur! Ça donne l’impression qu’on manque quelque chose, qu’on rate le party! Mais le terme «Rest of Canada» me rend encore plus folle. Je n’ai jamais aimé les restants quand j’étais petite…

Dans votre carrière, vous avez également travaillé sur le dossier de l’immigration francophone. Le Manitoba s’est donné une cible de 7 % d’immigration francophone par année en 2010, mais ne l’atteint toujours pas. Que faudrait-il faire selon vous?

Il faut faire en sorte que les candidats francophones à l’immigration sachent qu’on existe et qu’ici, même s’ils devront parler anglais pour trouver un travail, ils pourront vivre, aller au théâtre, au cinéma, dans des cafés, lire des livres… en français.

On doit aussi faciliter leur apprentissage de l’anglais pour qu’ils puissent atteindre un niveau qui leur permettra de trouver un bon emploi, car une bonne immigration passe par là.

Tout ça est une question de ressources. On peut considérer que ça coûte cher, mais si c’est vraiment une priorité politique, alors il faut se donner les moyens, au Manitoba comme au Canada.

Crédit image: Les Rendez-vous de la Francophonie

Vous êtes également, pour la deuxième année consécutive, l’une des deux porte-paroles des Rendez-vous de la francophonie. Que rôle joue cet événement dans la francophonie?

Je pense que c’est surtout auprès des jeunes, avec des concours et une approche amusante. Ça leur donne envie d’utiliser et de jouer avec la langue française.

On le voit, vous vous investissez dans de nombreux domaines de la francophonie. Votre père lui-même était très engagé, mettant notamment sur pied le Festival Folies Grenouilles de Saint-Pierre-Joly. Est-ce lui qui vous a inspirée?

En fait, ce sont mes deux parents. Toute leur vie, ils ont été impliqués et se sont battus, alors que quand ils étaient jeunes, il était interdit de parler le français. Ils se sont battus pour que l’école de notre village francophone offre ses cours en français, alors que quand j’étais jeune, toutes les matières étaient en anglais. Ils ont été des leaders pour obtenir la gestion scolaire francophone. Et quand la reine Elizabeth II est venue dans la province, dans les années 70, c’est mon père qui l’a convaincue de venir visiter notre village et de faire son discours en français. Mes parents m’ont transmis ça, ainsi qu’à mes six frères et sœurs. Aujourd’hui, leurs 15 petits-enfants parlent le français, c’est dans nos tripes!

Votre parcours semble tracer la voie vers une carrière politique. Est-ce quelque chose que vous envisagez?

La politique n’est pas du tout une passion! Je ne voudrais pas devoir choisir un parti politique, car je peux être d’accord sur certaines idées avec chacun d’eux. Et puis, je ne pense pas avoir ce qu’il faut pour me lancer en politique. On est très dur avec nos politiciens. Il faut avoir la peau épaisse et je ne l’ai pas!

Il y a des gens qui font ça très bien. Au Sénat, nous sommes très bien représentés avec Raymonde Gagné ou encore, René Cormier. Je pense être plus utile où je suis.

En terminant, si vous étiez à la place de Justin Trudeau, quelle serait votre première mesure pour les francophones?

J’écouterais les recommandations et les consultations du comité sénatorial qui étudie en ce moment la modernisation de la Loi sur les langues officielles. Il y a des idées extraordinaires qui vont en sortir, il faut mettre en œuvre celles qui auront le plus grand impact.»

 


LES DATES-CLÉS DE MARIETTE MULAIRE:

1961: Naissance à Saint-Pierre-Jolys

2007: Présidente-directrice générale de l’Agence nationale et internationale du Manitoba

2010: Ordre des francophones d’Amérique

2012: Médaille du jubilé de diamant de la reine Elizabeth II

2013: Présidente-directrice générale du World Trade Centre de Winnipeg

2015: Prix d’excellence-Promotion de la dualité linguistique du Commissariat aux langues officielles du Canada

 

Chaque fin de semaine, #ONfr rencontre un acteur des enjeux francophones ou politiques en Ontario et au Canada.

Vous aimez ? Faites-le nous savoir !
4+

Benjamin Vachet
Benjamin Vachet
bvachet@tfo.org @BVachet

Originaire de France, Benjamin Vachet vit au Canada depuis plus de douze ans. Titulaire d'un baccalauréat en Administration économique et sociale et d'une maîtrise de journalisme, il a commencé sa carrière en France, avant de la poursuivre au Canada. Il a travaillé pour les hebdomadaires Le Reflet, puis L’Express Ottawa et pour la radio francophone d’Ottawa, Unique FM. Il a rejoint le Groupe Média TFO en 2014. Passionné de politique ontarienne, fédérale et internationale, Benjamin cumule plus de treize années d’expérience en presse écrite, radio et télévision.